Kara-Bogaz-Gol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Kara-Bogaz-Gol vu de l'espace, septembre 1995 (Credit: NASA)
Le détroit entre le Kara-Bogaz-Gol et la Mer Caspienne. (Credit: NASA)

Le Kara-Bogaz-Gol (ce qui signifie en turkmène le « lac de la gorge noire ») est une lagune occupant une dépression peu profonde située au nord-ouest du Turkménistan. Il constitue une baie séparée de la mer Caspienne par un cordon dunaire et couvre une surface de 18 400 km2.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le volume d'eau contenu dans le Kara-Bogaz-Gol varie périodiquement au cours des saisons, ainsi que sa profondeur, comprise généralement entre 4 et 7 m.

Une des caractéristiques majeures du Kara-Bogaz-Gol est sa très haute salinité, de 35 %, à comparer aux 1,2 % de la mer Caspienne, aux 3,5 % des océans, celle de la mer Morte étant d’approximativement 27,5 %. Cela explique qu'il ne possède pratiquement pas de végétation marine. Depuis le début du XXe siècle, le sel est exploité industriellement. Cette exploitation pose à l'heure actuelle de nombreux problèmes sanitaires et écologiques.

À la fin des années 70, le niveau de la mer Caspienne avait beaucoup baissé, posant de graves problèmes[1]. En mars 1980, pour limiter cette baisse, un barrage a été construit sur le détroit qui relie la mer Caspienne au Kara-Bogaz-Gol où l’évaporation importante absorbait beaucoup de l’eau de la Caspienne. En 1984, le Kara-Bogaz-Gol se retrouva complètement à sec. La croute de sel qui se retrouva au fond provoqua de nombreux problèmes à cause du soufflage de ce sel par les vents, empoisonnant le sol et causant des problèmes de santé sur des centaines de kilomètres sous le vent à l’est[2]. En juin 1992, lorsque le niveau de la mer Caspienne a suffisamment remonté, le barrage a été détruit et l’eau de la Caspienne a à nouveau rempli la dépression.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aleksey Kosarev, Andrey Kostianoy et Igor Zonn, Kara-Bogaz-Gol Bay: Physical and Chemical Evolution, (lire en ligne)
  2. Micklin, Philip P. Environmental Resources and Constraints in the Former Soviet Republics (1994). The National Council for Soviet and Eastern European Research. Page 9.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]