Kanopus-V

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Description de cette image, également commentée ci-après
Schéma du Kanopus-V
Données générales
Organisation Drapeau de la Russie Roscosmos
Constructeur Drapeau de la Russie NPP VNIIEM, Drapeau du Royaume-Uni SSTL
Domaine prévention des désastres, surveillance des ressources
Nombre d'exemplaires 2 (6 à terme)
Statut opérationnel
Autres noms Kanopus-Vulkan
Lancement V1 : 22/7/2012
V-IK 1 : 14/7/2017
Lanceur Soyouz
Durée 5 ans
Identifiant COSPAR [1]
Caractéristiques techniques
Masse au lancement ~473 kg
Plateforme Kanopus
Contrôle d'attitude stabilisé 3 axes
Source d'énergie panneaux solaires
Orbite héliosynchrone
Altitude ~510 km
Inclinaison 97,8°
Principaux instruments
PSS Imageur panchromatique
MSS Imageur multispectral
MSU-200 Imageur panchromatique

Kanopus-V ou Kanopus-Vulkan est une famille de petits satellites d'observation de la Terre russes de moins de 500 kilogrammes développé pour la surveillance et la prévention des désastres d'origine naturelle et humaine ainsi que pour le suivi des ressources agricoles et aquatiques. Le premier exemplaire a été lancé en 2012. Cette série construite par la société NPP VNIIEM devrait comprendre à terme 6 satellites.

Contexte[modifier | modifier le code]

Kanopus-V est une série de satellites développée pour répondre aux besoins des ministères russes chargés des ressources naturelles et de la prévention des désastres ainsi que des services de surveillance météorologiques et environnementaux. Les objectifs de leur mission sont[1] :

  • Surveillance des désastres d'origine naturelle et humaine dont ceux liés à des phénomènes météorologiques
  • Cartographie
  • Détection des incendies de forêts et des émissions des principaux polluants dans l'atmosphère
  • Détection des de phénomènes physiques anormaux dans l'optique de la prévention de séismes
  • Surveillances des ressources agricoles, aquatiques et des eaux côtières
  • Utilisation des sols.

Le développement des Kanopus V a été confiée à la société russe NPP VNIIEM qui a sous-traité la fourniture de son avionique à la société anglaise SSTL (Surrey Satellite Technology) spécialiste des satellites d'observation de la Terre de petite talle. Selon les termes du contrat initial passé auprès de SSTL, celle-ci doit fournir l'avionique pour une première série de trois satellites et assuré des fonctions de support durant la phase d'assemblage chez le constructeur russe [2].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Kanpus-V est un mini-satellite d'observation de la Terre de 473 kg stabilisé 3 axes comportant deux ensembles de panneaux solaires. Le satellite utilise une plateforme Kanopus. L'avionique, la gestion de l'énergie, la gestion des données et l'ordinateur embarqué sont fournis par la société anglaise SSTL. Le satellite peut modifier son orientation pour effectuer des prises de vues latérales. Les communications sont assurées en bande X (8,2 GHz) avec un débit de 300 mégabits/s). La mémoire de masse permet de stocker à bord 24 gigabits de données. Le satellite est conçu pour une durée de vie de 5 ans[2].

Charge utile[modifier | modifier le code]

La charge utile des Kanopus-V comprend trois caméras observant dans différentes longueurs d'onde et avec des résolutions allant de 2,5 à 25 mètres[2] :

  • PSS (Panchromatic Imaging System) est une caméra fournissant des images panchromatiques (0,52-0,85 µm) avec une résolution de 2,5 mètres et une fauchée d'environ 23 kilomètres. La longue focale de l'optique est de 1,8 mètres.
  • MSS (Multispectral Imaging System) est une caméra multispectrale fournissant des images dans les longueurs d'onde 0,54-0,60, 0,63-0,69, 0,69-0,72 et 0,75-0,86 µm avec une résolution de 10,5 mètres et une fauchée d'environ 20 km.
  • MSU-200 (Multispectral Scanner Unit) est une caméra fournissant des images dans la bande spectrale 0.54 - 0.86 µm avec une résolution de 25 mètres sur une largeur de 250 km.

Le deuxième exemplaire de la série, rebaptisé Kanopus-V-IK 1, a été modifié par l'ajout d'un capteur infrarouge permettant de détecter les incendies couvrant dès que leur surface dépasse 5 x 5 mètres sur une bande large de 2 000 kilomètres[3].

Le satellite biélorusse BKA[modifier | modifier le code]

Un satellite pratiquement identique, baptisé BKS (ou BelKa 2) a été vendu à la Biélorussie pour remplacer BelKa 1 satellite perdu au lancement. Il a été placé en orbite le 22 juillet 2012[4].

Historique des lancements[modifier | modifier le code]

lancements effectués et prévus (maj 22 janvier 2018)[1],[3]
Satellite Type Date lancement Lanceur Identifiant COSPAR Note
Kanopus-V 1 22 juillet 2012 Soyouz/Fregat 2012-039A
Kanopus-V-IK 1 14 juillet 2017 Soyouz/Fregat 2017-042A version modifiée du Kanopus-V 2 avec ajout d'un capteur infrarouge
Kanopus-V 3 vers 2018 Soyouz/Fregat-M
Kanopus-V 4 vers 2018 Soyouz/Fregat-M
Kanopus-V 5 vers 2018 Soyouz/Fregat-M
Kanopus-V 6 vers 2018 Soyouz/Fregat-M

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Gunter Krebs, « BKA (BelKa 2) », sur Gunter's Space Page (consulté le 22 janvier 2018)
  2. a b et c (en) « Kanopus-V1 », EO Portal (ESA) (consulté le 22 janvier 2018)
  3. a et b (en) Gunter Krebs, « Kanopus-V-IK 1 », sur Gunter's Space Page (consulté le 22 janvier 2018)
  4. (en) Gunter Krebs, « Kanopus-V-IK 1 », sur Gunter's Space Page (consulté le 22 janvier 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]