Karl Wolfskehl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl Wolfskehl
Description de cette image, également commentée ci-après

Karl Wolfskehl, Alfred Schuler, Ludwig Klages, Stefan George et Albert Verwey (1902)

Naissance
Darmstadt Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Décès (à 78 ans)
Auckland Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture allemand

Karl Wolfskehl, né le à Darmstadt et mort le à Auckland en Nouvelle-Zélande, est un écrivain, poète et traducteur allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Karl Wolfskehl naît dans une vieille famille de la bourgeoisie juive de la région de Mayence. Il étudie à Giessen et à Leipzig et s'intéresse à la mythologie et aux légendes germaniques. En 1892, il découvre la revue littéraire de Stefan George, Blätter für die Kunst et rencontre le poète l'année suivante à Munich. À partir de là, chaque livraison de la revue contient des poèmes de Wolfskehl[1].

En 1898, il épouse Hanna de Haan, la fille d'un chef d'orchestre néerlandais en poste à Darmstadt[2]. Il s'installe à Munich. Son appartement au début du XXe siècle est un lieu de rencontre des intellectuels et des artistes. On y croise George, Ludwig Klages, Alfred Schuler, avec lesquels il forme les cosmiques, mais aussi Franziska zu Reventlow, Annette Kolb, Friedrich Gundolf, Rudolf Pannwitz, Martin Buber et les peintres encore inconnus Paul Klee et Franz Marc[3].

En 1933, après l'incendie du Reichstag, il s'exile d'Allemagne et émigre en Suisse puis en Italie. En 1938, il part pour la Nouvelle-Zélande où il passe les dix dernières années de sa vie[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Wolfskehl considérera toute sa vie George comme son maître[1]. À côté de ses poèmes, il publie des traductions adaptées de textes en français, flamand, moyen haut allemand, latin médiéval ou italien. Il publie aussi des articles dans des journaux tels que la Frankfurter Zeitung[4].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1927, Der Umkreis, Berlin, Bondi
  • 1934, Die Stimme Spricht, Berlin, Schocken Verlag
  • 1960, Karl Wolfskehl. Gesammelte Werke, Margot Ruben et Claus Victor Bock (éditeurs), deux volumes, Hambourg, Claassen

Sources[modifier | modifier le code]

  • (de) Claus Victor Bock, postface de Karl Wolfskehl. Gesammelte Werke, Margot Ruben et Claus Victor Bock (éditeurs), Volume 2, p. 595-609, Hambourg, Claassen, 1960.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bock 1960, p. 595-597.
  2. Bock 1960, p. 598.
  3. Bock 1960, p. 599-600.
  4. a et b Bock 1960, p. 603.

Liens externes[modifier | modifier le code]