Karl Biedermann (résistant)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Karl Biedermann
2008.06.30.KarlBiedermannAlfredHuthRudolfRaschke.AmSpitzWienC.JPG

Monument en la mémoire de Biedermann, Raschke et Huth, quartier de Floridsdorf, Vienne

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
VienneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Caserne Biedermann-Raschke-Huth
Caserne Biedermann-Raschke-Huth

Karl Biedermann (né le à Miskolc, en Hongrie, qui fait alors partie de l'Autriche-Hongrie, mort le à Vienne) était un commandant de la Heimwehr autrichienne, major de la Wehrmacht allemande puis membre de la Résistance allemande au nazisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été à l'école des cadets à Traiskirchen, Karl Biedermann sert dans l'armée austro-hongroise. À la fin de la Première Guerre mondiale, il a le grade de capitaine. Deux ans plus tard, il est libéré du service militaire. Dans la vie civile, il devient un fonctionnaire de la Caisse d'épargne postale et rejoint diverses organisations d'extrême droite paramilitaires.

En février 1934, Biedermann est commandant des Freiwilliges Schutzkorps (de), une des organisations de la Heimwehr. Il participe à la Guerre civile autrichienne dans la bataille à Karl Marx Hof.

Après l'Anschluss en mars 1938, il rejoint la Wehrmacht. En 1940, il est promu au grade de major. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il fait la bataille de France, la campagne des Balkans et le Front de l'Est puis est posté à Vienne.

Biedermann rejoint le groupe de résistance dirigé par le major Carl Szokoll au sein de la Wehrmacht autrichienne dans le district militaire XVII. Au printemps 1945, Szokoll monte l'Opération Radetzky, dont le but est d'aider l'Armée rouge dans la libération de Vienne et de prévenir des dommages importants. Biedermann et ses troupes doivent occuper des postes clés dans la ville et empêcher la démolition des ponts.

Mais le 6 avril l'Opération Radetzky est révélé. Biedermann est arrêté dans la nuit du 5 au 6 avril, traduit devant une cour martiale et condamné à mort. Le 8 avril, comme deux autres officiers résistants, le capitaine Alfred Huth et le premier-lieutenant Rudolf Raschke, il est pendu publiquement dans le quartier de Floridsdorf par le chef de la Sicherheitspolizei, Rudolf Mildner.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

En 1967, la Breitenseer Kaserne (de) dans l'arrondissement de Penzing (Vienne) est renommé des noms de Biedermann, Raschke et Huth. En 1995, à Vienne, une ruelle de Floridsdorf porte son nom Karl Biedermann.

Dans le jardin de l'église Gethsémané de Berlin, une plaque commémore l'acte de résistance de Karl Biedermann. Le gouvernement de l'Allemagne de l'Est avait refusé l'autorisation de la poser sur le site qui avait été initialement prévu, car elle ne rappelait pas les symboles officiels héroïques de la lutte, et elle a donc été installée sur le terrain de l'église le 3 octobre 1990.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carl Szokoll: Die Rettung Wiens 1945. Mein Leben, mein Anteil an der Verschwörung gegen Hitler und an der Befreiung Österreichs. Amalthea-Verlag, Wien 2001 (ISBN 3-85002-472-5)
  • Michael Krassnitzer: Widerstand in Hietzing. Freiheitskampf 1934-1938 und 1938-1945 am Beispiel eines Wiener Bezirks. Edition Volkshochschule, Wien 2004, (ISBN 3-900799-58-X)

Source, notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :