Karl Adam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adam (homonymie).
Karl Adam
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Pursruck (d) ou FreudenbergVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
TübingenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Clemens Adam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Babette Adam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
August Adam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Parti politique
Distinctions

Karl Adam est un prêtre allemand de l’Église catholique romaine () qui fut professeur de théologie à l’Université de Tübingen (1919-49) et dont les écrits anticipèrent l’approche œcuménique prônée par le Concile Vatican II.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Bavière en 1876, il suivit des cours de philosophie et de théologie au Séminaire de Ratisbonne et fut ordonné prêtre en 1900. Il passa les deux années suivantes occupé à du travail paroissial avant d’obtenir son doctorat à l’Université de Munich en 1904.

En 1915, il devint professeur de théologie à Munich. Deux ans plus tard, il accepta une chaire de théologie morale à Strasbourg puis alla en 1919 enseigner la théologie dogmatique à l’Université de Tübingen. Il prit sa retraite de ce poste en 1949.

Il a beaucoup écrit sur la théologie. Parmi ses livres on peut citer : La conception de l’Église de Tertullien, L’enseignement eucharistique de saint Augustin, Christus unser Bruder, Le Fils de Dieu, L’Esprit du catholicisme, Les racines de la Réforme, Le Christ de la foi (Der Christus des Glaubens) et Un et Saint.

Adam est surtout connu pour son œuvre de 1924 Das Wesen des Katholizismus (Le Vrai Visage du Catholicisme), ouvrage largement traduit et encore imprimé aujourd’hui. Dans cet ouvrage, il discute avec les laïcs sur la foi catholique et sur le rôle de l’Église en tant que gardienne de la foi.

En 1933, il devint membre du NSDAP, le parti nazi[1]. Il fut le théologien catholique le plus éminent à justifier la réconciliation du catholicisme et du nazisme. Après 1945, il devint professeur de dogmatique à l’Université de Tübingen.

En 1934, il avait attaqué ce qu’on appelait la religion allemande dans un discours sur Le Christ éternel[2].

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Das Wesen der Katholizismus 1924 (traduit en anglais The Spirit of Catholicism, 1929, et en français Le Vrai Visage du Catholicisme, Grasset, 1931)
  • Christ Our Brother, 1931
  • The Son of God, 1934
  • One and Holy, 1934.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernst Klee: Das Personenlexikon zum Dritten Reich. Wer war was vor und nach 1945. Fischer Taschenbuch Verlag, Deuxième édition mise à jour, Franc-fort-sur-le-Main, 2005, p. 10.
  2. Préface de Spirit of Catholicism, Doubleday 1954

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]