Karen Lancaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Lancôme.
Karen Lancaume
Description de cette image, également commentée ci-après

Karen Lancaume photographiée par John B. Root sur le tournage du film Le Principe de plaisir (1999).
Source photo : explicite-art.com.

Nom de naissance Karen Bach
Alias
Karen Lancome, Karen Lancoume, Karen D., Caren, Lauren Del Rio, Karen Lancom, Angel Paris[1]
Naissance
Lyon, Rhône, France
Décès (à 32 ans)
Paris, France
Nationalité Française
Profession
Distinctions
Caractéristiques physiques
Taille 1,67[1]
Yeux Marrons
Cheveux Bruns
Signes distinctifs
Tatouage de scorpion sur l'épaule gauche[1]
Carrière
Années d’activité 1995-2000[1]
Nombre de films 47[1]
Films notables

Karen Lancaume, de son vrai nom Karen Bach, née le à Lyon et décédée le à Paris, est une actrice pornographique française.

Elle a cessé toute activité en 2000 après être apparue une dernière fois dans le film Baise-moi de Virginie Despentes et Coralie Trinh Thi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Karen Bach naît le dans une famille aisée et grandit dans les faubourgs de Lyon. Son père est français et sa mère d'origine marocaine.

Elle dit avoir eu ses premiers rapports sexuels à l'âge de 17 ans, juste avant de rentrer à l'université pour suivre des cours de communication. Elle travaille parallèlement dans une boîte de nuit pour payer ses études. C'est là qu'elle fait la rencontre d'un disc jockey, qu'elle épouse à la fin de ses études.

Carrière pornographique[modifier | modifier le code]

Elle se lance dans le X en 1996, poussée par son mari pour tenter de résoudre les graves problèmes financiers que connaît alors le couple[2].

Elle envisage d'abord de ne tourner qu'avec son mari pour partenaire, mais ce dernier s'avère incapable de faire l'amour devant une caméra. C'est alors seule qu'elle entame une carrière d'actrice X : pendant deux ans, elle tourne pour rapporter de l'argent au foyer, puis finit par divorcer, estimant qu'« un homme qui t'aime ne peut pas te laisser faire ça ». Elle continue ensuite à tourner, faute d'autre perspective professionnelle[3]. Elle utilise plusieurs pseudonymes, mais se fixe sur celui de Karen Lancaume, jeu de mots sur les parfums Lancôme.

Enchaînant les films, elle travaille tant en France qu'aux États-Unis, et tourne pour Marc Dorcel (L'Indécente aux enfers, 1997), Christian Lavil (La Mante religieuse, 1997), Alain Payet (La Marionnette, 1999, Hotdorix, parodie d’Astérix, 1999), ou encore Luca Damiano (Lili, parodie de Lili Marlen), Fred Coppula, (Niqueurs nés, 2000), Mario Salieri (Le Calvaire de Monica, 2001), Max Bellocchio (Sexe en Eaux Troubles, 1997), Harry S. Morgan et autres.

En 2000, elle est l'actrice principale du très controversé Baise-moi aux côtés de Raffaëla Anderson et d'une pléiade d'autres acteurs pornographiques. Le tournage du film Baise-moi est pour elle l'occasion d'une certaine revanche en même temps que d'un message :

« Pourquoi les femmes se prennent des mains au cul et pas les hommes ? Tout ce qu'on leur demande, c'est la compréhension, l'égalité. Le porno, c'est des mecs qui jouissent sur la gueule des filles, la femme qui s'en prend plein la bouche et plein la tronche. Baise-moi, c'est le contraire[2] »

.

Au cours de ses cinq ans de carrière, elle n'a tourné que dans une quarantaine de films mais a accompli un parcours fulgurant qui l'a amenée à collaborer avec quelques-uns des réalisateurs X les plus réputés. Elle collabore au film pornographique Exhibitions 99 de John B. Root, tourné sur le mode documentaire qui combine des entretiens avec différentes actrices pornographiques du moment. Très soucieuse de son image, elle refusa toujours les pratiques les plus extrêmes telles que le hard-crad, le gang bang ou le sado-maso[4]. Elle pratiquait cependant régulièrement l'anal et la double pénétration.

Karen Bach/Lancaume est demeurée blessée par son expérience du milieu de la pornographie à propos duquel elle tient des propos très durs. Dans son édition du 1er février 2005 lui rendant hommage, le journal Libération en rapporte quelques-uns dans lesquels elle dénonce la mentalité égoïste et le machisme de ce milieu: « [Après une] double pénétration par 5 °C suivie d'une éjaculation faciale, couverte de foutre, trempée, morte de froid, personne ne m'a tendu une serviette. Une fois que t'as tourné ta scène, tu vaux plus rien[2] ».

En 2000, elle partage avec Raffaëla Anderson la vedette du film Baise-moi, qui combine intrigue de polar et scènes de sexe non simulées, et dont la sortie, qui fait grand bruit, lui vaut une période de médiatisation[5]. Après cette expérience, elle se retire de l'industrie pornographique.

Décès[modifier | modifier le code]

Elle s'est suicidée le à Paris dans l'appartement d'un couple d'amis, situé dans le XIVe arrondissement, en avalant des médicaments. Elle était âgée de 32 ans[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Biographie personnelle
  2. a, b, c et d (fr) Antoine de Baecque « Le geste ultime de Karen Bach - Libération », Libération,
  3. Plainte contre X, Libération, 24 juillet 2000
  4. « Biographie de Karen Bach » (consulté le 26 mars 2014)
  5. Plainte contre X , Libération, 24 juillet 2000
  6. (en) « Karen Lancaume » (consulté le 15 juillet 2010)
  7. (en) « 2000 Hot D'or Nominations Are In », AVN.com, (consulté le 15 juillet 2010).

Liens externes[modifier | modifier le code]