Keolis Orléans Val de Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Keolis Orléans Val de Loire
Image illustrative de l'article Keolis Orléans Val de Loire
Image illustrative de l'article Keolis Orléans Val de Loire
illustration de Keolis Orléans Val de Loire
Un Citelis 12 de la ligne 1 près de la gare d'Orléans

Création  : Création de la SEMTAO
 : La SEMTAO devient la SETAO
 : Le réseau SEMTAO prend le nom TAO
 : Keolis remplace la SETAO
Dates clés  : nouveau centre bus (Place d'Arc)
 : mise en service du tramway
 : changement d'opérateur du réseau. Kéolis remplace Transdev, la SETAO disparaît.
 : mise en service de la seconde ligne de tramway et changement du réseau.
Personnages clés René Thinat
Lucien Feuillatre
Marcel Joriot
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan «Vivons le Bus Autrement» (depuis 2002)
Siège social Drapeau de la France Saint-Jean-de-Braye (France)
Direction Pierrick Poirier
Actionnaires Keolis
Orléans Métropole
Activité Transports urbains et suburbains de voyageurs (exploitation et gestion d'infrastructure)
Produits Tramway d'Orléans, Transports de l'agglomération orléanaise
Société mère Keolis
Effectif 715 employés (2009)
Site web www.reseau-tao.fr

Chiffre d’affaires 15 385 700 (2012)[1]
Résultat net 62 100 € (2012)
image illustrant une entreprise image illustrant les transports en commun image illustrant Orléans
Cet article est une ébauche concernant une entreprise, les transports en commun et Orléans.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Keolis Orléans Val de Loire est une société gérée par le groupe Keolis, chargée de l'exploitation des transports en commun de la ville d'Orléans et sa métropole. Keolis utilise la marque du réseau « TAO le Réseau d'Orléans Métropole », qui a pris la suite de la marque « SEMTAO », issue de l'ancienne société d'économie mixte à l'origine du réseau, la SETAO originellement nommée la SEMTAO depuis sa création en 1977.

Orléans Métropole définit la politique transport, finance les investissements (la mise en œuvre d'une ligne de tramway par exemple) et délègue la mise en œuvre des transports urbains à Keolis qui exploite le réseau tramway, bus et parcs relais sous la marque TAO.

Réseau de bus et de tramway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réseau TAO.
  • Keolis exploite deux lignes de tramway, la ligne A dans le sens nord-sud, d'Orléans-la-Source à Fleury-les-Aubrais et la ligne B dans le sens est-ouest, entre La Chapelle-Saint-Mesmin et Saint-Jean-de-Braye. En complément de ces deux lignes, la société exploite également neuf lignes de bus structurantes qui circule tous les jours de la semaine et en soirée (exceptée la ligne 8 le soir et le dimanche et jours fériés), avec des fréquences de 10 minutes pour les lignes 1, 2, 3 et 7, 15 à 12 minutes pour la ligne 4, 20 minutes pour les lignes 5, 6, 7 et de 20 à 30 minutes pour les lignes 8 et 9. Ces 10 lignes de transport constituent l'épine dorsale du réseau TAO.
  • D'autres lignes, dites standard et périurbaines, desservent les points plus éloignés et moins denses de la métropole avec des fréquences de 15, 20, 30, 40 et à 60 minutes. Elles sont complétées par des navettes dans les zones qui ne nécessitent pas de dessertes régulières tout au long de la journée.
  • Enfin, plusieurs navettes ont été mises en place : les navettes O et L circulent respectivement dans le centre-ville et sur les quais de la Loire. Les lignes 27 et Résa'tao Rose assurent la desserte des parcs d'activités de l'agglomération. La ligne 26 anciennement la ligne Ter Bus assurent quant à lui un trajet entre le Tram A et la gare ferroviaire de Saint Cyr en Val mais la ligne circule entièrement toute la journée. La navette saisonnière IC permet aux Orléanais de rejoindre, depuis la gare d'Orléans, la base de loisirs de l'île Charlemagne.

En 2015, le parc fait état de 223 véhicules dont 15 minibus, 9 midibus, 100 standard, 54 articulés et 43 tramways[2].

Autobus[modifier | modifier le code]

Minibus[modifier | modifier le code]

Constructeur(s) Modèle(s) Nombre Numéros et observations Exploitant(s)
Dietrich Noventis 420 1
no 128 (2011)
Keolis Orléans Val de Loire
Dietrich City 21 2
nos 129 et 130 (2013)
Keolis Orléans Val de Loire
Gépébus Oréos 2X 8
nos 101 à 108 (2012 et 2013)
Véhicules électriques.
Keolis Orléans Val de Loire
Renault Master II 1
no 124 (2000)
Keolis Orléans Val de Loire
Vehixel Cytios 20 3
no 125 à 127 (2005, 2007 et 2008)
Keolis Orléans Val de Loire

Midibus[modifier | modifier le code]

Constructeur(s) Modèle(s) Nombre Numéros et observations Exploitant(s)
Heuliez Bus GX 117 3
nos 204 à 206 (2000)
Keolis Orléans Val de Loire
Heuliez Bus GX 127 2
nos 208 à 209 (2008)
Keolis Orléans Val de Loire
Heuliez Bus GX 137 4
nos 210 à 213 (2015)
Keolis Orléans Val de Loire

Standard[modifier | modifier le code]

Constructeur(s) Modèle(s) Nombre Numéros et observations Exploitant(s)
Heuliez Bus GX 317 35
nos 512 à 515, 517 à 536, 538 à 548 (1998 et 2001 à 2003)
Vendus : 500 à 506 et 509
Réformés : 516 et 537 (à la suite d'un incendie)
Numéros 530 à 532 et 534 à 548 rénovés fin janvier 2017
Keolis Orléans Val de Loire sauf :
517, 521, 523, 524 et 538 à 541 : Dunois
515, 518 à 520, 522, 525 à 529, 533 à 536, 542, 543 et 545 : Keolis Eure-et-Loir
Heuliez Bus GX 327 12
nos 835 à 846 (2009 et 2010)
2 portes sur les 842 à 846.
Keolis Orléans Val de Loire
Heuliez Bus GX 337 8
nos 848 à 856 (2015)
2 portes.
Keolis Orléans Val de Loire
Irisbus Citelis 12 33
nos 801 à 824 et 826 à 834 (2005, 2006, 2008 et 2009)
Réformés : 825 et 828 (à la suite d'un incendie).
Rénové : numéro 805 début mars 2017
Keolis Orléans Val de Loire sauf :
801, 804 et 807 : Keolis Eure-et-Loir
Mercedes-Benz Citaro C1 Facelift 1
no 847 (2013)
Keolis Orléans Val de Loire
Mercedes-Benz Citaro C2 7
nos 857 à 863 (2016 à 2017)
Keolis Orléans Val de Loire
Reanault V.I. Agora S 9
nos 554, 558, 559, 563, 564 et 567 à 570 (1998-2000)
Réformés : 561 et 562 (à la suite d'incendies), 550, 551, 555 à 557 (inconnu)
Keolis Orléans Val de Loire sauf :
Dunois : 567 à 569
Solaris Urbino 12 Hybrid 1
no 901 (2013)
Véhicule hybride.
Keolis Orléans Val de Loire

Articulés[modifier | modifier le code]

Un bus articulé du réseau TAO.
Constructeur(s) Modèle(s) Nombre Numéros et observations Exploitant(s)
Heuliez Bus GX 427 9
nos 749 à 757 (2010)
Keolis Orléans Val de Loire
Renault Irisbus Citelis 18 9
nos 740 à 748 (2006, 2008 et 2009)
Keolis Orléans Val de Loire
Irisbus Agora L 29
no 711 à 739 (2003 à 2005)
Réformés : 705 et 706 (Vendus), 707 à 710 (Inconnu)
Numéro 716 rénové fin 2016 et 736 à 739 début février 2017
Keolis Orléans Val de Loire
Mercedes-Benz Citaro G C1 Facelift 2
nos 758 et 759 (2013)
Keolis Orléans Val de Loire
Mercedes-Benz Citaro G C2 7
nos 760 à 766 (2015 à 2017)
Keolis Orléans Val de Loire

Tramway[modifier | modifier le code]

Constructeur Modèles Nombre Numéros et observations Exploitant
Alstom Citadis 301 22
nos 39 à 60 (2000 et 2001)
Keolis Orléans Val de Loire
Alstom Citadis 302 21
nos 61 à 81 (2010 à 2012)
Keolis Orléans Val de Loire

Fréquentation[modifier | modifier le code]

En 2006, la SEMTAO, l'ancien exploitant, a transporté 24,8 millions de voyageurs (dont environ 50 % rien que sur la ligne A du tramway), soit une fréquentation en hausse de 6,3 % par rapport à l'année précédente[3].
En 2009, la société annonce avoir transporté 26,1 millions de voyageurs avec 11 millions de kilomètres parcourus (soit environ 40 200 kilomètres et 95 000 voyageurs chaque jour)[4].

En 2013, le nouveau réseau Bus et Tram exploité par Keolis a transporté 26,0 millions de voyageurs, avec 11,8 millions de kilomètres parcourus.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Chiffres clés 2012 / 2011 sur societe.com
  2. « Tableau de parc TAO », sur https://docs.google.com (consulté le 19 juillet 2015).
  3. Jean-Jacques Talpin, « 2006, année record pour Orléans », Ville & Transports Magazine no 421 du 28 mars 2007, p. 8.
  4. Les chiffres clés sur le site du réseau TAO

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Revue Connaissance du Rail, n° spécial « Les tramways français en 2009 », n° double 344-345 paru en décembre 2009.

Articles connexes[modifier | modifier le code]