Karine Tuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tuil.
Karine Tuil
Naissance
Paris
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Karine Tuil, née le à Paris, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Karine Tuil est l'auteur de neuf romans.

En septembre 2000 paraît son premier roman Pour le Pire aux éditions Plon qui inaugure une collection "jeunes auteurs". Il relate la lente décomposition d'un couple. il est plébiscité par les libraires mais c'est son second roman, Interdit, (Plon 2001) - récit burlesque de la crise identitaire d'un vieux juif - qui connaît un succès critique et public. Sélectionné pour plusieurs prix dont le prix Goncourt, Interdit obtient le prix Wizo. Il est traduit en plusieurs langues et adapté au théâtre par Salomé Lelouch en 2014 sous le titre: "Le mariage de Mr Wessmann"[1],[2]. Il est joué au théâtre La Bruyère[3] d'octobre 2014 à juin 2015, puis au festival d'Avignon en juillet 2015. Il est en cours d'adaptation cinématographique en Italie.

Le sens de l'ironie et de la tragi-comédie, l'humour juif se retrouvent encore dans 'Du sexe féminin' en 2002 - une comédie acerbe sur les relations mère-fille, ce troisième roman concluant sa trilogie sur la famille juive.

En 2003, elle rejoint les Éditions Grasset où elle publie son quatrième roman Tout sur mon frère qui explore les effets pervers de l'autofiction (nommé pour les Prix des libraires et finaliste du prix France-Télévision).

En 2005, elle publie Quand j'étais drôle qui raconte les déboires d'un comique français à New-York.

En 2007, elle publie Douce France, un roman social qui dévoile le fonctionnement des centres de rétention administrative.

En 2008, sort son septième roman, La domination, pour lequel elle reçoit la Bourse Stendhal du ministère des Affaires étrangères. Il évoque les jeux de pouvoir dans le milieu de l'édition à travers les prismes de l'identité. Il a fait partie des premières sélections du prix Goncourt, prix Goncourt des lycéens et du prix de Flore.

En 2010, son roman Six mois, six jours fait partie de la première et deuxième sélection du prix Goncourt 2010, de la première sélection du prix Interallié et du prix Goncourt des lycéens. Il a obtenu en 2011, le prix littéraire du roman news.

Son neuvième roman intitulé L'Invention de nos vies[4],[5],[6],[7]paraît en septembre 2013 à l'occasion de la rentrée littéraire aux éditions Grasset. Il figure dans plusieurs sélections de prix littéraires parmi lesquels le prix Fémina, l'Interallié, le prix Goncourt, Goncourt des lycéens, le prix des libraires. Il est finaliste du prix Goncourt[8]. "L'invention de nos vies" est traduit dans plusieurs pays parmi lesquels la Grande-Bretagne, les États-Unis (sous le titre "The age of reinvention"[9],[10],le Canada[11], l'Italie[12],[13], la Chine, la Grèce, les Pays Bas[14], l'Allemagne[15].

L'Invention de nos vies est en cours d'adaptation pour le cinéma.

Le mercredi 23 avril 2014, Karine Tuil a reçu les insignes de chevalier de l'ordre des arts et des lettres, décoration remise par Mme Aurélie Filippetti, ministre de la culture et de la communication[16].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dans la veine de Woody Allen », sur leparisien.fr (consulté le 5 décembre 2015)
  2. « Le Mariage de M. Weissmann », sur Télérama Sortir (consulté le 5 décembre 2015)
  3. « Théâtre La Bruyère » – Le Mariage de M. Weissmann », sur www.theatrelabruyere.com (consulté le 5 décembre 2015)
  4. «L’Invention de nos vies» par Karine Tuil, terriblement efficace, RFI, 23 décembre 2013
  5. (fr) « Rentrée littéraire 2013 - Karine Tuil ou les grandes espérances », sur Le Point, https://plus.google.com/+LePointfr (consulté le 5 décembre 2015)
  6. « Karine Tuil : sexe, mensonges et trahisons », sur Le Figaro (consulté le 5 décembre 2015)
  7. (fr) « D'une identité à l'autre, Karine Tuil », sur Le Huffington Post (consulté le 5 décembre 2015)
  8. « Les quatre finalistes du Goncourt dévoilés », sur Le Huffington Post (consulté le 5 décembre 2015)
  9. (en) Ron Charles, « ‘The Age of Reinvention’ review: A novel of Islamophobia and deception », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne)
  10. « French novel 'The Age of Reinvention' spotlights the pitfalls of Islamophobia », sur chicagotribune.com (consulté le 23 décembre 2015)
  11. Elizabeth Warkentin, « Karine Tuil's "important" novel, a “scathing indictment of racism,” captured imaginations in her native France », The Toronto Star,‎ (ISSN 0319-0781, lire en ligne)
  12. « La nuova vita di Samuel piena di bugie - la Repubblica.it », sur Archivio - la Repubblica.it (consulté le 5 décembre 2015)
  13. « L'invenzione della vita », sur ufficiostampa.sperling.it (consulté le 5 décembre 2015)
  14. « Karine Tuil, Een verzonnen leven (voorpublicatie) - Athenaeum Boekhandel », sur www.athenaeum.nl (consulté le 5 décembre 2015)
  15. Christian Buß, « Aufsteigerroman "Die Gierigen": Das System ist böse? Ich bin böser! », Spiegel Online,‎ (lire en ligne)
  16. « Discours d'Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l’occasion de la cérémonie de remise des insignes de Chevalier de l’ordre national du Mérite à Karine Gloanec-Maurin, de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres à Karine Tuil, le 23 avril à Paris. - Ministère de la Culture et de la Communication », sur www.culturecommunication.gouv.fr (consulté le 6 décembre 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]