Kapla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kapla
logo de Kapla
illustration de Kapla

Création 1986 : lancement du produit Kapla
Dates clés 20 juillet 1994 : immatriculation de la société
Fondateurs Tom van der Bruggen
Forme juridique Société à responsabilité limitée
Siège social Saint-Louis-de-Montferrand
Drapeau de France France
Direction Tom van der Bruggen (depuis 2000)
Actionnaires Drapeau de la France Tom van der Bruggen
Activité Commerce de gros d'autres biens domestiques
Produits animation, architecture, constructions et art
Site web https://www.kapla.com/

Fonds propres 608 400 € fin 2017
Chiffre d'affaires en augmentation 8 028 100 € en 2017
Résultat net en augmentation 900 € en 2017

Kapla, stylisé en KAPLA, est une marque de jouets française créée par Tom van der Bruggen en 1987, connue pour son jeu de construction éponyme à base de planchettes en pin des Landes qu'il faut superposer les unes sur les autres pour faire apparaître des constructions imaginaires. Ce jeu ne nécessite aucun système de fixation[1].

La marque est exploitée par Kapla France, société détenue par le créateur français d'origine néerlandaise de la marque Tom van der Bruggen, située à Saint-Louis-de-Montferrand, en Gironde[2],[3],[4].

assemblage de planchettes en pin en forme de vague affectant la forme d'un toit chinois. Montage réalisé en Atelier Bleu par des enfants de 6 à 10 ans.
Vague en planchettes KAPLA sur base de toit chinois réalisée en atelier par des enfants de 6 à 10 ans.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le mot Kapla vient du néerlandais : kabouter [kabɑutər] plankjes [plaŋkjəs], signifiant « planchettes de lutins »[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est lors de la construction d'un château en pierre à proximité du village de Lincou, commune de Réquista (Aveyron), que Tom van der Bruggen, alors âgé de 25 ans, invente les planchettes Kapla. En effet, les cubes existants ne lui permettent pas de modéliser son édifice, et il remplace ces cubes trop massifs par des planchettes.

Tom van der Bruggen inventeur du Kapla à bord de son voilier Amadour

Mesures et mathématiques[modifier | modifier le code]

Toutes les planchettes ont les mêmes dimensions : la longueur est de 117 mm, la largeur de 23,4 mm et l'épaisseur de 7,8 mm[6],[7].

Ces mesures répondent à des règles strictes : 1 largeur = 3 épaisseurs et 1 longueur = 5 largeurs (soit 15 épaisseurs). Ces proportions sont calculées sur la suite croissante des nombres 1, 3, 5[5].

Assemblage[modifier | modifier le code]

Bâtiment en planchettes KAPLA

Ce jeu ne nécessite aucun système d'assemblage. Il suffit de superposer les planchettes pour faire apparaître toutes sortes de constructions, même complexes. Grâce à l'équilibre et la gravité, les constructions KAPLA sont solides. On peut poser les planchettes KAPLA de trois manières différentes :

  • à plat ;
  • sur la tranche (côté) ;
  • debout (verticalement).

On considère cependant que certaines constructions (KAPLA à plat) forment ces ensembles[pas clair][réf. nécessaire] :

  • empilés comme des briques : encastrement ;
  • empilés comme des escaliers en colimaçon : empilage.

Variétés[modifier | modifier le code]

Boîte de Kapla Jaune-Vert
Coffret couleurs KAPLA

Les planchettes Kapla sont disponibles dans différents conditionnements, en boîtes allant de 40 à 1 000 unités. Ils existent en bois brut ainsi qu'en une dizaine de couleurs.

Constructions et art[modifier | modifier le code]

Il existe quatre livres d'art[Lesquels ?] à la fois ludiques et pédagogiques, qui constituent une véritable source d'inspiration pour tout créateur.

Ce jeu favorise l'apprentissage de la géométrie, de la physique et de la technologie, tout en initiant l'enfant au monde de l'art, l'univers des formes et des volumes. L'enfant s'engage à réaliser, seul ou accompagné, des créations originales mais aussi exigeantes. Il choisit et agence ses formes selon sa créativité. Cette activité demande à la fois rigueur et fantaisie[8].

Fabrication[modifier | modifier le code]

Les planchettes Kapla sont en partie fabriquées dans le sud-ouest de la France au siège social de Saint-Louis-de-Montferrand en Gironde; mais aujourd’hui, à cause de la forte demande internationale, la production a été partiellement délocalisée au Maroc[8].

Records[modifier | modifier le code]

Des concours sont organisés[Lesquels ?].

Un premier record de la plus haute tour en planchettes Kapla est établi le par une équipe de Lyonnais: 18,40 m avec quelque 9 800 planchettes[9].

Cinq ans plus tard, en , ce record est brisé par quatre scouts grenoblois de 15 à 16 ans, avec une tour de 18,76 mètres construite au Climbing Mulhouse Center[10]. Il leur a fallu quatre jours pour bâtir cette tour avec 11 200 planchettes[11].

Certaines personnes ont pu faire des villes, comme un néerlandais qui a reproduit la ville américaine de Las Vegas avec 21 504 planchettes Kapla[12].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « DATA Inpi », sur data.inpi.fr (consulté le )
  2. « identité et données comptables », sur www.societe.com (consulté le )
  3. « Tom van der Bruggen : châtelain, inventeur et mélomane à Excideuil », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le )
  4. Paris Match, « Jouets Kapla - Tom van der Bruggen jongle avec les millions », sur parismatch.com (consulté le )
  5. a et b « Kapla store », sur KAPLA (consulté le )
  6. « Les élèves se transforment en architectes avec Kapla », sur Ouest-France, (consulté le )
  7. « Dossier de presse », sur cafa-bordeaux-aquitaine.com, (consulté le )
  8. a et b « Kapla : le jeu de construction en bois de référence », sur Bois-mania.com (consulté le )
  9. « 18,40 mètres : record du monde de la plus haute tour en kapla », sur Le Progrès, (consulté le )
  10. « Record. [Vidéo + diaporama] Une tour championne du monde construite, et détruite, à Mulhouse », sur lalsace.fr (consulté le )
  11. « Mulhouse : quatre scouts construisent la plus haute tour de Kapla du monde, à plus de 18 mètres de haut », sur Le Figaro (consulté le )
  12. « Kapla : les « planchettes de lutin » de Saint-Louis-de-Montferrand », sur Le Bordeaux Invisible (consulté le )