Kaprosuchus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kaprosuchus saharicus

Kaprosuchus saharicus
Description de cette image, également commentée ci-après
Reconstitution graphique de Kaprosuchus saharicus.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Sous-classe Sauropsida
Ordre Crocodylia
Famille  Mahajangasuchidae

Genre

 Kaprosuchus
Sereno & Larsson[1], 2009

Nom binominal

 Kaprosuchus saharicus
Sereno & Larsson[1], 2009

Kaprosuchus est un genre éteint de crocodiles de la famille des Mahajangasuchidae. Il a été découvert au Niger où il vivait durant le Crétacé supérieur (Cénomanien) il y a environ 95 millions d'années.

La seule espèce connue est Kaprosuchus saharicus, décrite par Sereno & Larsson en 2009.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom signifie « crocodile sanglier » en référence à ses canines anormalement élevées qui ressemblent à celles d'un sanglier.

Description[modifier | modifier le code]

Crâne de Kaprosuchus sahariscus montrant bien les dents excroissantes. La barre horizontale mesure 10 centimètres.

Ce reptile disparu était carnivore et mesurait 3.3m de long. La principale caractéristique de Kaprosuchus est ses trois ensembles de canines comme des défenses, dont l'un dans la mâchoire inférieure s'inscrivait dans les encoches de la mâchoire supérieure. Cette caractéristique est unique à Kaprosuchus, les autres crocodiliens ne partagent pas cette caractéristique. Une autre caractéristique de Kaprosuchus est la présence de grandes cornes rugueuses sur le crâne.

Les spécialistes pensent que Kaprosuchus était un prédateur terrestre. En effet, les orbites sont positionnées latéralement et légèrement vers l'avant, ce qui prouve qu'il n'était pas adapté à la prédation aquatique où la tête peut être tenue sous l'eau tandis que les yeux restent au-dessus de la surface. Il possédait également un museau renforcé pour pouvoir encaisser de gros chocs, comme par exemple contre un autre animal. De plus, sa morphologie était plus adaptée pour la course, notamment grâce à ses pattes postérieures relativement longues comparées à celles des autres crocodiliens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) P. C. Sereno et H. C. E. Larsson. 2009. Cretaceous crocodyliformes from the Sahara. ZooKeys 28: p. 1-143

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Référence Fossilworks Paleobiology Database : Kaprosuchus Sereno et Larsson, 2009 (en)