Kay Aldridge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aldridge.
Kay Aldridge
Kay Aldridge 1940s.jpg
Kay Aldridge (c. années 1940).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
Rockport (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Katharine Gratten Aldridge
Nationalité
Activités

Katharine Gratten Aldridge (née le – morte le ) est une actrice et mannequin américaine, surtout connue pour ses rôles de demoiselle en détresse au cinéma noir et blanc des années 1940[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Kay Albridge naît le 9 juillet 1917 à Tallahassee. Son père est arpenteur et sa mère est une artiste et écrivaine[2]. Son père meurt alors qu'elle est âgée de deux ans. Sa famille déménage à Lyells (Virginie) (en), où elle est ses quatre frères et sœurs sont élevés avec l'aide de leurs grands-parents, professeurs d'école[2].

Après sa première année à une école secondaire de Westminster (Maryland), elle intègre le St. Mary's Female Seminary (désormais le St. Mary's College of Maryland (en)) de St. Mary's City (Maryland) (en). Elle participe à des pièces de théâtre, joue au basketball et est membre de Delta Phi Epsilon (en)[3].

À la fin de ses études secondaires en 1934, Aldridge déniche un travail à la John Powers modeling agency de New York[2]. Elle fait la couverture de certains magazines tels Life, Ladies' Home Journal, Redbook et Look. Elle est particulièrement appréciée par l'artiste contemporaine Anne Taintor (en), qui utilise ses images publicitaires comme base de plusieurs de ses œuvres. En 1937, Aldridge est considérée comme l'une des dix filles les plus photographiées au monde et est choisie pour apparaître dans le film Vogues 1938[2].

En 1939, elle signe un contrat avec la 20th Century Fox et tient plusieurs petits rôles au cours des années suivantes, crédités sous le nom de Katherine Aldridge[2]. Elle tourne ainsi dans des œuvres telles Shooting High (en) (1940), Sailor's Lady (1940), Sous le ciel d'Argentine (1940) et Dead Men Tell (en) (1941)[2].

Après la fin de son contrat avec la 20th Century Fox en 1941, elle est approchée par Republic Pictures pour jouer dans une série de films à venir. Bien qu'elle considère cela moins valorisant que son emploi précédent, elle accepte l'offre[2]. Elle joue alors dans les films Perils of Nyoka (en) (1942), Daredevils of the West (en) (1943) et Haunted Harbor (en) (1944). Elle prend sa retraite en 1945[4].

Aldridge s'est mariée trois fois : d'abord avec Arthur Cameron (1945-1954), puis avec Richard Derby Tucker (1956-1979) et avec Harry Nasland (jusqu'en 1988)[5],[4]. Elle a vécu ses dernières années à Camden (Maine).

Aldridge meurt d'une crise cardiaque le 12 janvier 1995 à Rockport (Maine) (en)[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Sandra Brennan, « Kay Aldridge », The New York Times (consulté le 2 février 2016)
  2. a b c d e f et g (en) Boyd Magars, « Chapter Forty-Six: The Perils of Kay Aldridge », Western Clippings (consulté le 14 août 2014)
  3. (en) K. D. Randell, « Kay Aldridge, Queen of the Serials and St. Mary’s Graduate », Library SMCM, (consulté le 13 août 2014)
  4. a b et c (en) « Kay Aldridge, 77, Actress Until 1945 », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Kay Aldridge », Matinee Classics (consulté le 13 août 2014)
  6. (en) « Kay Aldridge Filmography », Turner Classic Movies (consulté le 13 août 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Merrill T. McCord, Perils of Kay Aldridge: Life of the Serial Queen, Washington DC, Alhambra Publishers,

Liens externes[modifier | modifier le code]