Kappa Aquarii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
κ Aquarii
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 22h 37m 45,38049s[1]
Déclinaison −04° 13′ 40,9939″[1]
Constellation Verseau
Magnitude apparente 5,03[2]

Localisation dans la constellation : Verseau

(Voir situation dans la constellation : Verseau)
Aquarius IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral K2 III[3]
Indice U-B +1,16[2]
Indice B-V +1,142[4]
Astrométrie
Vitesse radiale +7,31 ± 0,16 km/s[4]
Mouvement propre μα = −69,23 mas/a[1]
μδ = −119,67 mas/a[1]
Parallaxe 15,25 ± 0,21 mas[1]
Distance 214 ± 3 al
(65,6 ± 0,9 pc)
Caractéristiques physiques
Rayon 13 R[4]
Gravité de surface (log g) 2,5[4]
Luminosité 60 L[4]
Température 4 581 K[4]
Métallicité +0,14[4]
Rotation 3,8 km/s[4]

Autres désignations

Situla, 63 Aquarii, BD-04 5716, FK5 1595, HD 214376, HIP 111710, HR 8610, SAO 146210[5]

Kappa Aquarii (Kap Aqr), également nommée Situla, est une étoile double dans la constellation du Verseau. Ce système est visible à l’œil nu, malgré sa magnitude apparente de 5,03. Sur la base des mesures de parallaxe effectuées au cours de la mission Hipparcos, elle serait à environ 214 années-lumière du Soleil.

Elle portait le nom traditionnel Situla, un mot latin signifiant « seau » ou « pot à eau ». Le nom propre Situla a été officialisé par l'Union astronomique internationale en date du 12 septembre 2016[6].

Propriétés[modifier | modifier le code]

Kappa Aquarii est très probablement une grande étoile binaire. La composante la plus brillante est une étoile géante avec une classification stellaire de K2 III. Elle a épuisé sa réserve d'hydrogène et s'est élargie à 13 fois le rayon du Soleil. Sa luminosité est 40 fois plus importante que celle du Soleil. Sa température extérieure est estimée à 4581 K, ce qui lui donne la lueur orange des étoiles de type K.

L'étoile compagnon est plus faible, située à une séparation angulaire de 98,3 arc-secondes avec une magnitude apparente de 8,8.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e F. van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy and Astrophysics, vol. 474, no 2,‎ , p. 653–664 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752)
  2. a et b B. Nicolet, « Photoelectric photometric Catalogue of homogeneous measurements in the UBV System », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 34,‎ , p. 1–49 (Bibcode 1978A&AS...34....1N)
  3. W. Buscombe, « Spectral classification of Southern fundamental stars », Mount Stromlo Observatory Mimeogram, vol. 4,‎ (Bibcode 1962MtSOM...4....1B)
  4. a b c d e f g et h Alessandro Massarotti, David W. Latham, Robert P. Stefanik et Jeffrey Fogel, « Rotational and Radial Velocities for a Sample of 761 HIPPARCOS Giants and the Role of Binarity », The Astronomical Journal, vol. 135, no 1,‎ , p. 209–231 (DOI 10.1088/0004-6256/135/1/209, Bibcode 2008AJ....135..209M)
  5. (en) Kappa Aquarii sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  6. (en)IAU Catalog of Star Names