Karim Sarroub

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Karim Sarroub
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Karim Sarroub est un psychanalyste et écrivain français né en 1969 à Skikda (ex-Philippeville), en Algérie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Karim Sarroub naît en 1969[1].

Il passe son enfance dans la ville de Skikda (ex-Philippeville) avant de s'installer à Paris en 1986 avec sa famille.

Après un court passage au Centre national du livre en 1996, au Bureau des auteurs, il se met à écrire et commence une analyse avec Gérard Miller qui durera dix-sept ans. Athée comme son père[2] et antireligieux revendiqué tel qu'il le déclarera sur France Culture[3], il dénonce la violence durant la Guerre Civile en Algérie et les arrestations des intellectuels[4]. Il est proche des psychanalystes lacaniens de l'École de la cause freudienne[5].

À la parution de son premier roman, A l'ombre de soi (Mercure de France, 1998) il participe avec Alexandre Lacroix, Vincent de Swarte, Philippe Caubère, Arnaud Cathrine, etc., à la publication de la revue Bottom[6], dédiée à la création contemporaine affranchie de toute allégeance partisane.

Il tient un blog hébergé par Le Monde.fr - après l'avoir été par le Nouvel Obs - où il ne craint pas la polémique[7],[8].

Selon Mediapart[9] le s'est tenue chez Karim Sarroub une réunion[10] regroupant des intellectuels de milieux associatifs, psychanalytiques, syndicalistes et universitaires, de l'Appel des appels[11]-[12], un mouvement contre les réformes inspirées du « New public management », touchant alors le service public. Parmi les premiers signataires de l'appel figurent Roland Gori, Nathalie-Georges Lambrichs, Laurie Laufer, Marie-José Mondzain, le Syndicat de la magistrature ou encore Sauvons la recherche. Le , 20 000 personnes ont répondu à l’Appel des appels et on en compte aujourd'hui près de 90 000[13].

Il fait partie des intellectuels ayant réclamé la libération du poète et écrivain tunisien Taoufik Ben Brik, harcelé par la police puis incarcéré par le régime du président Ben Ali[14] à la suite d'une série de tribunes dans la presse française hostiles au pouvoir durant la campagne présidentielle de 2009 en Tunisie[15].

En 2010 il prend position contre le pamphlet de Michel Onfray, Le Crépuscule d'une idole, sur Sigmund Freud (l'ouvrage est sous-titré L'Affabulation freudienne) en y dénonçant ce qui lui semble des approximations et des erreurs grossières[16].

Il collabore en 2011 à un ouvrage hommage pour les trente ans de la mort du psychanalyste Jacques Lacan : Pourquoi Lacan[17], dans la revue Le Diable probablement dirigée par Anaëlle Lebovits-Quenehen; avec Philippe Sollers, Jacques-Alain Miller, Roland Castro, Alexandre Adler, Benoît Jacquot, François Cheng, Éliette Abécassis, etc.

Inspiré par son livre, le complexe de Mohamed est devenu un concept dans la clinique selon la psychologue Yana Korobko[18].

Publications[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Essai[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Karim Sarroub - Ariane Dollfus - Joachim Lafosse », sur France Inter, (consulté le 26 février 2019).
  2. Karim Sarroub, « Le complexe de Mohamed », dans Le Complexe de Mohamed, Le Mercure de France, (ISBN 9782715228023)
  3. « Du jour au lendemain, Alain Veinstein », sur France Culture, (consulté le 5 février 2018)
  4. (en) Alain Riding, « Replanted in France, Algerian Arts Bloom », New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. Pourquoi Lacan, Paris, Editions Verdier (ISBN 978-2-86432-659-5 et 2-86432-659-0, lire en ligne)
  6. Hélène Favard, « Bottom », Ent’revues,‎ (lire en ligne)
  7. « Croisements entre le roman et la psychanalyse », sur Michel Pacquot, Université de Liège, (consulté le 5 février 2019)
  8. Karim Sarroub, « Mon regard en biais », Libération,‎ (lire en ligne)
  9. Sophie Dufau, « Appel des appels: après les pétitions, place à l'action », Mediapart.fr,‎ (lire en ligne)
  10. Sophie Dufau, « Appel des appels: après les pétitions, place à l'action (article complet) », Mediapart,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  11. Cécile Prieur, « L'"Appel des appels" pour fédérer les protestations », Le Monde.fr,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  12. « Les 194 premiers signataires de L'Appel des Appels », sur http://www.appeldesappels.org, (consulté le 5 février 2018)
  13. Eric Favreau, « «On dépossède les professionnels de leurs savoirs» », Libération,‎ (lire en ligne)
  14. « Le journaliste tunisien Taoufik Ben Brik, opposant au régime de Ben Ali », sur fresques.ina.fr, (consulté le 5 février 2018)
  15. Taoufik Ben Brik, « La dette », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne)
  16. Emile Jalley, Anti-Onfray : clinique, psychopathologie, philosophie, lettres, histoire, sciences sociales, politique, réaction de l'étranger, le décret scélérat sur la psychothérapie, Paris, L'Harmattan, , 350 p. (ISBN 978-2-296-13199-6, lire en ligne)
  17. « Pourquoi Lacan, le livre », sur sectioncliniquenantes.fr, (consulté le 5 février 2018)
  18. Yana Korobko, Arabs in Treatment: Development of Mental Health System and Psychoanalysis in the Arabo-Islamic World, Xlibris Corporation, 19 aug. 2016, sans pagination

Liens externes[modifier | modifier le code]