Ken Burns

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ken Burns
Image dans Infobox.
Ken Burns, septembre 2007
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Kenneth Lauren BurnsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Pioneer High School (en) (jusqu'en )
Hampshire College (en) (baccalauréat universitaire en lettres) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Sarah Burns (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Genre artistique
Documentaire (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Bourse Guggenheim
Emmy Award
National Humanities Medal
Membre de l'Académie américaine des arts et des sciences
Grammy Award du meilleur livre audio ()
Grammy Award for Best Traditional Folk Album ()
Charles Frankel Prize (d) ()
Prix Lincoln (en) ()
Jefferson Lecture (en) ()
Lady Bird Johnson Environmental Award (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Ken Burns est un producteur, réalisateur, directeur de la photographie, scénariste et acteur américain né le à Brooklyn, New York (États-Unis), connu pour ses documentaires sur l'histoire des États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à New York, dans le quartier de Brooklyn d'un père anthropologue[1], il obtient un Bachelor of Arts au Hampshire College (en), un college expérimental du Massachusetts en 1975, il est ensuite cocréateur d'une société de productions de films, Florentine Films. Il va alors travailler principalement à la réalisation de documentaires concernant l'histoire des États-Unis, souvent diffusés sur PBS, la chaîne de télévision publique américaine. Brooklyn Bridge son premier documentaire est nommé aux oscars en 1981[2]. À partir de 1989, il travaille avec l'Anglaise Lynn Novick (en)[3] avec qui il va coproduire et coréaliser ses documentaires suivants. En 1990, il rencontre le succès public et critique[2] avec The Civil War documentaire sur les quatre années de la Guerre de Sécession malgré sa longueur, 11 heures. Le documentaire obtiendra une quarantaine de récompenses[2]. En 1994, nouveau succès Histoire du baseball, une série documentaire de 18 heures, coréalisée avec Lynn Novick (en). Ce documentaire est la meilleure audience jamais réalisée sur la chaîne de télévision publique, avec 45 millions de téléspectateurs. Il enchaîne avec un autre succès populaire 3 ans plus tard avec Lewis and Clark, récit de la première expédition dans l'Ouest américain. Il réalisera et produira ensuite plusieurs films sur la culture populaire américaine : sur le jazz (20 heures), la première traversée des États-Unis en automobile, Mark Twain, la vie de Jack Johnson, premier afro-américain champion de boxe poids lourds. En 2007, il réalise The War, un film documentaire de 14 heures sur la Seconde Guerre mondiale traitée du point de vue des participants directs au conflit mais aussi à travers la vie de quatre petites villes américaines pendant la guerre. Ce documentaire a été présenté au festival de Cannes 2007 en quatre séances de 3h30 sur deux jours[1].

L'« effet Ken Burns »[modifier | modifier le code]

Exemple typique d'un effet Ken Burns : panoramique et zoom avant simultanés.

Steve Jobs, le fondateur d’Apple, a baptisé du nom d’effet Ken Burns un effet vidéo intégré dans le logiciel iMovie qui consiste en un panoramique et un zoom avant simultanés effectués sur un document statique (photographie, peinture, dessin, gravure, etc.) au moyen d'une caméra fixe ou d'un logiciel vidéo, vu son usage intensif dans l’œuvre du réalisateur.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Ken Burns épouse Amy Stechler en 1982. Le couple a deux filles, Sarah et Lilly. Ils divorcent en 1993.

Il est élu membre de la Société américaine de philosophie depuis 2011[4].

Burns est un soutien de longue date du Parti Démocrate[5]. Se déclarant en faveur de Barack Obama pour l'élection présidentielle de 2008, il compare ce dernier à Abraham Lincoln[6]. En 2016, il critique Donald Trump à l'occasion d'un discours inaugural à l'Université de Stanford[7].

En 2020, il apporte officiellement son soutien à Ed Markey, candidat à sa réélection en tant que sénateur démocrate du Massachusetts[8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme producteur[modifier | modifier le code]

comme réalisateur[modifier | modifier le code]

comme directeur de la photographie[modifier | modifier le code]

comme scénariste[modifier | modifier le code]

comme acteur[modifier | modifier le code]

Autres apparitions[modifier | modifier le code]

Il apparaît dans un épisode des Simpson (épisode 10 de la saison 14) à la télévision, lors d'un documentaire télévisé sur sa vie et ses passions. Il apparaît également dans un épisode de la saison 3 de The Mindy Project, en jouant son propre rôle.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b ""The War" : le documentaire le plus long" Le Monde, 24 mai 2007.
  2. a b et c "The War, le docu le plus long", Libération, 4 mars 2008.
  3. "The war : Une œuvre de référence", La-Croix.com, 29 février 2002.
  4. (en) « APS member history » (consulté le )
  5. (en) « Celebrity Political Donations » (consulté le )
  6. (en) MacGilis, Alec, « Ken Burns Compares Obama To Lincoln », sur The Washington Post (consulté le )
  7. « Filmmaker Ken Burns destroys Donald Trump during Stanford Speech », sur Film Industry Network (consulté le )
  8. (en) « Filmmaker Ken Burns Endorses Ed Markey for United States Senate », sur Ed Markey for Senate (consulté le )
  9. [1]
  10. « Honorary Degrees », sur Brown University (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]