Karasu (Euphrate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Karasu.

Karasu
(Téléboas)
Illustration
La Karasu est la branche la plus courte et la plus au nord de l'Euphrate. La branche sud est la Murat Nehri
Caractéristiques
Longueur 450 km
Bassin 22 000 km2
Cours
Source Mont Kargapazari
· Coordonnées 40° 09′ 35″ N, 41° 32′ 26″ E
Confluence Avec la Murat Nehri pour former l'Euphrate
· Localisation Lac du barrage de Keban
· Coordonnées 38° 52′ 29″ N, 38° 47′ 38″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Turquie Turquie
Régions traversées Erzurum, Erzincan, Tunceli, Elâzığ
Principales localités Erzurum, Erzincan

La rivière Karasu ou Kara Sou (en turc : Karasu, eau noire) désignant non la couleur de ses eaux mais indiquant simplement leur provenance "nordique" (Kara indiquant le nord) avec la rivière Murat forment le cours supérieur de l'Euphrate. Elle est longue de 450 km et prend sa source dans les monts Kargapazari[1] (en turc : Kargapazari Daǧları, monts du marché des corbeaux), sur les flancs du Dumlu Daǧ (3 169 m)[2] à 35 km au nord d'Erzurum.

La rivière Karasu arrose la ville d'Erzurum puis d'Erzincan. En aval d'Erzincan elle prend le nom d'Euphrate, il est même considéré comme l'Euphrate véritable[3]. Le fleuve est grossi par le Murat Nehri dans le lac du barrage de Keban.

Le Karasu était appelé Téléboas[2],[4] (en grec : Τηλεβόας) signifiant « dont les cris ou le bruit s'entendent au loin » (télé- « loin », boao « je crie »)[5].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kargapazari Daǧları : ce massif a plusieurs sommets qui dépassent 3 100 m d'altitude.
  2. a et b (en) « Euphrates », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne] [ (en) Lire en ligne sur Wikisource]
  3. « Euphrate », sur Encyclopædia Universalis
  4. Xénophon situe les rives du Téléboas à « deux marches dix parasanges » des sources du Tigre, soit environ 120 km. Voir Xénophon, « Anabase. Livre IV », sur « L'antiquité grecque et latine »
  5. Dictionnaire Bailly.