Karthago Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karthago Airlines
Logo de cette compagnie
AITA OACI Indicatif d'appel
5R KAJ Karthago
Repères historiques
Date de création
Dates clés 2008 : fusion avec Nouvelair Tunisie
Fondateur Belhassen Trabelsi
Généralités
Basée à Aéroport international de Djerba-Zarzis
Taille de la flotte 6 ()
Siège social Tunis
Société mère Groupe Karthago
Société sœur Karthago Hotels
Karthago Travel Services
Données financières
Chiffre d'affaires 85 millions () en 2005
Résultat net 3 millions () en 2005

Karthago Airlines (قرطاج للطيران) (code AITA : 5R, code OACI : KAJ) est une compagnie aérienne tunisienne dont le premier vol commercial a lieu le . En 2008, la compagnie fusionne avec sa concurrente Nouvelair Tunisie.

Le capital de la société est dominé par le groupe Karthago du fondateur Belhassen Trabelsi — frère de l'ancienne première dame Leïla Ben Ali — à hauteur de 34,6 % (14 juin 2007) et la société d'investissement émiratie Dubai Investment Group Limited à hauteur de 33,56 % (août 2007)[1].

Elle réalise un chiffre d'affaires d'environ 85 millions d'euros en 2005 (+ 21,4 %), avec un bénéfice net de trois millions d'euros (+ 25 %), et détient 20 % des parts de marché, à partir de sa création le , avec Nouvelair Tunisie (32 %) et la compagnie nationale Tunisair (48 %).

Karthago Airlines recourt à la location d'avions pour desservir une vingtaine de destinations européennes et concentre ses activités sur Djerba. Sa flotte est constituée de six Boeing 737-300.

Histoire[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

En 2003, Karthago Airlines et Nouvelair nouent une alliance en matière d'assistance opérationnelle et d'exploitation de leurs flottes respectives[2].

Le 29 juin 2006, la compagnie lance deux vols hebdomadaires reliant Paris-Orly à Djerba (jeudis et dimanches). De plus, à la faveur de l'accord de ciel ouvert entre la France et la Tunisie, elle réfléchit alors au lancement de lignes de Lyon vers Djerba et Monastir et veut ouvrir des dessertes vers Tunis en 2007. À terme, la compagnie souhaitait développer les vols réguliers jusqu'à hauteur de 35 % de son activité.

En août 2006, le PDG Belhassen Trabelsi et son homologue de Nouvelair, Aziz Miled, charge la Compagnie financière Edmond de Rothschild[2] d'étudier « la faisabilité d'un rapprochement » entre leurs deux compagnies. Cette décision est l'aboutissement de plus de deux mois de pourparlers secrets et pourrait permettre aux deux compagnies de supplanter Tunisair[3].

Le défi suivant de la compagnie est constitué par le lancement en de sa filiale égyptienne, KoralBlue, qui opère au départ de Charm el-Cheikh vers des destinations européennes. Le lancement effectif a lieu le avec un Airbus A320 décollant de Tunis.

À l'automne 2008, la fusion de Karthago Airlines et Nouvelair est décidée après l'approbation définitive le 30 mai de la parité d'échange des droits sociaux des deux compagnies et la suspension de la cotation de Karthago Airlines à la Bourse de Tunis, le 28 mai, à la suite d'une offre publique de retrait. Le groupe Karthago détient dès lors 21 % du nouvel ensemble alors que Nouvelair détient les 79 % restants[4]. Le 27 octobre 2008, Trabelsi est nommé PDG du nouvel ensemble qui garde la dénomination de Nouvelair[5].

Incidents[modifier | modifier le code]

Avion de Karthago Airlines

Un incident a lieu le sur un vol charter effectuant la liaison Djerba-Paris. Une quinzaine de minutes après le décollage, vers 07h30 locales, les masques à oxygène tombent, la température chute et il y a « une vague odeur de brûlé » selon une passagère contactée par l'AFP[6]. Le Boeing 737 regagne Djerba avec 141 passagers à bord dont certains, paniqués, sont pris de malaise et de vomissements. Karthago Airlines affrète ensuite un Airbus A320 de Tunisair, 134 passagers clients du voyagiste Promovacances ayant refusé de repartir avec la même compagnie[6]. Cette dernière minimise l'incident, indiquant que l'avion a fait demi-tour au nom du principe de précaution.

Un incident similaire s'était produit le , au départ de Paris, lorsque de nombreux passagers refusèrent d'embarquer pour Djerba à bord de l'Airbus A300 loué à la compagnie turque Fly Air (en raison de son mauvais état)[7]. L'avion effectua un retour à Paris-Orly une heure après son décollage et la compagnie affréta deux nouveaux appareils pour le transport des 235 passagers.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « DIG détient 1/3 du capital de Karthago Airlines », sur webmanagercenter.com,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  2. a et b « Tunisie : adoption du scénario juridique de la fusion entre Karthago Airlines et Nouvelair », sur tourismag.com,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  3. Abdelaziz Barrouhi, « Fiançailles tunisiennes », sur jeuneafrique.com,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  4. « Karthago - Le montage juridique de la fusion entre Nouvelair et Karthago adopté ; Belhassen Trabelsi dirigera le nouvel ensemble qui sera introduit en bourse d'ici décembre », sur tustex.com,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  5. « M. Belhassen Trabelsi, nouveau PDG de Nouvelair », sur webmanagercenter.com,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  6. a et b « Un vol charter fait un retour difficile peu après son décollage de Djerba », sur bladi.info,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  7. « Des passagers ayant refusé de prendre un avion à Orly partiront jeudi soir », Agence France-Presse, 25 août 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]