Karl-Friedrich Höcker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl-Friedrich Höcker
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Engershausen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
LübbeckeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Banquier, tortionnaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de

Karl Höker de son vrai nom Karl-Friedrich Höcker né le et mort le fut, durant la Seconde Guerre mondiale, un nazi et membre du personnel du camp de concentration d'Auschwitz. Il était un SS - Obersturmführer (Lieutenant) et l'adjoint de Richard Baer (Commandant du Camp de concentration d'Auschwitz de mai 1944 à février 1945). En 2006, un album photo confectionné par Höcker, avec quelque 116 photos de son séjour à Auschwitz, a été donné à l'United States Holocaust Memorial Museum, suscitant un nouvel intérêt pour ses activités en tant qu'administrateur de camps de concentration.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Le plus jeune d'une famille de six enfants, Höcker est né dans le village de Engershausen (qui fait maintenant partie de Preußisch Oldendorf ), Allemagne. Son père est maître maçon[1] (il est tué au combat pendant la Première Guerre mondiale).

Après une formation dans le commerce, il travaille jusqu'en 1930 comme comptable dans une quincaillerie. Après avoir été au chômage pendant un peu plus de deux ans et demi, il trouve jusqu'en avril 1933 différents petits emplois, puis un poste de caissier assistant dans une banque à Lübbecke[1]. En octobre 1933, il rejoint les SS en octobre 1933 puis le parti nazi en mai 1937.

Carrière dans les camps de concentration[modifier | modifier le code]

En 1940, il est muté au camp de concentration de Neuengamme où il fait partie de la Kommandantur jusqu'au printemps 1942. Il suit une formation militaire à la SS-Junkerschule (de) de Brunswick. Devenu SS-Untersturmführer, il est muté au camp de Majdanek et est l'adjoint du commandant Martin Weiss jusqu'à son affectation à Auschwitz en mai 1944. Il devient alors l'adjoint du commandant Richard Baer et est promu au grade de SS-Obersturmführer[1].

Fin de la guerre[modifier | modifier le code]

Le 16 janvier 1945 est donné le dernier ordre général concernant Auschwitz. Les nazis font exploser la plupart des crématoires et brûlent leurs archives, puis évacuent du camp quelque 58 000 prisonniers en état de marcher. C'est ce qu'on appelle « la marche de la mort ».

Le 18 janvier, le camp est totalement vidé de ses occupants allemands et les détenus valides ont commencé leur marche de la mort vers différents camps de concentration. En tant qu'adjoint au commandant en chef, Karl Höcker reste à Auschwitz jusqu'à l'évacuation puis est transféré au camp de Dora avec Richard Baer.

Les deux hommes administrent le camp jusqu'à l'arrivée des Alliés. Cependant Höcker parvient à prendre la fuite et quitter le camp juste avant l'arrivée des Américains. Il est arrêté par les Britanniques à Rendsburg. Muni de faux papiers, il ne put être identifié. Ignorant tout de ses activités à Majdanek et Auschwitz, les Anglais le relâchèrent fin 1946. C'est sans doute à ce moment-là qu'il se débarrassa de son album devenu encombrant. Il retourna chez lui où il retrouva sa femme, ses deux enfants et un emploi de conseiller bancaire.

Après Guerre[modifier | modifier le code]

L'album photo d'Auschwitz[modifier | modifier le code]

En 2006, un album de photos d'Auschwitz encore jamais vu à ce jour est arrivé à l'United States Holocaust Memorial Museum. L'album contient des images rares de la vie de fonctionnaires allemands à Auschwitz alors que le camp est en fonctionnement, y compris quelques photos de Josef Mengele à Auschwitz.

Höcker est mort en 2000, prétendant jusqu'à la fin qu'il n'avait rien à voir avec le camp d'extermination de Birkenau. Au cours de sa dernière déclaration au procès de Francfort en 1965, il a dit :

« Je n'ai appris ce qui se passait à Birkenau... que dans le temps où j'y étais ... et je n'ai rien à voir avec ça. Je ne pouvais rien y changer. Je n'avais aucune possibilité d'influencer ces événements, je ne les ai pas souhaités et je n'y ai pas participé. Je n'ai jamais fait de mal à personne ... Personne n'est jamais mort à Auschwitz à cause de moi. »

Höcker a déclaré qu'il n'avait jamais mis le pied sur la rampe lors de la sélection, bien qu'un survivant se soit rappelé qu'un officier du nom de Höcker avait été présent sur la rampe.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (de) « Karl Höcker Kurzportrait », sur www.auschwitz-prozess-frankfurt.de (consulté le 15 mars 2018).