Kamimura Hikonojō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kamimura Hikonojō est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Kamimura, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).
Kamimura Hikonojō
上村 彦之丞
Image illustrative de l'article Kamimura Hikonojō

Naissance
Drapeau du Japon Domaine de Satsuma
Décès (à 67 ans)
Drapeau du Japon Tokyo
Origine Japonais
Allégeance Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Grade Amiral
Années de service 1871-1914
Conflits Guerre de Boshin
Première guerre sino-japonaise
Guerre russo-japonaise
Commandement Drapeau de l'armée impériale japonaise Marine impériale japonaise
Distinctions Ordre du Soleil levant
Ordre du Milan d'or

Le baron Kamimura Hikonojō (上村 彦之丞?) ( - ) est un amiral de la marine impériale japonaise célèbre pour ses actions durant la guerre russo-japonaise lors de la bataille d'Ulsan et la bataille de Tsushima.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille samouraï du domaine de Satsuma (actuelle préfecture de Kagoshima), Kamimura sert comme soldat à pied durant la guerre de Boshin. Après l'établissement du gouvernement de Meiji en 1871, il devient l'un des premiers cadets de l'académie navale impériale du Japon, puis devient enseigne en 1879.

De droite à gauche : Funakoshi, Shimamura, Togo, Kamimura, Katō, Akiyama.

Servant comme sous-officier à bord de divers navires durant les années 1880, le premier commandement de Kamimura est la canonnière Maya (en) en 1891, puis il devient capitaine du Chōkai (en) en 1893.

Au début de la première guerre sino-japonaise, Kamimura reçoit le commandement du nouveau croiseur Akitsushima et se distingue lors de la bataille du fleuve Yalou le [1]. Il est considéré dans la marine comme un chef de combat rude et audacieux dans l'ancienne tradition samouraï.

Après la guerre, Kamimura tient divers postes au ministère de la Marine ainsi qu'à l'État-major de la marine impériale japonaise jusqu'à sa promotion de vice-amiral en 1903. Il visite le Royaume-Uni avec le cuirassé Asahi du au . Il est promu contre-amiral durant cette période.

Placé à la tête de la 2e flotte au début de la guerre russo-japonaise, Kamimura est chargé de contenir l'escadre russe de Vladivostok. Après que les Russes se soient exfiltrés et aient coulé des navires de transport japonais lors de l'incident du Hitachi Maru, il est l'objet d'une vindicte populaire, une foule attaquant sa résidence de Tokyo, et des journaux faisant allusion à son possible suicide. Il prend sa revanche sur les Russes en coulant le croiseur Riourik et endommageant le Gromoboï et le Russie le lors de la bataille d'Ulsan, et regagne de la popularité dans le gouvernement et le peuple japonais. Nommé commandant du croiseur Izumo (en), Kamimura mène la 2e Flotte durant la bataille de Tsushima le .

Devenu commandant du district naval de Yokosuka en 1905, Kamimura reçoit le commandement de la 1re flotte en 1909. Ayant reçu le titre de baron (danshaku), selon le système de noblesse kazoku, deux ans auparavant, Kamimura est promu amiral le . Devenu membre du conseil de guerre suprême l'année suivante, il entre dans la réserve le avant sa mort en 1916.

Sa tombe se trouve au temple Myōhon-ji à Kamakura.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paine, The Sino-Japanese War

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ronald Andidora, Iron Admirals: Naval Leadership in the Twentieth Century, Greenwood Press, (ISBN 0-313-31266-4)
  • Trevor N. Dupuy, Encyclopedia of Military Biography, I B Tauris & Co Ltd, (ISBN 1-85043-569-3)
  • S.C.M. Paine, The Sino-Japanese War of 1894-1895: Perception, Power, and Primacy, Cambridge, MA, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-61745-6)
  • J. Charles Schencking, Making Waves: Politics, Propaganda, And The Emergence Of The Imperial Japanese Navy, 1868-1922, Stanford University Press, (ISBN 0-8047-4977-9)
  • Denis Warner et Warner, Peggy, The Tide at Sunrise: A History of the Russo-Japanese War 1904-1905, Charterhouse, (ASIN B000OLLNGA)

Liens externes[modifier | modifier le code]