Karel Lodewijk Ledeganck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Karel Lodewijk Ledeganck
Nom de naissance Charles Louis Ledeganck
Naissance
Eeklo (Belgique)
Décès (à 41 ans)
Gand (Belgique)
Activité principale
ouvrier, magistrat, enseignant
Auteur
Langue d’écriture néerlandais
Mouvement romantisme
Genres

Œuvres principales

  • De drie zustersteden (1846)

Karel Lodewijk Ledeganck (Charles Louis Ledeganck à l'état civil[1]) est un poète belge d'expression néerlandaise né à Eeklo le et mort à Gand le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu ouvrier modeste, Ledeganck réussit pourtant à faire carrière, essentiellement en autodidacte.

D'abord ouvrier dans une usine de tissage de lin, il fut ensuite engagé en tant que commis auxiliaire à l'administration communale de Gand. Disposant dès lors d'un peu plus de temps libre, il étudia à l'université de Gand où il fut reçu docteur en droit en 1835.

Il fut nommé juge de paix, puis inspecteur dans l'enseignement. Il fut également élu conseiller provincial de Flandre-Orientale et obtint en 1845 un poste de professeur à l'université de Gand, alors francophone.

Ledeganck est inhumé au Campo Santo à Sint-Amandsberg, près de Gand.

Littérature et mouvement flamand[modifier | modifier le code]

Ledeganck perça en 1838 avec le recueil Bloemen mijner lente. Dans De drie zustersteden (1843), il chante les louanges de Gand, Bruges et Anvers. L'œuvre reçut un large écho, bien que ses lecteurs (les Flamands lettrés) étaient à cette époque plutôt limités en nombre, et on lui donna l'épithète d'évangile poétique du mouvement flamand parce qu'elle chante le peuple et le pays. En outre, Ledeganck se rendit utile en traduisant en néerlandais les textes de loi, alors uniquement en français. Il s'inscrivit ainsi dans la galerie des champions de la lutte linguistique de la première heure.

D'abord influencé par les romantiques anglais et français, et plus précisément par Byron et Lamartine, les poèmes ultérieurs de Ledeganck sont plus pessimistes. Au XXIe siècle, la langue romantique passe pour être un peu ampoulée et pathétique, mais elle est caractéristique de cette époque.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Statue de Charles Louis Ledeganck à Eeklo (Belgique). Œuvre de Jules Lagae.
  • 1836 – Het klavier
  • 1839 – Bloemen mijner lente
  • 1839 – Het graf mijner moeder
  • 1840 – Het burgslot van Zomergem
  • 1841 – De zinneloze
  • 1842 – Verspreide en nagelaten gedichten
  • 1844 – De boekweit
  • 1846 – De drie zustersteden
  • 1889 – Volledige dichtwerken
  • 1942 – Keurgedichten

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ledeganck, Karel Lodewijk sur www.literair.gent.be

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul van de Woestijne et Hugo Notteboom, Een dichter bij ons: Karel Lodewijk Ledeganck (1805-1847), Eeklo, 1997.
  • Léonard Willems, « Ledeganck (Charles-Louis) », dans Biographie nationale, t. XI, Bruxelles, Bruylant-Christophe & Cie, 1890-1891 (lire en ligne), col. 604-610.

Liens externes[modifier | modifier le code]