Kanembou (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kanembou
kanembu
Pays Tchad
Région Kanem, Lac, Hadjer-Lamis et au BET
Nombre de locuteurs 1 233 000 (en 2015)[1]
Classification par famille
Codes de langue
IETF kbl
ISO 639-2 ssa[2]
ISO 639-3 kbl
Étendue langue individuelle
Type langue vivante

Le kanembou (ou kanembu) est une langue nilo-saharienne parlée au Tchad par la plupart des Tchadiens de toute horizon, principalement dans les régions du Kanem, du Lac et du Hadjer-Lamis par . La langue Kanembou est parlée par plus de 3457000 personnes

Description[modifier | modifier le code]

Le kanembou est proche du gorane dont certains verbes ont les mêmes bases telles que : yahm (boire) en kanembou et en gorane, gone (prendre) en kanembou et gorane et bien d'autres mots et verbes.

Pronoms personnels[modifier | modifier le code]

  • wou = je
  • ni = tu
  • ti = il ou elle
  • yendi = nous
  • nondi = vous
  • tendi = ils ou elles

Chiffres Kanembou[modifier | modifier le code]

Kanembou Français Anglais
Toullo un one
Yindi deux two
Yakkou trois three
Diyaou quatre four
Ouh cinq five
Arakou six six
Toulour sept seven
Wouskou huit eight
Louar neuf nine
Miew dix ten

                                                  

Histoire[modifier | modifier le code]

Classification[modifier | modifier le code]

Le kanembu fait partie du sous-groupe des langues kanouri, rattaché aux langues sahariennes. Ces dernières forment une des branches de l'ensemble nilo-saharien.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Dialectes[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Le kanembou est écrit avec l'alphabet latin adapté.

Alphabet latin kanembou[3],[4]
a b c d e ə f g h i j k l m n o p r s t u w y

Les lettres accentuées ‹ â, ê, î, ô, û › sont aussi utilisées. L’orthographe utilise les digrammes ‹ mb, nd, ng, nj ›.

L’alphabet arabe adjami, appelé « ba-ta-ta », a été utilisé pour l’écriture de l’ancien kanembou, depuis le temps du maï Dounama Dibalami, et encore aujourd’hui en tarjumo (en) ou dans les ouvrages religieux.

1. A ( ٱ ) – Aliou
2. B (پ) – Bah
3. T (ت)- tah
4. Ŝ ( ث ) – Thouma-tholodou
5. G ( ج ) – Djoum
6. H ( ح ) Hah ngandou
7. Ĥ ( (خ ) Ha Intchia
8. D ( د ) – daal
9. Ď ( ذ ) – Zal
10. R ( ر ) – Rah
11. Z (ز ) – Zay
12. S ( س ) – Souni Ngandou
13. Ĉ (ش ) – Souni Intchia
14. Ŝ (ص ) – Saddou
15. Ś (ض ) – Daddou
16. Ť ( ط ) – tamouska
17. Ž (ظ ) – Zadoumouska
18. Ā ( ع ) – Aayne
19. Ġ ( غ ) – Ga-guine
20. F ( ف )- Fah
21. Q ( ق ) – Kowmi
22. K ( ك ) – Kolossour
23. L ( ل ) – Langatou
24. M ( م ) – Mougouri
25. N ( ڽ ) – Nonowdou
26. Ħ (ه ) – Hadjara
27. W ( و ) – Wow
28. Y ( ي )– Yakissou

Lexique[modifier | modifier le code]

  • fada = maison, kassou = marché, kam = personne, saa = ami,
  • kaw = soleil, kindaw = huile, dongou = hangar
  • kou = aujourd'hui, nbouka = hier, boukadil = avant hier, wouyya = demain

Sociolinguistique[modifier | modifier le code]

Statut[modifier | modifier le code]

Le kanembou, comme toutes les autres langues nationales du Tchad, ne bénéficie d'aucun statut officiel.

L'article 9 de la Constitution dit : « Les langues officielles sont le français et l'arabe. La loi fixe les conditions de promotion et de développement des langues nationales ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Francis Jouannet, « Essai d'inventaire phonétique du parler kanembou des Ngaldoukou du Sud-Kanem », dans Jean-Pierre Caprile (dir.), Études phonologiques tchadiennes, SELAF, Paris, 1977, p. 129-143 (ISBN 2-85297-019-8) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • SIL Tchad, Kakadu Kanembu Kərânei, Kakadu 1 [Nous lisons le kanembou, livre 2], N’Djamena, Tchad, SIL Tchad, (présentation en ligne, lire en ligne)
  • SIL Tchad, Kakadu Kanembu Kərânei, Kakadu 2 [Nous lisons le kanembou, livre 2], N’Djamena, Tchad, SIL Tchad, (présentation en ligne, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]