Kate Douglas Wiggin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wiggin.
Kate Douglas Wiggin
Description de cette image, également commentée ci-après

Kate Douglas Wiggin

Nom de naissance Kate Douglas Smith
Naissance
Philadelphie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 66 ans)
Harrow, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Activité principale
Écrivain, Éducatrice
Auteur
Langue d’écriture Anglais
Genres

Œuvres principales

  • Rebecca du ruisseau ensoleillé (1903)

Kate Douglas Wiggin (née Kate Douglas Smith le à Philadelphie et morte le à Harrow en Angleterre), est une éducatrice et un auteur d'histoires pour enfants, notamment le classique Rebecca du ruisseau ensoleillé (Rebecca of Sunnybrook Farm, 1903), adapté plusieurs fois au cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Robert N. Smith, un avocat d'origine galloise, Kate Douglas Smith naît aux États-Unis, à Philadelphie, dans l’État de Pennsylvanie. Elle mène une enfance heureuse avec sa sœur Nora, malgré la guerre de Sécession et la mort prématurée du père. Veuve, sa mère se remarie trois ans plus tard avec Albion Bradbury. La famille déménage alors dans un village de l’État du Maine. C'est dans ce milieu rural que Kate Douglas Smith grandira. Un frère naîtra, Philip.

En 1873, afin de soigner la maladie des poumons d'Albion Bradbury, la famille déménage au bord de la mer Pacifique, à Santa Barbara, dans l’État de Californie ; le beau-père de Kate mourra trois ans plus tard.

Une formation de classe maternelle ayant cours à Los Angeles, Kate s'y inscrit et obtiendra son diplôme en 1878. La même année, elle créé la première école maternelle gratuite de Californie, dans les bas-quartiers de San Francisco. Dans les années 1880, avec sa sœur Nora, elle créé une école pour former les maîtres de maternelle.

En 1881, à l'âge de vingt-cinq ans, elle épouse Samuel Bradley Wiggin, un avocat de San Francisco, qui décédera huit ans plus tard, en 1889. Kate retourne alors dans le Maine. En 1895, elle se remarie avec un homme d'affaires de New York, George Christopher Riggs. N'ayant pas eu d'enfant, elle partagera son temps entre l'écriture, des voyages en Europe et des récitals pour des œuvres caritatives pour enfants.

Elle consacrera sa vie au bien-être des enfants, à une époque où ceux-ci étaient vus comme de la main d’œuvre bon marché. Elle a également écrit des livres pour adultes et pour enfants.

Rebecca du ruisseau ensoleillé[modifier | modifier le code]

Poster pour la pièce de théâtre Rebecca du ruisseau ensoleillé (1911)

Œuvre la plus connue de l'auteur et grand succès de librairie aux États-Unis, ce classique de la littérature américaine pour enfants relate l'histoire de Rebecca Randall, une fillette que ses parents pauvres envoient vivre chez deux tantes sévères dans le village fictif de Riverboro, dans L’État du Maine. La joie de vivre de Rebecca est une source d'inspiration pour son entourage, mais elle doit aussi faire face à de nombreuses épreuves, tout en grandissant, gagnant ainsi en sagesse et en compréhension, jusqu'à devenir une jeune femme.

Le roman a été adapté plusieurs fois au théâtre et trois fois au cinéma, contribuant à prolonger son succès. L'auteur écrira une suite en 1907, inédite en France : New Chronicles of Rebecca.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans parus en France[modifier | modifier le code]

Seuls deux de ses romans ont été publiés :

  • Les Locataires de la maison jaune
    Titre original : Mother Carey's Chickens. Première parution française : 1926, éditions Hachette, Paris, collection Bibliothèque verte, traduction de Françoise Martin-Guelliot, illustrations d'André Pécoud. Rééditions : 1961, éditions Hachette, collection Nouvelle Bibliothèque rose, traduction de Françoise Martin-Guelliot, illustrations de François Batet.
  • Rebecca du ruisseau ensoleillé
    Titre original : Rebecca of Sunnybrook farm. Première parution française : 1948 sous le titre La Petite Rebecca du ruisseau ensoleillé[1], Paris : F. Hazan, collection Les Heures claires no 17 ; traduction de Marguerite Clément, illustrations de Maurice Van Moppès. Il est réedité en 1961 et 1964 sous le titre Rebecca du ruisseau ensoleillé aux éditions G. P., collection Spirale puis collection Super 1000 ; traduction de Marguerite Clément, illustrations de Félix Lacroix[2].

Ouvrages principaux[modifier | modifier le code]

  • 1883 : The Story of Patsy
  • 1887 : The Birds' Christmas Carol
  • 1902 : The Diary of a Goose Girl
  • 1903 : Rebecca of Sunnybrook Farm (publié en France sous le titre : Rebecca du ruisseau ensoleillé)
  • 1905 : Rose o' the River
  • 1907 : New Chronicles of Rebecca, suite de Rebecca du ruisseau ensoleillé
  • 1907 : The Old Peabody Pew'
  • 1911 : Mother Carey's Chickens (publié en France sous le titre : Les Locataires de la maison jaune)
  • 1916 : The Romance of a Christmas Card
  • 1923 : My Garden of Memory (autobiographie posthume)

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Roman Rebecca du ruisseau ensoleillé

À la télévision[modifier | modifier le code]

Roman Rebecca du ruisseau ensoleillé
  • 1978 : Rebecca of Sunnybrook Farm, série télévisée britannique de Rodney Bennett, avec Julia Lewis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (notice BnF no FRBNF31648676)
  2. (notice BnF no FRBNF33223168), (notice BnF no FRBNF33223169)