Kenyah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kenyah
Description de cette image, également commentée ci-après
deux femmes kenyah utilisent des pilons pour préparer la nourriture (vers 1910)
Populations significatives par région
Drapeau de la Malaisie Malaisie Sarawak : 25 000 (2000)[1]
Drapeau de l'Indonésie Indonésie Kalimantan oriental : 44000 (2000)[1]
Population totale 69 000 (2000)[2],[3]
Autres
Langues Kenyah
Religions Christianisme (majoritaire), Islam, Bugan
Ethnies liées Kayan, Bahau

Les kenyahs sont une population du nord-est de l'île de Bornéo installée dans la province indonésienne du Kalimantan oriental et dans l'l'État malaisien de Sarawak.

Mode de vie et culture[modifier | modifier le code]

Les Kenyah pratiquent traditionnellement une agriculture sur brûlis du riz qui les amène à se déménager au bout de quelques années. Ils complètent leur alimentation avec la chasse et dde la pêche. Ils vivent dans des maisons longues, habitations construites sur pilotis et abritant plusieurs familles. Celles-ci sont édifiées le long des rivières qui servent de voies de communication. La plupart des Kayans, traditionnellement animiste, se sont convertis au christianisme. Ils sont proches de l'ethnie Kayan.

Implantations[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000 on dénombrait environ 69 000 kenyahs. Une partie d'entre eux (25 000) vit dans l'État de Sarawak (Malaisie) le long des cours supérieur de la Baram et des rivières Serap et Asap. Certains se sont sédentarisés dans les villes côtières orientales de cet État à Miri et Bintulu. Environ 69 000 kenyahsvivent dans le Kalimantan (Indonésie). Au Sarawak les kenyahs sont rattachés à un groupe de tribus, baptisé Orang Ulu, qui partagent un grand nombre de traits culturels et vivent tous de manière traditionnelle le long des cours supérieurs des fleuves et sur les hauts plateaux intérieurs.

Linguistique[modifier | modifier le code]

Les langues Kenyah font partie de la vaste famille austronésienne. Selon Robert Blust elles se rattachent aux langues sarawak du Nord. Celles-ci appartiennent à l'ensemble bornéo du nord un sous-groupe du malayo-polynésien occidental.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Wil de Jong, Denyse Snelder & Noboru Ishikawa, Transborder Governance of Forests, Rivers and Seas, Routledge, (ISBN 11-365-3809-7), p. 54
  2. (en) William W. Bevis, Borneo Log: The Struggle For Sarawak's Forests, University of Washington Press, (ISBN 9780295974163)
  3. PeopleGroups

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Charles Hose and William McDougall, The Pagan Tribes of Borneo, Springer, , 343 p. (lire en ligne)
  • (en) Ball Marie Anne Davy, Betek, 'Taling an Atap',`Knots, String and Blades': Production and Use Of Organic Utility Objects by the Orang Ulu of Sarawak, Durham theses, Université de Durham, (lire en ligne), p. 614

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]