Kassav'

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kassav’)
Kassav
Pays d'origine Guadeloupe
Genre musical Zouk
Années actives Depuis 1979
Site officiel http://www.kassav-official.com/
Composition du groupe
Membres Georges Décimus
Jocelyne Béroard
Jean-Philippe Marthély
Jean-Claude Naimro
Anciens membres Jacob Desvarieux (1955 † 2021)
Pierre Edouard Décimus Claude Vamur
Patrick Saint-Éloi (1958 † 2010)

Kassav' est un groupe de musique fondé en Guadeloupe en 1979 sur la base d'un rythme de gwo ka guadeloupéen, du ti bwa martiniquais et du mendé. Le mot « kassav » fait référence à la cassave (galette de manioc) en créole[1].

L'aventure a commencé lorsque Pierre-Edouard Decimus, vieux routier de la musique antillaise, membre du groupe Les Vikings, décide de concevoir une nouvelle démarche musicale avec Freddy Marshall (artiste guadeloupéen). Ils font appel à Georges Decimus, frère de Pierre Edouard, et Jacob Desvarieux à l’époque guitariste et arrangeur, plutôt amoureux de Rock et de R’n’B. Très attaché à la musique populaire de la Guadeloupe, Pierre-Edouard Décimus cherche à l’adapter aux techniques musicales modernes.

Pour les enregistrements, ils travaillent avec de nombreux musiciens de studio, qui vont devoir réaliser ce qu’ils ont en tête. C’est d’abord expérimental. Les rythmes d'origine, venant essentiellement du Gwoka (genre musical de la Guadeloupe), serviront de base à la musique dont ils rêvent. Kassav' est donc un concept avant d’être un groupe. Une réflexion, un désir de progression, un retour aux sources. Le trio de base du groupe rentre en studio en novembre et, au début de l'année 1979, paraît le premier album de Kassav', intitulé Love and Ka Dance.

Le groupe se formera au fur et à mesure, sous différentes formes « Soukwé kò’w » ou Kassav', avec des allées et venues de musiciens et chanteurs jusqu'en 1984. A cette époque, les musiciens antillais sont rarement professionnels : la musique est un passe-temps et difficilement un métier - « ça ne paye pas ».

Kassav' va bouleverser l'une et l'autre habitude: en se produisant essentiellement en concert, en enregistrant disque sur disque, seize jusqu'à présent (sans compter les «live») sous le nom générique du groupe, et plus de trente albums solos de ses membres. En conquérant un public de plus en plus vaste et fidèle et en popularisant le zouk, le groupe rend orgueil et considération à la musique et aux musiciens antillais dans les Caraïbes comme en France, en Afrique, et dans le reste du monde. Les premiers albums du groupe, considérés à l'époque par les majors français comme étant trop « ethniques » sont produits par divers producteurs de musique antillaise, et distribués généralement par Sonodisc.

Kassav' est un groupe célèbre à l'international, et a joué sur les cinq continents. Il a donné des concerts aussi bien au Congo-Brazzaville qu'au Sénégal, aux États-Unis, au Japon et même en URSS, devenant le premier groupe « noir » à jouer là-bas[2].

La musique de Kassav' a influencé la musique antillaise, et a contribué à sa promotion en dehors des frontières de la France comme des Caraïbes[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

L'histoire de Kassav'[4] commence en 1979 avec Pierre-Édouard Décimus, musicien professionnel dans un orchestre (Les Vikings de la Guadeloupe) de danse depuis les années 1960, et Freddy Marshall. Pierre-Édouard Décimus avait lu un article sur Goldorak et les noms à succès ; pour plaire au public, il fallait un V, un K ou un L avec une histoire pathétique ; avec Freddy Marshall, il choisit Kassav'[5]. La cassave est un produit du terroir agricole mais aussi rattachée à des drames car le manioc contient du cyanure qui s’évapore avec la cuisson.

Entre 1979 et 1983 le groupe est plutôt expérimental et de nombreux chanteurs intègrent puis quittent le groupe. En 1979, les piliers du groupe sont Jacob Desvarieux, Georges et Pierre-Edouard Décimus et Freddy Marshall aux chants.

Lors de la sortie de leur second album en 1980, on peut entendre Jocelyne Béroard en chœur sur le titre Soleil, titre qu'elle reprendra dans l'album Vini pou en 1987. Elle intégrera le groupe de manière définitive en 1983.

En 1981, Christophe Zadire quitte le groupe pour raison personnelle, le groupe accueille Jean-Claude Naimro aux claviers et Jean-Philippe Marthély au chant. En 1982, c'est le timide Patrick Saint-Eloi qui rejoint le groupe et s'impose dès lors comme le créole lover et mènera une carrière solo en parallèle. En 1983, la mouture définitive du groupe est faite. Jocelyne, Jean-Philippe et Patrick aux chants, Jacob aux guitares et chant, Jean-Claude aux claviers, Georges à la basse, Claude Vamur à la batterie. Par ailleurs, le groupe fait appel à deux danseuses : Catherine Laupa et Marie-Josée Gibon et également à une section de cuivres qui fait la particularité de Kassav'.

En 1984, Jacob et George sortent l'album Yélélé avec le tube Zouk la sé sèl médikaman nou ni qui va propulser le groupe au rang des plus grands[6]. En 1985, c'est le premier Zénith du groupe sans l'aide des médias. Cette même année quatre albums voient le jour An ban chenn de Kassav', An ba latè de Jean-Claude Naimro un album sans titre de Patrick et Jean-Philippe qui lancent par la même occasion le concept Bizness et l'album solo de Jean-Phillipe Marthély avec des tubes comme Rété ou Bel kréati.

Un an plus tard en 1986, la voix féminine du groupe sort son album Siwo [7] qui deviendra le premier disque d'or pour une chanteuse antillaise. Il s'ensuit alors une seconde tournée au Zénith de Paris ainsi qu'en Afrique.

Après un pèlerinage en Afrique, Jacob et Georges sortent un album intitulé Gorée du nom de l'île d'où partaient de nombreux esclaves africains vers les Antilles. Sur cet album les sonorités africaines sont omniprésentes et marquent également un tournant dans le son Kassav'.

En 1987, la machine Kassav' sort un nouvel opus, Vini pou qui sera disque de platine. Sur cet album, on trouve de nombreux tubes teintés d'un son africain comme Syé Bwa et Vini pou.

C'est également l'année où le groupe signe avec Sony music (CBS à l'époque) et permet à Kassav' de s'émanciper tant au niveau des moyens qu'au niveau de la créativité. Cependant en signant avec Sony Music, leur contrat stipulait qu'aucun album solo ne devait sortir avant trois ou quatre ans afin d'installer le style Kassav'.

En fin d'année 1988, le groupe décide de réunir tous les artistes antillais en vogue pour deux concerts sous le nom du Grand Méchant Zouk. En 1989, le groupe a dix ans et pour cela, un nouvel album voit le jour Majestick zouk et le Zénith est investi trois soirs de suite pour des concerts anniversaires.

En 1990, Kassav' organise le deuxième Grand méchant zouk, concept initié deux ans plus tôt.

En 1991, Georges Décimus quitte le groupe et est remplacé par Frédéric Caracas. Le groupe fait appel aussi à des choristes en remplacement de Catherine Laupa et Marie-Josée Gibon qui ne se limiteront qu'aux chorégraphies. La particularité de ces choristes est qu'elles viennent des îles anglophones de Trinité et Tobago. Cette même année, Jocelyne sort son deuxième album solo intitulé Milans.

L'année 1993 voit le départ temporaire de Jean-Claude Naimro qui part en tournée mondiale avec Peter Gabriel. Il est remplacé par Thierry Vaton.

En 1994, Patrick Saint-Eloi sort un nouvel album intitulé Zoukamine avec de nombreux tubes comme Ki jan kéfè.

En 1995, un important turn-over a lieu du fait du changement de manager du groupe. César Durcin quitte le groupe et est remplacé par Patrick Saint-Elie, un percussionniste martiniquais. Douglas Mbida est remplacé par le jeune pianiste Philippe Joseph. Guy Nsangé succède à Frédéric Caracas à la basse. Le plus gros changement se fait surtout au niveau de la section cuivre : les départs de Claude Romano au trombone, de Claude Thirifays aux saxophones et de Jean-Pierre Ramirez à la trompette. Fabrice Adam, jeune trompettiste rejoint le groupe dès 1994, et Claude Pironneau, saxophoniste rejoint le groupe à partir de 1998 pour quelque temps et de façon définitive à partir de 1999 lors des 20 ans du groupe à Bercy.

Ces départs sont aussi une conséquence de la volonté de Sony Music de faire une distinction entre les têtes d'affiche et les autres. En effet avant cela, tous les musiciens de Kassav' avaient le statut de membres du groupe. Sony Music a décidé de réduire le groupe aux cinq têtes d'affiches et les autres membres passent au statut de musiciens du groupe.

De nombreux musiciens estimaient qu'ils ont participé au succès du groupe et n'approuvaient pas la politique de Sony Music et ont donc quitté le groupe en 1995.

C'est également l'année de la sortie de leur douzième album studio Difé avec de nombreux invités, notamment Manu Katché à la batterie, et Stevie Wonder à l'harmonica. Une tournée s'en suivra avec un passage au Zénith en .

1996 c'est également la sortie de l'album Marthéloi, de Marthély et de Patrick Saint-Eloi, qui succède au concept Bizness en 1985. Un an plus tard, Jean-Claude Naimro sort son deuxième album solo Digital dreads dans lequel il invite ses amis à interpréter des chansons. 1998, c'est la sortie de deux albums solos : Lovtans de Patrick Saint-Eloi et O péyi de Marthély.

En fin d'année 1998, le groupe sort un album aux sonorités latines Un toque latino où ils revisitent leurs plus grands succès en espagnol.

En 1999, Kassav' fête ses 20 ans à Bercy pendant 2 jours : 32 000 spectateurs sont venus assister aux concerts. Un best of avec trois chansons inédites sort dans les bacs.

Un an plus tard, le groupe sort son treizième album studio Nou la. S'en suivra une tournée en 2001 au Zénith de Paris, dernier Zénith avec Kassav' pour Patrick Saint-Eloi qui quitte le groupe en 2002, pour se consacrer à sa carrière solo après 20 ans de collaboration au sein du groupe. C'est également l'année où il produit un dernier album solo avec Kassav, intitulé Swing Karaib.

Guy Nsangué, bassiste est remplacé par Stéphane Castry entre 2002 et 2004 avant le retour officiel de Georges Décimus.

Les projets solos se poursuivent l'année suivante, avec la sortie du troisième album solo de Jocelyne, Madousinay, avec un vibrant hommage rendu à Edith Lefel morte en janvier de la même année. Quant à Jacob, il participe au succès du concept Dis l'heure de zouk avec notamment Passi.

En 2004, Georges Décimus et Marie Josée Gibon réintègrent la troupe pour la sortie du 14e album. Leur chanson Kolé Séré a fait l'objet d'une reprise par Jimmy Buffett. le 4, 5 et , Carnaval tour est le nom d'une tournée de Kassav'.

Le , la troisième éditions du GMZ (Grand Méchant Zouk) est organisée à Bercy avec toute la nouvelle génération d'artistes. Ce sera un succès mitigé.

Jean-Phillipe Marthély sort également un nouvel album solo en 2006 intitulé Koulè lanmou.

Entre les tournées, les projets solo, Kassav' se retrouve le pour nous présenter leur dernier opus All u need is zouk, qui se veut une traduction quasi littérale de zouk la sé sèl médikaman nou ni. Quatorze titres qui parlent de l'histoire, de la vie tout simplement. Il s'ensuit une tournée qui les fera passer par le Zénith de Paris Le 4, 5 et dans le cadre du All u need is zouk tour.

Le , Kassav' fête ses 30 ans d'existence au Stade de France, devant 65 000 personnes, avec Admiral T en première partie. Une centaine d'artistes les accompagne dont Tony Chasseur, Jean-Luc Guanel, Jocelyne Labylle, Princess Lover et Tanya Saint-Val et le congolais Fally Ipupa. C'est également le départ de Claude Vamur après 27 ans de collaboration. Hervé Laval assure l'intérim avant que le groupe donne la chance à un jeune batteur Thomas Bellon. Kassav' devient ainsi le premier groupe français à se produire au Stade de France avant Indochine.

Le est une date importante pour le groupe Kassav', en effet, Patrick Saint-Eloi qui avait quitté le groupe en 2002, meurt d'une longue maladie en Guadeloupe.

En 2011, Kassav' organise la 4e édition du Grand Méchant Zouk et remplit le Zénith deux soirs de suite. L'opération est reconduite en juin 2012. Jocelyne Béroard organise son premier concert solo à l'Olympia qui a déjà accueilli Patrick, Edith Lefel et Tanya Saint-Val.

Kassav' est en concert le 7, 8 et au Zénith de Paris pour le lancement de la tournée Mawonaj tour consécutif à la sortie de l'album Sonjé le . Le groupe rend hommage à Patrick Saint-Eloi et revient aux sources du zouk.

Les 8 et , le groupe se produit pour la première fois à l'Olympia, pour clôturer le Mawonaj'tour sur le territoire métropolitain.

Claude Pironneau, saxophoniste quitte le groupe en fin d'année 2013 après 14 ans de collaboration. Il est remplacé par Bruno Ribera en 2014.

Jean-Philippe Marthély sort un best-of avec des titres inédits dont le tube Coco bô Nini.

La sixième édition du Grand Méchant Zouk se déroule le au Zénith de Paris.

En 2015, le percussionniste Patrick Saint-Elie quitte le groupe pour raisons personnelles. Il est remplacé dans un premier temps par un jeune percussionniste, Boris Reine Adelaide, entre 2015 et 2017, puis par un duo de percussionnistes, Mickael Lordelot et Dominique Tauliaut, à partir de 2017.

Le , l'ancien percussionniste du groupe, César Durcin meurt à l'âge de 58 ans des suites d'une longue maladie.

Les 27, 28 et , Kassav' se produit pour la dernière fois dans sa salle fétiche, le Zénith de Paris, avant une nouvelle tournée mondiale « Chiré Douvan Tour ».

Le , à l'occasion des sept ans de la mort de Patrick Saint-Eloi, Kassav' organise une édition spéciale du Grand Méchant Zouk où de nombreux artistes sont venus interpréter le répertoire de Patrick.

Le , Jocelyne Béroard se produit sur la scène de la Cigale à Paris pour un concert solo avant les préparatifs du 40e anniversaire.

Jacob Desvarieux lance son projet solo Nanm Kann, où il interprète les chansons de son album solo Euphrasines blues sorti en 1999 et revisite le répertoire de Kassav' avec une sonorité jazz.

Freddy Hovsepian, trompettiste du groupe, est remplacé après 39 ans de collaboration pour raisons de santé par Jacques "Kako" Bessot et Philippe Slominsky.

En , Kassav' devient le premier groupe français à jouer à La Défense Arena devant 40 000 personnes. En première partie, fut organisée la huitième édition du Grand Méchant Zouk. Cette tournée des 40 ans du groupe leur permet de faire le tour du monde, une nouvelle fois, en jouant aux Antilles, dans le Pacifique notamment. Un DVD du concert filmé sort dans les bacs le .

Le , le chanteur Jean-Philippe Marthély est victime d'un AVC, depuis, il est en convalescence[8].

Le , le trompettiste Freddy Hovsepian meurt à l'âge de 76 ans des suites d'une longue maladie[9].

Le , le guitariste Jacob Desvarieux, de santé fragile depuis une greffe de rein, est hospitalisé au CHU des Abymes de Pointe-à-Pitre. Diabétique, le musicien s'y était rendu dans un état de faiblesse, dans le cadre des contrôles périodiques qu'il doit effectuer depuis la greffe de rein qu'il a subie. Et c'est au cours de ce contrôle qu'il a été testé positif à la Covid-19. Depuis, il était hospitalisé, en raison de complications liées à sa greffe. Il succombe du coronavirus le vendredi , à l’âge de 65 ans[10].

Influences[modifier | modifier le code]

Kassav' est le créateur du zouk[11],[12] dans les années 1980 avec un style nouveau, notamment le mélange de musiques antillaises (bèlè, gwo-ka, biguine, compas, kadans, calypso, cadence-lypso) et le combo claviers-boîtes à rythmes ainsi que le funk nord-américain. À son origine, le groupe décide de renouveler, moderniser et sortir de son image folklorique la musique traditionnelle (tambour) carnaval qu'ils ont toujours joué. Le groupe associe des influences de compas (très populaire et très écouté en Guadeloupe et Martinique), de salsa, de reggae de la fin des années 1970, aux rythmes de la biguine et du merengue qui, avant la naissance du groupe, existaient principalement comme styles musicaux :

  • le Compas, musique contemporaine originaire d’Haïti.
  • le Gwoka, musique traditionnelle de la Guadeloupe, dont il existe 7 variantes (rythmiques),
  • le Bèlè, musique traditionnelle de la Martinique, dont il existe 11 variantes (rythmiques),
  • la Mazurka, la valse créole, le chouval-bwa, musiques traditionnelles de la Martinique associées à la ville de Saint Pierre, originaires d'Europe,
  • la Biguine, musique et danse traditionnelle de la Martinique ( Saint-Pierre),
  • la Cadence-Lypso créée par Exile One en Dominique et interprétée par des groupes tels que Les Grammacks ou Bill O Men, groupes dominicais
  • le Kadans (repris précédemment par Les Aiglons et Typical Combo de Guadeloupe).
  • Kassav' utilise aussi le rythme du Makossa (un rythme populaire issu du Cameroun), comme par exemple dans le premier single de JC Naimro intitulé La vie ka roulé produit par le saxophoniste Manu Dibango[13].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Membres additionnels[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Autres albums[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

DVD live[modifier | modifier le code]

Clips vidéo[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1988 : Meilleur groupe – Victoires de la Musique, France
  • 1989 : Meilleur groupe – Francophonie, Québec, Canada
  • 1990 : Meilleur groupe sur scène – African Referendum of RFI, France
  • 1993 : Meilleur groupe de Zouk – West Indies Awards, New York, États-Unis / Meilleur groupe – Africar Awards, Abidjan, Côte d'Ivoire
  • 1994 : Meilleur groupe – Curaçao / Meilleur concert – Curaçao
  • 1997 : Meilleur groupe – Africar Awards, Libreville, Gabon
  • 1999 : Meilleur groupe sur scène – Music Awards, Martinique
  • 2001 : Prix SACEM Guadeloupe du Meilleur zouk
  • 2007 : Grand Prix SACEM France des Musiques du monde et traditionnelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raphaël Confiant, « Dictionnaire du créole martiniquais », sur potomitan.info, 1979-2007 (consulté le )
  2. en 2019 ils sont remplacés par Christophe mae au festival tempo Latino!« Kassav' casse la baraque », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Jacques Denis, « «Au départ, Kassav’ était un laboratoire» », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Gérald Désert, Le Zouk. Genèse et représentations sociales d’une musique populaire, préface de Apollinaire Anakesa Kululuka, Paris, Anibwe, coll. Liziba, 2018
  5. Kelly Pujar, « 40 ans de Kassav' : six anecdotes que vous auriez manquées », sur La 1ère France TV Info,
  6. http://www.rfimusique.com/artiste/zouk/kassav/biographie RFI : fiche Kassav
  7. https://www.franceinter.fr/personne-jocelyne-beroard-0 France inter : fiche Jocelyne Béroard
  8. "Ma mission n'est pas terminée, j'ai beaucoup à faire et à dire encore" (Jean-Philippe Marthély, chanteur de Kassav'), francetvinfo, 23 janvier 2021
  9. Disparition du trompettiste du groupe Kassav à l'âge de 77 ans, francetvinfo, 11 février 2021
  10. « Jacob Desvarieux, leader du groupe antillais Kassav’, est mort », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Le monde : Mort de Jacob Desvarieux, cofondateur de Kassav’, le groupe inventeur du zouk à l’influence mondiale
  12. « Le succès international de Kassav’ le prouve : le zouk, c’est du sérieux », sur Télérama (consulté le )
  13. Léo Pajon, « Musique – Kassav’ : « L’Afrique s’est ouverte à nous avant la France » », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  14. Les musiques soul et funk: la France qui groove des années 1960 à nos jours, Vincent Sermet
  15. Freddy Hovsepian, trompettiste du groupe Kassav, est décédé à l'âge de 77 ans, rci.fm, 11 février 2021

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]