Karl von Eckartshausen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Allemagne
Cet article est une ébauche concernant l’Allemagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Karl von Eckartshausen
Karl von Eckartshausen.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 50 ans)
MunichVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de

Karl von Eckartshausen, écrivain et philosophe allemand, né au château d'Haimhausen en Bavière, 1752, mort à Munich en 1803.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils du comte Carl von Haimhausen, dont la protection lui permis d'être nommé conseiller aulique, membre de l'Académie de Bavière (1777), censeur de la librairie (1780) et enfin conservateur des archives de Bavière (1784).

II a publié un grand nombre d'écrits; les plus connus sont un Traité de la Création et un petit livre de théologie mystique intitulé Dieu est l'amour le plus pur (1790). Cet ouvrage, qui sous une forme chrétienne cache un pur déisme, eut un grand succès au XIXe siècle en Allemagne; il a été traduit dans presque toutes les langues, notamment en français par Gosvin-Joseph-Augustin de Stassart.

Il fut membre des Illuminés de Bavière sous le nom de Aetilius Regulus.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages d'Eckartshausen[modifier | modifier le code]

  • Dieu est l'amour le plus pur. Ma prière. Ma contemplation (1790), trad., Association Rosicrucienne, 1997, 292 p. [1] Les relations avec Dieu et avec autrui.
  • La Nuée sur le Sanctuaire ou Quelque chose dont la philosophie orgueilleuse de notre siècle ne se doute pas (1802), trad., Diffusion Rosicrucienne, 2001, 136 p. Sur l'Église invisible [2] [3]
  • Catéchisme de chimie supérieure (1819), trad. Paul Kessler in Alchimie, Cahiers de l'hermétisme, Albin Michel, 1978, p. 175-187. Annexe de Ueber die Zauberkräfte der Natur (Des forces magiques de la nature, p. 73-100).

Études sur Eckartshausen[modifier | modifier le code]

  • Antoine Faivre, Eckartshausen et la théosophie chrétienne, Klincksieck, 1969, 788 p.
  • Antoine Faivre, L'ésotérisme au XVIII° siècle, Seghers, 1973, p. 110-111.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

[[Catégorie:Mysticisme]]