Karim Meckassoua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Karim Meckassoua
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Abdoul Karim Meckassoua, né le à Bangui, est un homme politique centrafricain musulman, ergonome consultant de profession[1].

Il a été ministre sous la présidence de François Bozizé pendant six ans et chef de cabinet de Jean-Paul Ngoupandé. Il occupe à plusieurs reprises des fonctions ministérielles dans différents gouvernements centrafricains.

En 2003, il est ministre d’État aux Affaires étrangères, à l’intégration régionale et à la Francophonie, puis en 2004 ministre d’État à l’Éducation nationale, en 2005, ministre d’État, directeur de cabinet de la Présidence de la République, en 2006, ministre d’État à la Communication, à la Réconciliation nationale, à la Culture démocratique et à la Promotion des droits de l’homme, pendant la période 2011-2013, ministre d’État chargé des Postes et Télécommunications et des Nouvelles Technologies et en 2013, ministre d’État au Plan et à l’Economie.

Lors de sa nomination comme ministre des Postes et Télécommunications en 2011, il a déclenché un audit indépendant de son ministère et a traduit en justice un ancien ministre pour détournement de fonds, une pratique rarissime en RCA qui lui a valu le sobriquet « Monsieur Audit » dans les quartiers populaires de Bangui[2]

Il se présente sans étiquette à l’élection présidentielle centrafricaine de 2015[3], il finit septième du premier tour en obtenant 37 947 voix, soit 3,21 % des suffrages exprimés. Également candidat aux élections législatives, il est élu avec 60 % des voix député de Bangui.

Le , il est élu président de l’Assemblée nationale par 65 voix sur 127. Il entre en fonction le [4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cour constitutionnelle de transition, Décision 15/15CCT du 8 décembre 2015, publiée par Jeune Afrique avec AFP, le 9 décembre 2015
  2. Roland Marchal, « Premières leçons d’une « drôle » de transition en République centrafricaine », Politique africaine, vol. 3, no 139,‎ , p. 123-146 (lire en ligne).
  3. « Karim Meckassoua : « Pas question de partition, la Centrafrique est une et indivisible » », sur Jeune Afrique
  4. « RCA: Abdoul Karim Meckassoua, nouveau président de l'Assemblée nationale », sur RFI,