Karyn Nishimura-Poupée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Karyn Nishimura-Poupée
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
Nom de naissance
Karyn PoupéeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Taku Nishimura (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Karyn Nishimura-Poupée née Karyn Poupée en France le [1],[2] est une journaliste française indépendante, correspondante du quotidien français Libération, de l'hebodomadaire Le Point et de la station de radio publique Radio France au Japon, après avoir été journaliste au bureau de l'Agence France-Presse (AFP) au Japon entre décembre 2004 et février 2020[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Karyn Nishimura-Poupée est l'auteur d'un essai sociologique, Les Japonais (éditions Tallandier - , actualisé début 2012 pour l'édition de poche), portrait de la société japonaise contemporaine, ainsi que d'un essai historique, Histoire du Manga (éditions Tallandier - , actualisé en 2016 pour l'édition de poche), cheminement parallèle du manga et de la société japonaise de 1850 à 2010.

Elle a également publié deux essais au Japon aux éditions Daiwa Shobo : Furansujin mama kisha, Nihon de kosodate suru (フランス人ママ記者、日本で子育てする?)[4] en 2012 et Fuben demo ki ni shinai Furansujin, benri na no ni fuan na Nihonjin (不便でも気にしないフランス人、便利なのに不安な日本人?) en 2017[5].

Elle co-anime l'émission Slow News sur Tokyo FM tous les 3e jeudis du mois et tient une chronique mensuelle, Tokyo Eye, dans l'hebdomadaire NewsWeek Japan.

Elle est mariée au dessinateur japonais de manga Jean-Paul Nishi, de son vrai nom Taku Nishimura, et apparaît régulièrement dans ses œuvres À nous deux Paris !, Paris, le retour ! et Paris toujours ! publiés en France aux Éditions Philippe Picquier[6] et À nos amours, publié en France chez l’éditeur Kana (groupe Dargaud)[7].

Prix[modifier | modifier le code]

Elle a reçu le prix littéraire japonais Shibusawa-Claudel pour son travail en 2009[8].

Le , elle reçoit les insignes de Chevalier dans l’Ordre national du Mérite[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) « カリン・プペさん Karyn Poupée - フランス生活情報 フランスニュースダイジェス », sur newsdigest.fr (consulté le 7 juillet 2015).
  2. (ja) « カリン プペとは - コトバンク », sur Kotobank (consulté le 7 juillet 2015).
  3. a et b « Remise de l’Ordre national du Mérite à Mme Karyn Nishimura-Poupée », sur ambafrance-jp.org, Ambassade de France au Japon (consulté le 30 mai 2015).
  4. (ja) フランス人ママ記者、東京で子育てする (lire en ligne).
  5. (ja) Karyn Nishimura-Poupee, 不便でも気にしないフランス人、便利なのに不安な日本人 (lire en ligne).
  6. « Paris librairies » (consulté le 21 août 2017).
  7. « A nos amours | Kana », sur www.kana.fr (consulté le 21 août 2017).
  8. « Japon: La journaliste Karyn Poupée lauréate du prix Shibusawa-Claudel », Le Parisien, 29 juin 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]