Kenneth Goldsmith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kenneth Goldsmith
Kenneth Goldsmith, artífex d'Ubuweb i col·leccionista convidat a la sèrie "Memorabília. Col·leccionant sons amb...", durant l'enregistrament d'una càpsula de vídeo per al CCCBLab..jpg
Kenneth Goldsmith, prix d'honneur du FILAF 2016 (© Pascal Ferro)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Freeport (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Site web

Kenneth Goldsmith est un poète américain né en 1961 à Freeport dans l'État de New York.

Il vit à New York. Fondateur d’UbuWeb, ex-directeur artistique, ex-sculpteur, ex-artiste, ex-poète, « aujourd’hui écrivain », Kenneth Goldsmith milite pour une écriture du plagiat, de la copie et de la retranscription.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est principalement connu pour avoir créé le site d’archivage de l’avant-garde artistique et littéraire UbuWeb[1] et pour son travail sur l' incréativité comme pratique créative[2]. L'écrivain François Bon suggère de rendre en français la notion d'« uncreative writing » développée par Goldsmith par l'expression « écriture sans écriture »[3].

Premier lauréat de poésie du MoMA, fondateur et éditeur d'UbuWeb, professeur de Uncreative Writing à l’université de Pennsylvanie et animateur à la radio new-yorkaise WFMU pendant 15 ans, Kenneth Goldsmith est une figure majeure de la création contemporaine. Kenneth Goldsmith est un paradoxe : un auteur reçu à la Maison-Blanche en disant qu’il avait volé les mots des autres, un écrivain qui fait l’apologie du plagiat[4].

Théoricien mais également poète, Kenneth Goldsmith est cette figure qui, sur le modèle de l’art conceptuel, développe ses textes selon de nouvelles formes d’installations et de diffusions, réfléchissant aux nouvelles possibilités qu’offrent le numérique et internet – voire à la transformation radicale qu’elle génère sur notre appréhension de la littérature[5]. Il est aux États-Unis l’un des champions d’un mouvement récent de « poésie post-Internet[6] » : des formes qui utilisent Google, les moteurs de recherche, les blogs, et font de la corne d’abondance du Web leur matière première[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Théorie

En mai 2015, Kenneth Goldsmith fait paraître aux éditions Jean Boîte son nouveau recueil de pensée sous le nom de « théorie ». Ce n’est pas un livre, c’est un anti-livre qui revendique son discours jusque dans sa forme[5]. Théorie n’a pas de règles, il n’a pas de pagination ni de reliure, il est un objet prêt à disparaître, à ne pas laisser « ouvert » dans les courants d’air. Que les allergiques aux séances théoriques se rassurent, deux heures de lecture suffiront pour venir à bout de l’objet[7].

Théorie de Kenneth Goldsmith offre une lecture sans précédent du monde contemporain : 500 textes – poèmes, pensées, récits courts – sont publiés sur 500 feuilles, réunies sous la forme d’une ramette de papier, forme fragmentaire et postmoderne par excellence[8]. Théorie est une série d'aphorismes qui font état de la littérature contemporaine, ce qu’elle devrait être, ce qu’elle pourrait devenir. Avant d’imprimer ces 500 phrases, il les a tweetées, mises sur Facebook, ou prononcées lors d’interviews : « Je m’autoplagie »[9]. Beaucoup de textes présents dans le livre proviennent vraiment de Twitter, un médium par nature court et concis. Avec Twitter, nous assistons au grand retour de l’aphorisme comme forme de tous les jours. Le livre Théorie comprend aussi des textes plus longs, et même des récits inscrits avec une typographie « typewriter ».

Organisé par l’artiste et poète, cet ensemble de textes dessine les enjeux et les déploiements de la création littéraire contemporaine dans un monde où le digital et Internet bousculent les pratiques et invitent à réinventer de nouvelles formes créatives.

Publications[modifier | modifier le code]

Originales en anglais[modifier | modifier le code]

  • No 105, Beans Dear Press, New York (New York), 1992
  • Tizzy Boost, avec Bruce Andrews, The Figures, Great Barrington (Massachusetts), 1993
  • No. 110 10.4.93-10.7.93, Artists Museum, nddz, Pologne, 1993
  • No. 109 2.7.93-12.15.93, Bravin Post Lee, New York (New York), 1994
  • 6799, Zingmagazine Press, New York (2000)
  • Kenneth Goldsmith (e-book), Electronic Poetry Center (en), Buffalo (New York), 2002
  • Day, The Figures, Great Barrington (Massachusetts) et Berkeley (CA), 2003 (GAT)
  • Kenneth Goldsmith and Conceptual Poetics, avec Lori Emerson et Barbara Cole, Open Letter, Strathroy (Ontario), 2005
  • Spring, avec James Siena, Michael Bixler, Winifred Bixler, Didymus Press, New York (2005)
  • John Cage uncaged is still cagey, with David Anton and John Cage, Singing Horse Press, San Diego (Californie), 2005
  • Sucking on Words, (an interactive poetry experience distributed on DVD), Cornerhouse Press, York, England (2007)
  • Kenneth Goldsmith : street poets & visionaries : selections from the UbuWeb Collection, avec Craig Leonard, Mercer Union, Toronto (2008)
  • Sports, Make Now, Los Angeles (2008) (GAT)
  • Uncreative writing: managing language in the digital age, Columbia University Press, New York (2011) pdf
  • Against Expression: an anthology of conceptual writing, avec Craig Douglas Dworkin, Northwestern University Press, Evanston Illinois (2011) pdf
  • Dog Ear, avec Erica Baum et Beatrice Gross, Ugly Duckling Presse, Brooklyn, New York (2011)
  • I'll be your mirror: the selected Andy Warhol interviews : 1962-1987, Carrol & Graf, New York (2011)
  • Seven American deaths and disasters, Powerhouse Books, Brooklyn, New York (2013) pdf
  • Kenneth Goldsmith: theory, Jean Boite Éditions (2015)
  • Capital: New York, Capital of the 20th Century, Verso (2015)
  • Wasting Time on the Internet, Harper Perennial, New York (2016)

Traduction en français[modifier | modifier le code]

  • L'écriture sans écriture : du langage à l'âge numérique [« Uncreative writing: managing language in the digital age »], Jean Boîte Editions, , 192 p. (ISBN 978-2365680172)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]