Katharina Fritsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Katharina Fritsch
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
EssenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Représentée par
White Cube, Artists Rights Society, Matthew Marks Gallery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Mouvement
Distinctions
Liste détaillée
Coutts (en) ()
Prix d'art d'Aix-la-chapelle (d) ()
Piepenbrock Prize for Sculpture (en) ()
Lion d'or pour la carrière ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Katharina Fritsch, née le à Essen (Allemagne), est une plasticienne allemande qui vit et travaille à Düsseldorf.

Hahn/Cock installé à Trafalgar Square (Londres) mesurant 4,72 mètres de haut pour plus de 800 kg, (2013).

Biographie[modifier | modifier le code]

Katharina Fritsch est née en 1956 en Allemagne de l'Ouest[1],[2]. Le père de Katharina Fritsch est architecte. Elle entame, tout d’abord, des études d’histoire et d’histoire de l'art à Münster. En 1977, elle les interrompt pour suivre des cours à l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf, entre 1977 et 1984[2]. Son intérêt se porte alors sur la peinture, mais elle s'est surtout fait connaître, depuis, par ses sculptures[2]. Jusqu’en 1984, elle est l’élève de Fritz Schwegler.

Elle commence à acquérir une notoriété internationale, lors de l’exposition intitulée « Von hier aus – Zwei Monate neue deutsche Kunst in Düsseldorf », qui a lieu à Düsseldorf en 1984. En 1995, elle a représenté l'Allemagne, avec Martin Honert et Thomas Ruff, à la Biennale de Venise[2].

Les sculptures de Katharina Fritsch sont des représentations grandeur nature ou surdimensionnées, réduites à la forme en soi par des couleurs monochromes. En juillet 2013, elle a ainsi installé à Londres un coq bleu géant sur le socle vide de la Trafalgar Square, pour 18 mois, retenue par la commission diligentée par la mairie[3],[4],[5].

Depuis 2010, Katharina Fritsch est membre à part entière de l’Académie des sciences et des arts de Rhénanie du Nord-Westphalie.

Caractéristiques de ses créations[modifier | modifier le code]

Là où le détail saillant ou l'aspect singulier ou la caractéristique frappante conditionnent la particularité d'une photographie et assurent sa crédibilité, on rencontre l'absence de tels détails, renforcé par le caractère monochrome. Elle joue également sur l'humour et la répétition de motifs. Sa vaste et puissante sculpture Rattenkönig (Le Roi de rats), une de ses créations les plus connus représentant un cercle de rats géants attachés par la queue[2], serait le résultat d'une expérience ordinaire, mi-dégoût, mi-fascination, vécue à la sortie de service d'une institution d'art new-yorkaise. L'artiste se trouva face à un trou à rats. Avec la légende et les contes parlant d'une pelote trônant au croisement de queues de rats noyés, foyer d'infection et pullulement démoniaque.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions individuelles
Expositions collectives
  • 1982 : Möbel perdu, Museum für Kunst und Moderne, Hambourg
  • 1987 : Skulptur Projekte in Munster, Westfalisches Landesmuseum für Kunst und Kulturgeschichte, Munster
  • 2005 : Fondation pour l'art contanporain Claudine et Jean-Marc Salomon, Exposition enchanté château, Alex

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Great women artists, Phaidon Press, (ISBN 978-0714878775), p. 145
  2. a b c d et e Anne Malherbe, « Fritsch, Katharina [Essen 1956] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Éditions Des femmes, , p. 1643
  3. « Sur Trafalgar Square, un coq de plus de 4 mètres ne fait pas l'affaire de tout le monde », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. « Le coq de Katharina Fritsch sème l'émoi à Trafalgar square », France Info,‎ (lire en ligne)
  5. Eric Albert, « L'art en place à Trafalgar Square », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « Deux Lionnes d’or à la Biennale de Venise 2022 », sur Le Journal Des Arts, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]