Kate Millett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Millett.
Kate Millett
Kate millet 1.jpg

Kate Millett en 1970.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
Paris (France)
Nom de naissance
Katherine Murray Millett
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web
Distinctions
Œuvres réputées
Couverture anglophone du livre Sexual Politics (titre de la publication en français : La Politique du mâle)

Katherine Murray Millett, dite Kate Millett (née le 14 septembre 1934 à Saint Paul (Minnesota) et morte le 6 septembre 2017 à Paris (France)) est une écrivaine féministe américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kate Millett poursuit avec succès des études à l'université du Minnesota en 1956, puis à l'université d'Oxford en 1958. En 1961, elle part pour le Japon d'où elle rentre en compagnie de Fumio Yoshimura, qu'elle épouse en 1965. Ils se séparent en 1970. En 1970, elle soutient sa thèse à l'université Columbia. C'est sa thèse publiée qui la rend célèbre : Sexual Politics (La Politique du mâle) analyse le pouvoir patriarcal à travers la littérature occidentale. Elle souligne notamment le sexisme et l'hétérosexisme des œuvres de D. H. Lawrence, Henry Miller et Norman Mailer, qu'elle oppose à celle de Jean Genet, qui donne selon elle une vision plus nuancée des rapports entre les sexes et du genre[1],[2]. Cet essai, publié en tant que tel en 1970, est salué par la presse comme le premier livre féministe d’importance depuis la publication en 1949, du Deuxième Sexe, de Simone de Beauvoir[3].

En 1971, elle achète une ferme à Poughkeepsie dans l'État de New York, qu'elle restaure pour en faire une communauté de femmes artistes, baptisée « Women's Art Colony Farm »[1],[4]. Certaines de ses œuvres, telles les romans Flying (En vol) et Sita, rendent compte sous le voile de la fiction de ses expériences homosexuelles avec des femmes[4]. En Iran relate son passage en Iran pour y soutenir les droits des femmes[4]. Elle est expulsée du pays. La plupart de ses livres sont traduits par Elisabeth Gille.

En 1990, elle témoigne dans The Loony-Bin Trip de son hospitalisation pour trouble bipolaire[5].

Elle meurt le 6 septembre 2017 à Paris, en France, où elle est venue fêter son anniversaire, à 82 ans, avec sa femme, la photojournaliste Sophie Keir[3],[6].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Sexual Politics (1970) ; trad. La Politique du mâle, Stock, 1971 ; Seuil, 1983.
  • The Prostitution Papers (1973) ; trad. La Prostitution, quatuor pour voix féminines, Denoël Gonthier, 1972.
  • Flying (1974) ; trad. En vol, Stock, 1975.
  • Sita (1977) ; trad. Sita, Stock, 1978.
  • The Basement (1979) ; trad. La Cave, méditation sur un sacrifice humain, Stock, 1980.
  • Going to Iran (1979) ; trad. En Iran, Éditions des femmes, 1981.
  • The Loony-Bin Trip (1990)
  • The Politics Of Cruelty (1994) ; trad. La politique de la cruauté, Éditions des femmes, 2010.
  • A.D.: A Memoir (1995)
  • Mother Millett (2002)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amandine Schmitt, « Mort de Kate Millett, la grande féministe qui remettait Freud à sa place », sur Bibliobs, (consulté le 7 septembre 2017).
  2. (en) Maureen Freely, « Return of the troublemaker: Her Sexual Politics took the world by storm in 1970 and now Kate Millett is making the personal political again », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Mort de Kate Millett, figure du féminisme », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. a, b et c Juliette Dor, « Millett, Kate [Saint-Paul, Minnesota, 1934] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, (lire en ligne), p. 2927
  5. « Millett Kate (1934- ) », sur Encyclopedia Universalis
  6. (en) « Feminist Icon and Author Kate Millett Dies », Advocate.com,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]