Karim Ouellet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Karim Ouellet
Description de cette image, également commentée ci-après
Karim Ouellet lors du spectacle Nuit Boréale en 2013
Informations générales
Naissance
Dakar, Sénégal
Décès (à 36 ans)
Québec , Québec
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Pop
Site officiel karimouellet.ca

Karim Ouellet né le à Dakar au Sénégal et mort le à Québec est un auteur-compositeur-interprète québécois d'origine sénégalaise[1].

Karim Ouellet est le porte-étendard d’une musique pop aux influences soul, reggae, folk et électro. Son flegme, sa voix feutrée et ses refrains accrocheurs font de lui un artiste singulier.

À partir de 2007, il multiplie les collaborations avec des artistes de la ville de Québec (CEA, Webster, Limoilou Starz) et fait partie du collectif Movèzerbe. En parallèle, il met la table à une carrière solo en participant au projet 5 fois 5 au Théâtre Petit Champlain, vitrine sur la jeune relève artistique québécoise et se rend aux Francofolies de La Rochelle. C’est en 2009 qu’il participe au Festival international de la chanson de Granby. Il y fait très bonne figure en se hissant à l’étape finale. Dès son premier album en 2011 (Plume), Karim Ouellet attire les regards du public et de l’industrie. Il récolte le prix de l’Album pop de l’année au Gala Alternatif de la Musique Indépendante du Québec récompensant l’excellence dans le milieu de la musique indépendante. Son premier succès L’Amour tiré de l’album Fox survient en 2012 et lui vaut une première reconnaissance du grand public[2]. Les chansons Rien ne sert de courir, Fox et Karim et le loup lui ont valu plusieurs nominations et prix.

Enfance et début de carrière[modifier | modifier le code]

À quelques mois à peine, Karim est adopté par un couple québécois. Sa sœur, adoptée aussi par les mêmes parents, est la rappeuse Sarahmée[3]. Son père étant diplomate, il parcourt la planète et pose ses valises au Canada, au Rwanda, en France, au Sénégal et en Tunisie avant de s’installer, en 2002, dans le quartier Montcalm, à Québec. Sa mère joue de la kora (instrument traditionnel africain) et sa jeunesse est bercée par la musique. Très jeune, il commence timidement à tâter quelques instruments (piano, percussions, guitare). Il se souvient d’avoir écrit sa première chanson à l’âge de sept ans.

Néanmoins, c’est à l’adolescence que l’engouement pour la musique devient sérieux. Il découvre la guitare électrique par le biais d’un ami et s’applique à affiner son jeu en pratiquant durant plusieurs heures et en jouant avec des groupes locaux. Il débute avec des chansons de Nirvana puisque ce sont des airs qui se jouent et s’apprennent facilement. Il n’y a pas que Kurt Cobain et sa bande qui l’inspirent, car Jimi Hendrix et Dire Straits nourrissent également son imaginaire. Il est très tôt associé au quartier Limoilou de la ville de Québec, même s’il n’y réside pas, puisque ses premières collaborations sont avec des artistes du secteur de la basse-ville. Il y rencontre Claude Bégin (Accrophone, puis Alaclair Ensemble) au milieu des années 2000, qui devient son ami et partenaire à l’écriture comme à la musique pour ses trois premiers albums.

Décès[modifier | modifier le code]

Karim Ouellet est retrouvé mort au studio de musique L'Unisson situé dans le quartier Saint-Roch de Québec, peu avant 22 heures, le . La conclusion de la coroner précise que le décès serait survenu suite à une acidocétose diabétique et que les analyses sanguines révèlent la présence de métamphétamines dans son organisme[4],[5]. La coroner précise aussi qu'il consommait de la cocaine depuis environ 2019 et que cette dépendance lui aurait fait négliger ses prises d'insuline.

Discographie[modifier | modifier le code]

Plume (2011)[modifier | modifier le code]

Le titre de ce premier album est un clin d’œil assumé à la chanson Flume de la formation Bon Iver. Plume est un disque sur l’amour, sous toutes ses déclinaisons. Avec celui-ci, Karim Ouellet arrive où personne ne l’attend. En effet, une suite logique de son parcours musical avec Movèzerbe aurait prédit une mouture hip-hop, mais non. Ses textes se font le miroir de son chagrin. La musique est un hybride de pop feutré, de folk et d’électro. Après tout est le premier simple duquel un clip a été tiré. Ce premier essai lui donne l’occasion de mettre en scène son matériel. En 2011, il est invité au Festival international d’été de Québec, il participe à Envol et Macadam (un festival de musiques alternatives qui contribue à faire connaître les artistes de la relève), à Première Ovation (et à son tout nouveau festival Relève en Capitale), aux FrancoFolies de Montréal ainsi qu’au Festival de la chanson de Tadoussac en plus d’être parmi les finalistes des Francouvertes.

Fox (2012)[modifier | modifier le code]

L’album Fox paraît le 27 novembre 2012. Le tube « L’amour » occupe le sommet du grand palmarès BDS francophone, devant Marie-Mai, Sylvain Cossette et Céline Dion. Fox, c’est aussi l’album de la consécration pour Karim Ouellet : Révélation Radio-Canada 2012-2013 (chanson), Prix Félix-Leclerc de la chanson en 2013 pour sa pièce « L'amour» et Album francophone de l’année aux prix Juno en 2014. M et Stromae tombent aussi sous son charme et lui offrent de faire la première partie de leurs spectacles respectifs. Avec Fox, le chanteur ne récolte pas moins de cinq nominations pour des prix Félix à l’ADISQ.

À propos du grand succès de Fox qui crée un pont entre le milieu alternatif et les radios commerciales, il dit s’inspirer de l’artiste acadienne Lisa LeBlanc :

« Elle fait quelque chose de très personnel, dans un état d’esprit à 100 % libre. Grâce à une chanson en particulier, elle est passée de l’autre côté. Aux yeux de certains, ça enlève un peu d’exclusivité à la chanson, que tout le monde s’est un peu appropriée. Mais son album demeure une œuvre personnelle, qui n’a pas été pensée en fonction d’une stratégie commerciale ou d’un format… Moi j’appelle ça de la « musique démocratique ». »

Trente (2016)[modifier | modifier le code]

L'album Trente, troisième album de Karim Ouellet, sort le 11 mars 2016.

Lauréats et nominations[modifier | modifier le code]

Gala de l'ADISQ[modifier | modifier le code]

Artistique[modifier | modifier le code]

Année Catégorie Pour Résultat
2013[6] album de l'année - choix de la critique Fox nomination
album de l'année - pop nomination
chanson populaire de l'année L'amour nomination
interprète masculin de l'année Karim Ouellet nomination
2014[7] artiste québécois de l'année s'étant le plus illustré hors Québec nomination
chanson de l'année Marie-Jo nomination
2016[8] album de l'année - pop Trente nomination

Industriel[modifier | modifier le code]

Année Catégorie Pour Résultat
2013 réalisateur de disques de l'année Claude Bégin et Karim Ouellet pour Fox nomination

Prix Juno[9][modifier | modifier le code]

Année Catégorie Pour Résultat
2014 album francophone de l'année Fox lauréat
2017 Trente nomination

Autres prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Rochefort, "Décès de l’artiste Karim Ouellet". Radio-Canada, 15 novembre, 2021.
  2. Yves Simard, « Karim Ouellet | l'Encyclopédie canadienne », sur thecanadianencyclopedia.ca, (consulté le ).
  3. « Sarahmée et Karim Ouellet, la fratrie musicale pas banale », sur ici.radio-canada.ca (consulté le )
  4. Alain Rochefort, « Décès de l’artiste Karim Ouellet », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  5. « Karim Ouellet est mort d’une complication du diabète », sur La Presse, (consulté le )
  6. « Archives 2013 – », sur ADISQ (consulté le )
  7. « Archives 2014 – », sur ADISQ (consulté le )
  8. « Archives 2016 – », sur ADISQ (consulté le )
  9. (en-US) « Past Nominees + Winners », sur The JUNO Awards (consulté le )
  10. Geneviève Bouchard, « Karim Ouellet : Année charnière », sur Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), (consulté le )
  11. http://blogues.radio-canada.ca/revelations2012/karim-ouellet/
  12. Photo : Guillaume D. Cyr, « 25e Gala de la SOCAN: Karim Ouellet, Daniel Bélanger et Marie-Mai récompensés », sur Voir.ca (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]