Kang Pan-sok

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kang Pan-sok
Portrait officiel de Kang Pan-sok
Portrait officiel de Kang Pan-sok
Mère de Kim Il-sung
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Taedong County (en), Période Joseon
Date de décès (à 40 ans)
Lieu de décès Jilin, Mandchourie, actuellement République de Chine
Conjoint Kim Hyong-jik
Enfants Kim Il-sung (fils)
Kim Jong-il (petit-fils)

Kang Pan-sok () était la mère du leader de Corée du Nord Kim Il-sung[1], c'était la grand-mère de Kim Jong-il, et l'arrière-grand-mère de Kim Jong-un. Elle était militante et femme politique coréenne communiste indépendantiste durant la période colonialiste japonaise. Le 21 avril, en Corée du Nord, est une journée de commémoration pour l'anniversaire de la naissance de la mère de Kim Il-sung, Kang Pan-Sok. Ce jour est dédié à une cérémonie de dépôt de couronnes sur le Site Révolutionnaire Chilgol (dans la ville de Chilgol-ri, qui fait aujourd'hui partie de la capitale Pyongyang).

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née en 1892 en Pyongan du Sud dans le Taedong County (en), elle est issue d'une famille chrétienne. Elle s'est marié en 1908 à Kim Hyong-jik dans l'arrondissement de Man'gyŏngdae. En 1919, lorsque son mari a été arrêté pour son implication dans les troubles civils du pays, elle a fui en Manchourie pour éviter la police japonaise. Elle a formé une assemblée féministe contre la domination des japonais la Ligue Démocratique des Femmes. Elle a eu trois fils, Kim Il-sung, Kim Yong-ju et Kim Cheol Ju

Mère de Corée[modifier | modifier le code]

Statue de Kang Pan-sok

En Corée du Nord, Kang Pan-sok est reconnu comme la « Mère de la Corée » ou la « Grande Mère de la Corée ». Les deux titres sont partagés avec la mère de Kim Jong-il, Kim Jong-suk[2],[3],[4].

Kang Pan-sok fut la première membre de la famille de Kim Il-Sung à avoir un culte de la personnalité à partir de la fin des années 1960, pour compléter celui de son fils. En 1967, Rodong Sinmun en fait l'éloge comme la « mère de tous ». Durant la même année 1967, la Ligue Démocratique des Femmes a lancé une campagne intitulée Apprentissage de Madame Kang Pan-sok. Il existe une chanson en son honneur intitulé Mère de Corée[5], ainsi que d'une biographie hagiographique, également appelé La Mère de Corée (1968)[6].

Religion[modifier | modifier le code]

L'Église protestante Chilgol de Pyongyang est dédiée à la mémoire de Kang Pan sok, qui était une Presbytérienne. Son nom signifie le « rocher », a été nommé en référence à Saint-Pierre[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « NORTH KOREA THIS WEEK NO. 468 (October 4, 2007) », Yonhap News Agency,‎ (lire en ligne)
  2. Charles K. Armstrong, « Familism, Socialism and Political Religion in North Korea », Totalitarian Movements and Political Religions, vol. 6,‎ , p. 390 (DOI 10.1080/14690760500317743)
  3. Alzo David-West, « Archetypal Themes in North Korean Literature », Jung Journal: Culture & Psyche, vol. 5,‎ , p. 73 (DOI 10.1525/jung.2011.5.1.65)
  4. Ken E. Gause, North Korea Under Kim Chong-il: Power, Politics, and Prospects for Change, ABC-CLIO, (ISBN 978-0-313-38175-1, lire en ligne), p. 63
  5. Jae-Cheon Lim, Leader Symbols and Personality Cult in North Korea: The Leader State, Routledge, , 24–25 p. (ISBN 978-1-317-56741-7, lire en ligne)
  6. Suk-Yong Kim, « Dressed to Kill: Women's Fashion and Body Politics in North Korean Visual Media (1960s – 1970s) », Positions, vol. 19,‎ , p. 173 (DOI 10.1215/10679847-2010-028)
  7. (en) Stephen Evans, « North Korea and Christianity - uneasy bedfellows », BBC, Londres,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]