Kangol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise
Cet article est une ébauche concernant une entreprise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Kangol est une entreprise britannique spécialisée dans la vente de vêtements et d'accessoires surtout connue pour ses Couvre-chefs. signification de nom Kangol ( K pour knitting (tricot), ANG pour angora, et OL pour wool (laine).

La marque a été populaire dans les années 1980, composante de la déferlante du sportswear et de la mode hip-hop[1],[2], puis lors de la décennie suivante grâce aux films New Jack City de Mario Van Peebles et Jackie Brown de Quentin Tarantino . Pourtant, à l'origine, l'entreprise fabrique essentiellement des chapeaux pour l'armée[2].

L'article qui a fait la gloire de la marque Kangol est une casquette noire (de golf à l'origine) qui a été portée à l'envers par les musiciens de jazz, de blues et surtout par les artistes hip hop. Casquette qui a été ainsi rebaptisée béret. Il était particulièrement reconnaissable grâce au logo de la marque (un kangourou blanc) qui, à l'origine était à l'arrière de la casquette, se retrouvait alors bien en vue sur le devant du "béret".

Historique[modifier | modifier le code]

Jacques Spreiregen, vétéran de la première guerre mondiale, fonde Kangol en 1920 et en 1938 une usine à CleatorCumbria en Angleterre.

Le logo en forme de kangourou est adopté en 1983.

Samuel L. Jackson à San Diego 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Design Museum et Paula Reed, Fifty fashion looks that changed the 1980s, Londres, Conran Octopus, coll. « Fifty Fashion Looks », , 107 p. (ISBN 978-1-84091-626-3, présentation en ligne), « Hip-Hop », p. 72
  2. a et b Marnie Fogg (dir.) et al. (trad. Denis-Armand Canal et al., préf. Valerie Steele), Tout sur la mode : Panorama des chefs-d’œuvre et des techniques, Paris, Flammarion, coll. « Histoire de l'art », (1re éd. 2013 Thames & Hudson), 576 p. (ISBN 978-2081309074), « La culture hip-hop et la mode de la rue », p. 447

Lien externe[modifier | modifier le code]