Kalkhu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kalkhu
Panneau comportant un bas-relief de génie ailé, Palais nord-ouest de Kalkhu/Nimrud, sur le site (photographie de 2006).
Panneau comportant un bas-relief de génie ailé, Palais nord-ouest de Kalkhu/Nimrud, sur le site (photographie de 2006).
Localisation
Pays Drapeau de l'Irak Irak
Province Ninawa
Coordonnées 36° 05′ 57″ N 43° 19′ 39″ E / 36.09915, 43.327536° 05′ 57″ Nord 43° 19′ 39″ Est / 36.09915, 43.3275  
Superficie 360 hectares

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
Kalkhu
Kalkhu
Époque du IVe millénaire av. J.-C. à 612 av. J.-C.

Kalkhu (en arabe : kālḫū, كالخو), Kalakh dans la Bible, fut l'une des grandes capitales néo-assyriennes, dont les ruines se trouvent sur les tells actuels de Nimrud, surplombant la confluence du Tigre et du Zab supérieur, qui tire son nom du héros biblique Nimrod, et de Tell Azar qui recèle les ruines de « Fort Salmanazar » et aux alentours. La ville était située à 35 km de Ninive (Faubourg de Mossoul actuellement). Il s'agit de l'une des plus grandes métropoles de la Mésopotamie antique, s'étendant sur environ 360 hectares à son apogée, lorsqu'elle fut capitale de l'Assyrie à partir du règne d'Assurnasirpal II (883-859 av. J.-C.), qui entreprit de la reconstruire complètement et de l'étendre pour qu'elle reflète la puissance de son royaume. Elle eut le rang de capitale jusqu'à la fin du VIIIe siècle av. J.-C., quand elle fut supplantée par Dur-Sharrukin (Khorsabad) puis Ninive, et fut détruite dans les années 614-612 av. J.-C., lors de la chute de l'empire assyrien sous les attaques conjuguées des Babyloniens et des Mèdes.

Ses fouilles ont débuté dans les années 1840, en même temps qu'étaient découvertes plusieurs autres capitales de l'ancienne Assyrie (Ninive, Dur-Sharrukin), et se sont poursuivies à plusieurs reprises depuis, sous la direction de plusieurs équipes d'archéologues, surtout britanniques et irakiennes. Elles ont permis la mise au jour de plusieurs bâtiments remarquables, en premier lieu le Palais sud-ouest d'Assurnasirpal II et plusieurs temples, ainsi que d'autres palais sur le tell de Nimrud, et un autre édifice servant d'arsenal aux armées assyriennes à Fort Salmanazar. Les archéologues y ont exhumé des nombreuses sculptures sur pierre, en particulier les statues colossales de génies gardant les portes de ses édifices (taureaux et lions androcéphales ailés) et des bas-reliefs représentant d'autres génies protecteurs ainsi que des scènes de victoire des troupes assyriennes. Parmi les autres trouvailles remarquables se trouvent des milliers d'objets en ivoire sculptés provenant pour la plupart de Syrie et de Phénicie ainsi que les bijoux en or et pierre précieuse finement exécutés provenant des tombes de plusieurs reines assyriennes mises au jour dans le Palais sud-ouest.

Après avoir fait l'objet de reconstructions de la part des autorités irakiennes à partir des années 1950, le site a subi de nombreuses dégradations à la suite de la déstabilisation de la situation politique du Nord de l'Irak dans les années 1990 et 2000. Il fut une des cibles de la campagne de destructions d'anciens sites archéologiques par l’État islamique en mars 2015, et les principaux monuments et œuvres d'art demeurés sur le site de Nimrud furent alors détruits au bulldozer et à l'explosif.

Le site de Nimrud à l'époque contemporaine : redécouverte, restaurations et destructions[modifier | modifier le code]

Les fouilles britanniques du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Illustrations des ouvrages relatant les découvertes de Layard à Nimrud : découverte d'une statue colossale, et déplacement d'une autre en vue de son transfert. Illustrations des ouvrages relatant les découvertes de Layard à Nimrud : découverte d'une statue colossale, et déplacement d'une autre en vue de son transfert.
Illustrations des ouvrages relatant les découvertes de Layard à Nimrud : découverte d'une statue colossale, et déplacement d'une autre en vue de son transfert.

Le site de Nimrud a été repéré par l'anglais G. P. Badger en 1844. L'année suivante, son compatriote Austen Henry Layard entame les fouilles, croyant alors avoir trouvé Ninive[1]. Seulement appuyé pour diriger les fouilles par le chrétien irakien Hormuzd Rassam, financé d'abord par l'ambassadeur britannique dans l'empire ottoman, Stratford Canning, puis par les Trustees du British Museum, il conduit ses travaux de 1845 à 1847 puis de 1849 à 1851, qui marquent un tournant dans l'essor de l'archéologie mésopotamienne en raison de l'ampleur des découvertes, contemporaines de celles des consuls français à Khorsabad. Layard peut dégager une partie du Palais nord-ouest, ainsi que les temples de Ninurta, d'Ishtar, la ziggurat et dans les palais central, sud-est et sud-ouest, et aussi au Fort Salmanazar. Il dégage surtout les bas-reliefs du palais principal et les statues colossales gardant les portes des édifices, ainsi que d'autres œuvres remarquables comme l'obélisque noir de Salmanazar III[2].

Le British Museum, qui récupère les sculptures et autres œuvres remarquables exhumées sur le site pour les exposer dans ses collections, poursuit le financement de fouilles après le départ de Layard : Henry Rawlinson en 1852 avec l'aide de Felix Jones, capitaine de l'Indian Navy qui dresse un plan du site, puis Rassam en 1852–54, et William K. Loftus et William Boutcher en 1854–55, qui dégagent les palais central, sud-est et nord ouest ainsi que le temple de Nabû. À la lecture des insriptions du site, Rawlinson avait alors identifié qu'il ne s'agissait pas de Ninive comme le pensait Layard, mais d'une autre capitale assyrienne, Kalkhu (Calah dans la Bible)[2].

Le site est ensuite visité par des représentants d'autres pays, à la recherche de bas-reliefs à acquérir : le français Henri-Pacifique Delaporte en 1862, le suisse Julius Weber en 1864. Les fouilles reprennent brièvement sous la direction du britannique George Smith en 1873, puis à nouveau Hormuzd Rassam en 1878-1879, qui reprend les fouilles des palais sud-est et central, du temple de Nabû, et découvre le temple de Kidmuru[2].

Les fouilles de l'après-guerre et les restaurations[modifier | modifier le code]

L'intérieur d'une salle du Palais nord-ouest après les restaurations des services archéologiques irakiens (photographie de 2008).

Les campagnes de fouilles reprirent à Nimrud en 1949, à l'initiative de l’École britannique d'archéologie en Irak (British School of Archaeology in Iraq, BSAI, aujourd'hui British Institute for the Study of Iraq, BISI). Treize campagnes furent conduites, sous la direction de Max Mallowan jusqu'en 1957[3] (accompagné de son épouse Agatha Christie, qui a laissé des témoignages de ces fouilles dans son Autobiographie[4]), puis à sa suite sous celle de David Oates qui l'accompagnait depuis les débuts, puis en 1963 sous celle de Jeffrey Orchard. Ces campagnes furent en particulier l'occasion de dégager la zone privée du Palais nord-ouest, où furent mis au jour de nombreux objets en ivoire, ainsi que de poursuivre l'exploration des autres monuments de l'acropole (les temples de Ninurta et de Nabû, le Palais brûlé, le Palais du Gouverneur, le Palais sud-est, le Bâtiment de 1950, les résidences situées contre l'enceinte) et de Fort Salmanazar[5]. La BSAI/BISI entreprend également la publication des tablettes cunéiformes retrouvées à Nimrud dans la série Cuneiform Texts from Nimrud (CTN)[6].

Parallèlement le Département des Antiquités irakien conduisait des fouilles dans le Palais nord-ouest sous la direction de Behnam Abu es-Soof entre 1956 et 1959, avec le projet de restaurer les salles de l'édifice pour le préserver et l'ouvrir au tourisme, en commençant par la salle du trône. À partir de 1969, les équipes irakiennes reprennent leurs campagnes de fouilles et de restaurations des édifices de Nimrud, essentiellement le Palais nord-ouest. Une partie des œuvres dégagées est transférée au Musée de Mossoul qui ouvre ses portes en 1974. Parmi les découvertes marquantes, de nouveaux ivoires sont découverts en 1975 dans une pièce du sud du Palais nord-ouest[7]. Parallèlement, de 1974 à 1976, une équipes d'archéologues polonais dirigée par Janusz Meuszynski fouille les bâtiments de centre du tell (Bâtiment central, Palais central). Entre 1987 et 1989, ce sont des équipes italiennes qui rejoignent le site, conduisant une prospection de surface et poursuivant les fouilles du Fort Salmanazar. En 1989, une équipe du British Museum revient pour fouiller le même édifice[8].

La trouvaille la plus spectaculaire des dernières campagnes de fouilles de Nimrud est celle, entre 1988 et 1991, des tombes souterraines de plusieurs reines assyriennes, situées dans la partie sud du Palais nord-ouest, qui a livré une impressionnante quantité d'objets de luxe. Les travaux de fouilles et de restauration, interrompus par la Première guerre du Golfe, reprirent brièvement à partir de 2001, en particulier dans le secteur du temple d'Ishtar[9].

Les destructions[modifier | modifier le code]

Le site de Nimrud fait l'objet de premières dégradations dès 2003, des pilleurs tentant d'enlever des bas-reliefs et en fracturant plusieurs, dans les semaines suivant la chute du régime de Saddam Hussein[10] qui vit également le pillage des musées de Bagdad et de Mossoul qui contenaient une partie des œuvres provenant de Nimrud (mais pas le trésor des tombes des reines, mis à l'abri dans la Banque centrale irakienne[11]). Il est ensuite placé sous la protection de l'armée américaine, jusqu'au retrait de de celle-ci de la région.

Lorsque l'État islamique s'empare de la région en 2014, les sites archéologiques antiques deviennent leur cible potentielle, car en raison de leur caractère pré-islamique et de la présence de représentations relevant de religions antiques polythéistes ils sont considérés comme « idolâtres »[12]. Le 5 mars 2015, l'EI annonce avoir entrepris la destruction du site, dans les mêmes jours qui voient cette entreprise de destruction concerner plusieurs autres sites antiques de renom (Ninive, Hatra, Khorsabad) et le Musée de Mossoul. Des vidéos de propagande montrent la destruction de plusieurs bas-reliefs et statues du Palais nord-ouest par des djihadistes, ainsi que sur les remparts de la cité. La destruction est poursuivie au bulldozer puis à la dynamite[13]. L'ampleur matérielle des dégâts, difficilement estimable, est considérable. Cette destruction de lieux prestigieux a été dénoncée par l'UNESCO comme étant un « crime de guerre », et s'accompagne d'un commerce illicite des œuvres d'art provenant des sites détruits[14].

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Cartes de localisation de Kalkhu/Nimrud et des principaux sites assyriens (haut) et des différentes phases d'expansion de l'empire néo-assyrien (bas).
 
Cartes de localisation de Kalkhu/Nimrud et des principaux sites assyriens (haut) et des différentes phases d'expansion de l'empire néo-assyrien (bas).
Cartes de localisation de Kalkhu/Nimrud et des principaux sites assyriens (haut) et des différentes phases d'expansion de l'empire néo-assyrien (bas).

Le site Kalkhu est habité depuis au moins la fin de l'époque proto-historique : les plus vieux objets retrouvés sur le site, dans un sondage fait par Max Mallowan, datent de la période de Ninive V (v. 3000 av. J.-C.). Mais le site a fourni peu de documentation pour ses périodes anciennes, puisque seule une tombe datée du milieu du XVIIIe millénaire av. J.‑C. retrouvée sous le temple de Nabû indique une occupation avant l'époque assyrienne. Autre indice de l'occupation du site à cette période, la ville apparaît dans la documentation écrite contemporaine exhumée à Mari en Syrie, sous le nom de Kawalkhum. Elle intègre sans doute le royaume assyrien durant les conquêtes effectuées dans sa région à partir du règne d'Assur-uballit Ier (1366-1330 av. J.-C.), marquant l'essor du royaume « médio-assyrien » (v. 1400-1000 av. J.-C.). Kalkhu est mentionnée dans quelques textes de cette période, mais celle-ci est pauvrement documentée par l'archéologie (des traces éparses de décoration dans un temple), qui ne permet pas d'en savoir plus sur son développement à cette époque[15].

La construction d'une nouvelle capitale[modifier | modifier le code]

Assurnasirpal II sur son trône, accompagné d'un serviteur (sans doute un eunuque). Copie d'un bas-relief du Palais nord-ouest.

Au milieu du IXe siècle av. J.-C., Kalkhu est donc un centre provincial du puissant royaume assyrien, à l'écart de la capitale politique et religieuse traditionnelle de celui-ci, Assur. Assurnazirpal II (883-859 av. J.-C.), après avoir conduit de nombreuses campagnes consolidant son royaume en Syrie et été le premier souverain assyrien à parvenir jusqu'aux rivages de la Méditerranée depuis le temps du glorieux Teglath-Phalasar Ier (1114-1076 av. J.-C.), prit la décision de construire une nouvelle capitale à Kalkhu. Ses motivations, jamais explicités dans les inscriptions commémoratives du monarque, sont obscures[16]. Le fait que Assur soit à la merci d'une attaque venant de l'ouest (elle était située sur la rive ouest du Tigre), où résidaient les dangereux Araméens, alors que Kalkhu était plus protégée (sur la rive est, avec le Grand Zab à proximité), a pu peser dans cette décision.

Détail d'un passage de l'« Inscription standard » sur un bas-relief du Palais nord-ouest. Pergamon Museum.

Le chantier de construction de Kalkhu, qui est une véritable refondation de la ville, est célébré dans plusieurs inscriptions royales d'Assurnasirpal II retrouvées dans les édifices principaux de la ville. C'est en particulier le cas de l'« Inscription standard », un texte court (une vingtaine lignes) commémorant les conquêtes du souverain puis la construction de la nouvelle capitale. Elle doit son nom au fait qu'elle est reproduite sans grande variation des dizaines de fois sur les bas-reliefs du Palais nord-ouest d'Assurnasirpal II, en position centrale. D'autres inscriptions du souverain reprennent par ailleurs en partie ce texte[17]. Un autre texte primordial pour connaître la construction de Kalkhu est la « Stèle du banquet », texte nettement plus long débutant par une version abrégée du précédent puis développant la description de la construction des palais et temples de la ville, les différentes essences d'arbres implantées dans les jardins de la ville, et enfin le formidable banquet que le monarque donna pour célébrer la finalisation de la construction, passage final auquel le texte doit son nom moderne[18]. Ces textes présentent une vision idéalisée de la construction de la ville, mettant en valeur la personne du roi, sa puissance et sa capacité à maîtriser les ressources de son royaume pour réaliser une ville et des monuments sans égaux. Ils servirent de modèle aux récits de construction des rois assyriens suivants, en particulier ceux relatant la construction des capitales suivantes (Dur-Sharrukin par Sargon II et surtout Ninive par Sennacherib)[19].

De fait, il apparaît que la reconstruction de Kalkhu mobilise les ressources de l'empire, accumulées au cours des différentes campagnes militaires, qui se soldaient par des pillages, la perception de tributs, et des déportations de populations vaincues, souvent établies en Assyrie depuis le Moyen-Euphrate et la Syrie intérieure :

« La vieille cité de Kalkhu que Salmanazar, roi d'Assyrie, un prince qui me précéda, avait construite - cette cité était en ruines, restait en sommeil. Je reconstruisis cette ville. Je pris les peuples que j'avais conquis, depuis les pays que j'avais dominés, (les populations) du pays de Suhu, du pays de Laqe dans sa totalité, de la ville de Sirqu qui est sur le gué de l'Euphrate, du pays de Zamua, du Bit-Adini et du pays du Hatti, et de Lubarna, (et) du Patinu. Je les installai au cœur (de la ville). »

— Inscription Standard, l. 14b)-17b).

Ces populations furent manifestement mobilisées pour le chantier de la ville puis pour la peupler. Les récits officiels du souverain, qui ne sont pas complétés par des lettres permettant de suivre le déroulement du chantier (comme c'est le cas pour Dur-Sharrukin), s'attardent surtout sur les formidables réalisations qui ont été faites à partir des ressources mobilisées par le roi, en premier lieu le palais royal (le « Palais nord-ouest ») :

« Je dégageai les ruines anciennes et je creusai jusqu'au niveau de la nappe d'eau, atteignant une profondeur de 120 niveaux de briques. À l'intérieur (de la ville) je fondai pour toute éternité, en guise de résidence royale et pour mon plaisir souverain, un palais de cèdre, un palais de cyprès, un palais de genévrier, un palais de buis, un palais de meskannu (essence inconnue), un palais de térébinthe et de tamaris. Je fis (des répliques) en calcaire blanc et en albâtre des créatures des montagnes et de la mer parûtu et je les postai à ses portes. Je le décorai somptueusement. Je l'entourai de clous de bronze à large tête. Je fixai à ses portes des vantaux en bois de cèdre, de cyprès, de genévrier et de meskannu. Je réunis et déposai à l'intérieur de grandes quantités d'argent, d'or, d'étain, de bronze et de fer, butin provenant des pays sur lesquels j'avais étendu ma domination. »

— Inscription Standard, l. 17b)-22.

La Stèle du banquet évoque également la construction de temples pour les grands dieux du royaume, aussi somptueusement décorés que le palais : en tout neuf temples dédiés à Enlil et Ninurta, Ea-le-roi et sa parèdre Damkina, Adad et sa parèdre Shala, Gula, Sîn, Nabû, Ishtar sous son aspect šarrat-niphi, les Sibitti et Kidmuru (apparemment un autre aspect d'Ishtar, inconnu par ailleurs). Puis l'inscription s'attarde longuement la réalisation des jardins situés aux alentours de Kalkhu. On creuse d'abord un canal dérivé du Zab supérieur, appelé Patti-hegalli (« Canal qui apporte l'abondance »), qui sert à l'irrigation de la plaine, où sont ensuite plantés une grande variété d'arbres (41 sont listés dans le texte) issus des pays qu'avait parcourus le roi dans son royaume, réunis ici pour le plus grand plaisir de ses sens :

« Depuis les hauteurs, le canal coule avec vigueur en direction des vergers. Les allées sont embaumées de parfums. Les ruisseaux, aussi nombreux que les étoiles du ciel (?), coulent dans ce jardin d'agrément. »

— Stèle du banquet, l. 49-50.

Le chantier de construction s'achève par une fête au cours de laquelle les dieux de l'Assyrie, le grand dieu national Assur en tête, sont conviés à venir admirer et bénir la réalisation d'Assurnasirpal II. La Stèle du banquet comprend une longue liste de tous les animaux, céréales, fruits, légumes et boissons fournis aux convives : ainsi 100 bœufs gras, 500 oies, 10 000 pigeons, 10 000 œufs, autant de galettes de pain, 100 jarres de bière de qualité, autant de miel, de lait, de moutarde et de fromage, des dattes, des pistaches, des épices et divers condiments, etc. Le texte conclut en énumérant les sujets du souverain qui ont été « invités » à admirer sa nouvelle capitale et au banquet en son honneur :

« Quand je consacrai le palais de Kalkhu, 47 074 hommes (et) femmes invités de toutes les parties de mon royaume, 5 000 dignitaires (et) envoyés des peuples des pays de Suhu, Hindanu, Patinu, Hatti, Tyr, Sidon, Gurgum, Melid, Hubusku, Gilzanu, Kummuhu (et) Musasir, 16 000 gens de Kalkhu (et) 1 500 zariqu de mon palais (fonctionnaires assyriens), tous, en tout 69 574 (personnes) de tous les pays ainsi que les gens de Kalkhu, je les ai nourris pendant dix jours, je les ai abreuvés de vin, je les ai fait baigner, oindre. (Ainsi) je les honorai (puis) les renvoyai dans leurs contrées dans la paix et dans la joie. »

— Stèle du banquet, l. 141-154.

Les inscriptions n'évoquent pas une autre importante réalisation architecturale, la muraille qui protège la ville, ni l'urbanisme de celle-ci. Au final, Assurnasirpal II a conduit un chantier d'une ampleur sans précédente dans l'histoire mésopotamienne, porteur de diverses innovations architecturales, en premier lieu son palais royal et ses statues et bas-reliefs qui deviennent alors caractéristiques de l'art assyrien, et sont manifestement issu des traditions syriennes, ce qui est logique vu que les artisans du chantier et les ressources de celui-ci viennent pour une bonne part de la moitié occidentale du royaume. Assurnasirpal II fut ainsi un des principaux rois bâtisseurs de l'histoire mésopotamienne, et servit de modèle à ses successeurs qui furent nombreux à chercher à égaler ou même surpasser ses réalisations.

Il apparaît tout de même que le règne de ce souverain ne suffit pas à mener son œuvre jusqu'à son terme. Il appartint en effet à son fils et successeur Salmanazar III (858-824 av. J.-C.) de conduire la finalisation de plusieurs chantiers, dont la ziggurat, et d'ériger sur le second tell de la cité un autre palais servant de quartier général des armées assyriennes, dénommé « Fort Salmanazar » par les archéologues qui l'ont exhumé[20].

Kalkhu aux VIIIe ‑ VIIe siècle av. J.-C. : capitale puis métropole provinciale assyrienne[modifier | modifier le code]

Bas-relief provenant du « Palais Central » de Teglath-Phalasar III : représentation du souverain. Musée du Louvre.

Shamshi-Adad V (823-811 av. J.-C.) a laissé peu de traces de son activité à Nimrud, où seule une stèle le représentant a été mise au jour. Son successeur Adad-nerari III (810-783 av. J.-C.) a entrepris la construction d'un nouveau palais sur ce site, dans la continuité méridionale de celui d'Assurnasirpal II, a peut-être été à l'origine de la construction du « Palais brûlé » ainsi que de la reconstruction du temple de Nabû et même l'érection d'un nouveau palais dans la ville basse[21]. Cette période voit cependant un affaiblissement du pouvoir royal assyrien, perceptible notamment par le rôle important joué par la mère d'Adad-nerari III, la reine Sammurammat (passée à la postérité sous le nom de Sémiramis) et plusieurs grands dignitaires assyriens. La puissance du royaume n'est rétablie que dans la seconde moitié du VIIIe siècle av. J.-C., par Teglath-Phalasar III (745-727 av. J.-C.), considéré comme le fondateur de l'« empire » d'Assyrie, par ses conquêtes et son œuvre de réorganisation des structures de l’État assyrien. Ce grand monarque, dont plusieurs lettres ont été retrouvées dans le Palais nord-ouest, fait construire à Kalkhu un nouveau palais, le « Palais central », et proclame également dans une inscription commémorant cet acte avoir construit un édifice de type bit-hilani[22].

Le règne de Sargon II (722-705 av. J.-C.) marque un tournant dans l'histoire de Kalkhu. S'il réside au début de son règne dans le Palais nord-ouest, où une partie de sa correspondance a été exhumée, ainsi que peut-être dans le Palais brûlé[23], projette à partir de 717 la construction d'une nouvelle capitale à son nom, Dur-Sharrukin, la « Ville de Sargon » (l'actuel site de Khorsabad), construite ex-nihilo en s'inspirant grandement du modèle fourni par Kalkhu (terrasse principale comprenant un palais royal décoré de bas-reliefs et de statues monumentales et des temples, un arsenal sur une terrasse séparée). La raison de ce changement de capitale est tout aussi énigmatique que la précédente.

La mort brutale de Sargon en 705 fut suivie par l'abandon de sa nouvelle capitale par son fils et successeur Sennacherib (705-681 av. J.-C.), qui déplaça sa capitale à Ninive, cité au passé prestigieux qu'il reconstruit de fond en comble, entreprenant un chantier qui dépassa par son ampleur ceux de ses prédécesseurs, et confirmant la relégation de Kalkhu au rang de capitale secondaire de l'empire assyrien, même si elle gardait un prestige important, notamment dans le domaine intellectuel et religieux si on en juge par les tablettes retrouvées dans le temple de Nabû (dont certaines écrites par le grand scribe de Sargon II et Sennacherib, Nabû-zuqub-kena). Assarhaddon (680-669 av. J.-C.), s'il résida principalement dans la nouvelle capitale, ne délaissa pas Kalkhu pour autant, puisqu'il y restaura l'arsenal, y conclut peut-être des traités dont les versions écrites ont été mises au jour dans le temple de Nabû, et initia la construction d'un nouveau palais, le « Palais sud-ouest », qui ne fut jamais achevé (ce qui fit penser qu'il avait envisagé de rétablir Kalkhu comme capitale, même si cela n'est pas assuré car il maintint une activité importante à Ninive)[24]. Son successeur Assurbanipal (669-626 av. J.-C.) n'a pas laissé de trace de son activité à Kalkhu.

L'empire assyrien s'effondre entre 626 et 609 av. J.-C. à la suite d'une guerre civile liée à la succession d'Assurbanipal, dont profitent les Babyloniens puis leurs alliés de circonstance Mèdes pour abattre la puissance moribonde. Les principales villes assyriennes sont prises entre 616 et 612 av. J.-C. Kalkhu semble avoir été attaquée en 614 par les Mèdes (quand ils détruisent Assur), mais avoir résisté au siège. Elle s'effondre finalement lors de la campagne conjointe des Babyloniens et des Mèdes de 612, qui emporte également Ninive. C'est de ce moment que doit dater une brèche repérée dans la muraille au niveau du Fort Salmanazar, creusée au moment de l'assaut final. Les édifices de la ville présentent des traces de destruction[25]. Un des puits du Palais nord-ouest contenait de nombreux squelettes humains (peut-être jusqu'à 400), un certain nombre menottés aux bras et aux jambes. Il est tentant d'identifier ces derniers comme des prisonniers exécutés après la prise de la ville ; les autres corps pourraient des restes humains dégagés des tombes voûtées voisines qui ont été pillées au même moment[26].

L'époque post-assyrienne[modifier | modifier le code]

Après leur destruction en 612 av. J.-C., les monuments de la citadelle principale et de Fort Salmanazar sont réoccupés par ceux que les fouilleurs du site ont désigné comme des « squatters », vraisemblablement des habitants de la ville et de ses alentours ayant survécu aux attaques et ayant cherché refuge dans les bâtiments les plus solides. Ces occupations furent manifestement brèves, et terminèrent dans la violence[27].

Le tell principal fut réoccupé partiellement par la suite, apparemment à la période achéménide (539-330 av. J.-C.), au cours de laquelle le site est mentionné (sous le nom de Larissa) par l'historien grec Xénophon qui y passe lors de la retraite des Dix Mille en 401 av. J.-C., et que ses ruines servent de refuge à la population des alentours (il évoque un site inhabité). Le tell de Nimrud est habité plus durablement au cours de la période hellénistique, entre 250 et 150 av. J.-C. environ. Des petites habitations de cette époque, organisées autour d'une cour, ainsi que des sépultures ont été identifiées sur les niveaux situés au-dessus de ceux de l'époque néo-assyrienne. De nombreux objets de cette période ont été exhumés (bijoux, céramique, pièces de monnaie, statuettes en terre cuite). Le village, après une période relativement prospère, semble abandonné après une destruction dans les années 140 av. J.-C., qui correspondent à la prise de contrôle de la région par les Parthes[28].

Les monuments de Kalkhu[modifier | modifier le code]

Plan général du site de Nimrud/Kalkhu d'après les relevés de Felix Jones en 1852 (à gauche), et plan schématique localisant la citadelle des palais et des temples (Nimrud) et l'arsenal (Tulul al-Azar) (à droite). Plan général du site de Nimrud/Kalkhu d'après les relevés de Felix Jones en 1852 (à gauche), et plan schématique localisant la citadelle des palais et des temples (Nimrud) et l'arsenal (Tulul al-Azar) (à droite).
Plan général du site de Nimrud/Kalkhu d'après les relevés de Felix Jones en 1852 (à gauche), et plan schématique localisant la citadelle des palais et des temples (Nimrud) et l'arsenal (Tulul al-Azar) (à droite).

Après les chantiers d'Assurnasirpal II, Kalkhu était une imposante cité d'environ 360 hectares, protégée par une enceinte d'approximativement 7,5 kilomètres de long. Au sud-ouest, surplombant le Tigre, la citadelle comprenant les édifices officiels principaux est un tell de 400 × 600 mètres, le tell de Nimrud a proprement parler. C'est du reste la zone la plus anciennement occupée du site, autour de laquelle s'est développée la ville avant son élévation au statut de capitale de l'Assyrie. Au sud-est, le tell de Tulul al-Azar comprend les ruines de l'arsenal de la cité (« Fort Salmanazar »)[29]. Les deux tells, qui étaient isolés du reste de la ville par leur propre enceinte, ont concentré l'essentiel des efforts des archéologues, la ville basse qui devait comprendre l'essentiel de l'espace résidentiel, artisanal et commercial n'a que très peu été explorée.

Les palais de l'acropole[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Palais assyriens.

L'acropole de la cité de Kalkhu comprenait de nombreux palais royaux (sept suivant les interprétations des équipes d'archéologues ayant fouillés le tell), érigés successivement par plusieurs souverains assyriens entre le IXe et le VIIe siècle av. J.-C. Le plus ancien est le plus vaste, celui construit sous Assurnasirpal II, est le mieux connu par les fouilles, encore qu'il n'ait pas été complètement dégagé. Les autres sont moins bien connus, et il est parfois malaisé d'interpréter le rôle des pièces fouillées, ou même les relations entre les différents édifices.

Le Palais nord-ouest[modifier | modifier le code]

Plan du Palais nord-ouest de Kalkhu. Rouge : salle du trône - Bleu : cour principale de la zone publique (babānu) - Rouge : cour principale de la zone privée (bitānu). Les appartements royaux et les tombes fouillés lors des dernières fouilles et situés au sud-est ne figurent pas sur le plan.
Les ruines du Palais nord-ouest en 2008, après leur restauration par les autorités irakiennes.
Une des portes du côté nord du Palais nord-ouest (en 2007), avec ses statues de taureaux ailés, après restauration.

Le « Palais nord-ouest » des archéologues a été bâti sous le règne d'Assurnasirpal II, puis été sans doute achevé par son fils Salmanazar III et occupé jusqu'au VIIe siècle av. J.-C. comme en attestent les tombes royales qui y ont été trouvées. Surplombant le Tigre depuis le sommet du tell, Ses dimensions étaient d'environ 200 mètres sur 130 mètres, et il devait couvrir environ 28 000 m². On y repère l'organisation classique des palais royaux assyriens. La partie nord du palais était le babānu, la zone publique. Cette zone était desservie par la porte principale du palais, située à l'est, et sans doute aussi par une entrée de service sur son côté nord. Elle était organisée autour d'une vaste cour desservant plusieurs magasins et le secteur administratif, dont les bureaux de l'intendant du palais, sans doute situés au nord-est de la cour principale, ainsi que les archives, dont une partie était entreposée dans une pièce au nord-ouest de la cour (les « Lettres de Nimrud », environ 300 tablettes de la correspondance de Teglath-Phalasar III et Sargon II, seconde moitié du VIIIe siècle av. J.-C.[30]).

La cour principale ouvrait par trois portes monumentales flanquées de taureaux ailés sur une salle du trône rectangulaire, mesurant 45 mètres de longueur sur 15 de largeur. De là, on accédait à un vestibule ouvrant sur la partie sud du palais, le bitānu, la zone privée, à laquelle l'accès était strictement limité. Autour de la cour principale de cette zone, mesurant 32 mètres sur 27, on trouvait des pièces de réception à l'ouest, des pièces ayant pu avoir une fonction cérémonielle à l'est, et les appartements royaux (dont le harem) au sud, comprenant également des pièces d'eau, des cuisines, ainsi que quatre chambres funéraires voûtées où ont été mis au jour les sarcophages de plusieurs reines avec leur trésor (voir plus bas), trois autres chambres voûtées ayant manifestement servi de sépulture mais retrouvées vides, et plusieurs puits ayant livré de nombreux ivoires, ainsi qu'un dans lequel ont été retrouvé de nombreux restes humains devant dater de la prise de la ville (voir plus haut)[31].

Les autres palais[modifier | modifier le code]

Adad-nerari III délaissa le Palais nord-ouest au profit d'un palais qu'il fit construire au sud de ce dernier. C'est dans cette zone que Layard avait dégagé un espace de réception et/ou de résidence richement ornées et aujourd'hui érodé, qu'il avait qualifié de « chambres hautes ». Ce palais fit l'objet de fouilles plus importantes par les archéologues irakiens, qui y ont retrouvé des restes de peintures murales mais pas de bas-reliefs[32].

Teglath-Phalasar III édifia à son tour un nouveau palais, le « Palais central », qui comme son nom l'indique est localisé dans la partie centrale du tell. Cet édifice est mal connu car très détérioré dès la période des premières fouilles, ce qui pourrait être lié au fait qu'Assarhaddon s'y servit lorsqu'il voulut construire à son tour un palais à Nimrud, le « Palais sud-ouest », y prenant des bas-reliefs ainsi que des pavages. D'autres bas-reliefs furent pris dans le Palais nord-ouest. Le palais d'Assarhaddon semble néanmoins n'avoir jamais été achevé : plusieurs bas-reliefs ont été retrouvés dans une pièce du Palais central où ils avaient été entassés à ce moment mais jamais réutilisés, tandis que d'autres furent transportés dans le nouveau palais mais jamais accrochés aux murs. Une des particularités de cet édifice est la présence de pièces de réception dont deux passages, gardés par deux taureaux ailés colossaux suivant la formule classique, mais ici on trouve entre les deux une paire de colonnes dont la base avait la forme de sphinx ; des colonnes se trouvaient également aux extrémités des suites. Cette organisation originale est manifestement d'inspiration syrienne (bâtiments à portiques de type bit-hilani)[33].

Au sud-est se trouve le « Palais brûlé », qui doit son nom au fait qu'il a été dévasté par un incendie. Cet édifice à l'histoire complexe (il semble avoir un antécédent dès la fin du IIe millénaire av. J.‑C. puis est réoccupé à l'époque hellénistique, présentant la plus longue séquence archéologique parmi les édifices du tell) fut construit sous Assurnasirpal II puis plusieurs fois restauré, semble-t-il par Adad-nerari III puis surtout Sargon II qui y a peut-être résidé au moment de la construction de sa nouvelle capitale Dur-Sharrukin. Il s'organise autour d'une grande cour accessible depuis le nord par un vestibule ; une salle du trône a été repérée du côté sud[34]. Le « Palais sud-est », situé plus au sud, est moins bien connu. On y a seulement repéré quelques pièces, qui semblent correspondre à une salle du trône et à ses annexes[35].

Enfin, le « Palais du gouverneur », situé vers le centre du tell, a peut-être été édifié sous Salmanazar III, ou sous son petit-fils Adad-nerari III. Il a été dégagé sur une zone d'environ 50 × 50 mètres, ayant permis de repérer un ensemble de pièces organisées autour d'une cour intérieure, suivant la formule classique des palais assyriens, et décorées de peintures. Cet édifice doit son nom aux tablettes (environ 230) qui y ont été exhumées, dont une partie atteste des activités de plusieurs gouverneurs de Kalkhu. Mais il ne semble pas que cet édifice ait été pour autant la résidence des gouverneurs de la ville, car les autres tablettes traitent d'affaires diverses, notamment privées, et ne forment pas un corpus homogène permettant d'identifier la fonction des occupants du palais[36].

Les temples[modifier | modifier le code]

La citadelle de Kalkhu comprenait plusieurs temples. Assurnasirpal II prétend dans ses inscriptions en avoir restauré neuf, mais il ne sont que quatre ou cinq à avoir été fouillés[37].

Le plus important était le temple de Ninurta, dieu guerrier symbolisant la victoire qui était très apprécié des souverains assyriens[38]. Il est situé au nord-ouest de l'acropole, juste au nord du Palais nord-ouest, et peut-être même accolé à ce dernier, au point qu'il est dans quelque cas difficile de déterminer à quel édifice appartiennent certaines pièces (des magasins) mises au jour lors de fouilles. On a mis au jour à côté de son entrée nord une grande stèle portant une inscription commémorative d'Assurnasirpal II, ainsi que des restes de décorations murales peintes[39]. À cet édifice était accolée une ziggurat, de base carrée de 60 mètres de côté, dont les ruines dominaient encore le site au moment des fouilles. Aucun escalier extérieur n'ayant été retrouvé, l'accès à son sommet devait se faire depuis le temple par un escalier intérieur qui a disparu depuis[40].

Un des lions colossaux gardant l'entrée du temple d'Ishtar šarrat niphi. British Museum.

À l'est du temple de Ninurta se trouvait un temple (ou une simple chapelle) dédiée à la déesse Ishtar sous son aspect dit šarrat niphi (« Reine éclatante »). Deux de ses entrées ont été identifiées, et étaient gardées par des lions colossaux[41]. Un temple dédié à la déesse Gula, non fouillé, devait se trouver à l'est de cet édifice.

Au sud-est de ces deux temples, à une centaine de mètres en direction du centre du tell, se trouvait un autre sanctuaire dédié à la « Maîtresse du Kidmuru », apparemment un autre aspect de la déesse Ishtar. Selon les inscriptions d'Assurnasirpal II, il existait déjà quand il entreprit de faire de Kalkhu sa capitale, et il fit entreprendre des travaux de restauration. L'édifice abritait une statue en or rouge de la déesse[42]. On y a retrouvé un piédestal dédié au dieu Enlil, qui était également vénéré dans ce temple, aux côtés d'autres dieux (sans doute Shamash, peut-être aussi Assur).

Dans la zone centrale du tell, un autre édifice, le « Bâtiment central », datant du règne d'Assurnasirpal II, semble avoir également été un temple, même si on ne peut déterminer à quel dieu il a été attribué. Il n'a pas fait l'objet de fouilles importantes et n'est que très mal connu. Il a néanmoins livré des trouvailles remarquables : des taureaux ailés gardant ses portes et les bas-reliefs associés, et surtout l'« obélisque noir » de Salmanazar III (voir plus bas)[43].

Les ruines du temple de Nabû, après restauration par les autorités irakiennes.

Le deuxième grand temple de Nimrud était celui de Nabû (nommé l'Ezida, le « temple pur »), le dieu de la sagesse, particulièrement apprécié en Assyrie[44]. Il était localisé au sud-est du tell, près du Palais du gouverneur. C'est le sanctuaire le mieux connu par les fouilles, et il a fait l'objet de travaux de restauration. On y accédait depuis une porte située au nord-est, gardée par des statues en pierre (originellement recouvertes de feuilles d'or selon un texte exhumé dans le Fort Salmanazar), représentant des sages primordiaux appelés apkallu, des hommes à corps de poissons. De là on accédait aux deux cours principales du temple, disposés sur son côté est. La seconde (au sud) ouvrait sur son côté sud sur deux vestibules ouvrant sur les deux cellae jumelles dédiées à Nabû et à sa parèdre Tashmetu. La partie nord-ouest de l'édifice comprenait une cour secondaire ouvrant sur une sorte de salle du trône ainsi que deux pièces qui semblent être des répliques des deux cellae, qui ont dû servir lors de rituels majeurs, sans doute la fête akitu qui apparaît dans plusieurs tablettes relatives à ce sanctuaire et se conclut par un rituel de mariage sacré entre le couple divin. Plusieurs objets en ivoire ainsi que de nombreuses tablettes ont été mises au jour dans le temple de Nabû. Une des pièces jouxtant la grande cour sud était une véritable bibliothèque contenant environ 250 tablettes datées du VIIe siècle av. J.-C. et servant aux prêtres exorcistes (āšipu) du temple, en majorité des textes d'exorcismes ou de divination, mais aussi des listes lexicales et des hymnes caractéristiques de la culture des lettrés assyriens[45]. La « salle du trône » du nord-ouest a quant à elle livré plusieurs tablettes contenant des accords politiques (adê) entre Assarhaddon et des roitelets Mèdes (les dieux étant les garants de ce type de serment il était courant de conserver leurs versions écrites dans des sanctuaires)[46].

Fort Salmanazar[modifier | modifier le code]

À l'angle sud-est de la ville, sur le tell Tulul al-Azar, se trouvait un édifice palatial daté du règne de Salmanazar III. Il fut réaménagé plus tard par Assarhaddon, qui dans son inscription commémorant cette restauration qualifie l'édifice d'arsenal, ekal mašarti (littéralement « palais de la revue (militaire) ») et décrit brièvement sa finalité : « maintenir le campement (et) garder les chevaux, les mulets, les chars, l'équipement militaire, les instruments de guerre, et le butin fait sur l'ennemi ». En raison de sa fonction militaire, les fouilleurs du site l'ont appelé « Fort Salmanazar », mais il a également joué la fonction de palais royal. Des édifices militaires identiques ont également été identifiés à Dur-Sharrukin et Ninive, situés eux aussi sur une terrasse à l'écart de l'acropole de ces cités comprenant les palais et temples principaux.

L'arsenal de Kalkhu est celui qui est le mieux connu par les fouilles. Il est inclus dans une enceinte intérieure, dont il occupe l'angle sud-est. Le reste de l'espace compris dans l'enceinte est une vaste esplanade qui devait servir pour les mobilisations les plus importantes, précédant les campagnes militaires. Le palais en lui-même mesure 350 × 250 mètres environ (soit en gros 7,5 hectares). Sa partie nord est organisée autour de trois grandes cours (la plus vaste mesure 90 × 100 m), qui servaient sans doute pour les revues militaires (un podium servant pour le trône royal a été identifié dans l'une d'elles). La porte la mieux connue de l'édifice, située du côté ouest, était défendue par deux imposantes tours et son passage était voûté, mesurant 4 mètres de large et sans doute autant de haut. Les pièces voisines des grandes cours de parade étaient des ateliers servant pour fabriquer et réparer les armes et l'équipement militaire, des entrepôts servant à stocker ces mêmes objets ainsi que le tribut (ce qui explique que cet édifice ait été un important lieu de trouvaille d'objets en ivoire), ainsi que des bureaux du secteur administratif dirigé par l'intendant de l'édifice, qui dispose également de ses appartements. La partie sud de l'édifice, qui ouvre sur deux cours bordées par la muraille de la citadelle, est celle des appartements royaux. Elle comprend tout comme le palais royal principal une salle du trône rectangulaire (à l'est, dans le secteur public) qui comprenait sur un petit côté une estrade aux bords sculptés de bas-reliefs sur laquelle devait se trouver le trône royal, ainsi qu'un secteur privé constitué de plusieurs salles avec des petites cours intérieures (à l'ouest). Plusieurs pièces étaient décorées par des bas-reliefs sur pierre, des peintures et des briques à glaçure. Les archives de la maisonnée d'une reine assyrienne ont été mises au jour dans cette partie de l'édifice. Parmi les autres tablettes cunéiformes exhumées dans cet édifice se trouvent des listes de distribution pour l'entretien de dignitaires de la cour et de pays étrangers (« Nimrud Wine Lists ») ainsi que d'autres concernant des chevaux et d'autres unités de l'armée assyrienne (« Nimrud Horse Lists »)[47].

Les autres édifices fouillés[modifier | modifier le code]

Plusieurs autres édifices ont été fouillés sur le tell de Nimrud et dans la ville basse.

Le « Bâtiment de 1950 », du nom de son année de découverte, situé à l'est du Palais nord-ouest, a été partiellement dégagé, permettant l'identification de pièces de réception et de magasin, ainsi que des peintures murales, ce qui pourrait le faire ranger dans la catégorie des palais secondaires[48].

Plusieurs résidences appuyées sur l'enceinte intérieure ont été fouillées par Mallowan à l'extrémité nord-est du tell. Il y a mis au jour une cinquantaine de pièces et identifié six résidences organisées autour de cours intérieures, suivant un schéma courant dans les résidences aisées assyriennes. Il pourrait en fait n'y avoir eu que deux vastes résidences, au moins dans la dernière phase d'existence du site, sous Assurbanipal (VIIe siècle av. J.-C.). C'est en tout cas de cette époque que date le lot de tablettes privées d'un des occupants de ces résidences, Shamash-sharru-usur, un eunuque de la cour royale, documentant ses activités économiques (commerce, usure, gestion de terres)[49].

Dans la ville basse, deux édifices palatiaux ont été mis au jour dans les années 1950, à l'organisation interne classique : un qui date du règne d'Adad-nerari III et qui a notamment livré des peintures murales, et un autre apparemment construit sous le règne d'Assurbanipal ou après (donc dans la seconde moitié du VIIe siècle av. J.-C.[50]

Les découvertes artistiques[modifier | modifier le code]

Les fouilles des palais et temples de Nimrud ont livré de nombreux objets de qualité : de nombreux objets taillés dans l'ivoire ou la nacre, mais aussi de la vaisselle de luxe en métal[51], de la céramique fine destinée aux élites du royaume (« Palace Ware »), de la poterie peinte en matières vitreuses (glaçurée), des figurines en terre cuite, etc.[52]

Le site se distingue particulièrement par trois types de découvertes qui sont plus longuement présentées ici : les sculptures des palais royaux (surtout le Palais nord-ouest) et de quelques temples, en particulier les statues colossales gardiennes de portes et les bas-reliefs sur dalles de pierre (orthostates) ; les centaines d'objets en ivoire finement taillés provenant des vassaux occidentaux du royaume assyrien ; la découverte plus récente, mais pas moins marquante, de tombes de plusieurs reines assyriennes, ayant livré de nombreux objets en métaux précieux d'une qualité d'exécution remarquable.

Le décor des palais royaux et des temples[modifier | modifier le code]

Le décor des palais et des temples de Kalkhu édifiés sous le règne d'Assurnasirpal II marque un tournant dans l'histoire de l'art assyrien, avec l'apparition d'une statuaire monumentale et de longues séries de bas-reliefs sculptés sur des orthostates en pierre, caractéristiques de l'empire assyrien. Ces formes d'art sont inconnues pour les monuments assyriens antérieurs fouillés à Assur, et sont manifestement reprises des traditions des contrées occidentales qui ont été vaincues par Assurnasirpal II lors de ses campagnes en Syrie septentrionale et vers le littoral méditerranéen (et d'où il a dû déporter des sculpteurs). On a en effet exhumé de telles sculptures d'animaux hybrides, génies, divinités mais aussi humains sur des sites palatiaux et religieux datés des XIe ‑ IXe siècle av. J.-C. et relevant des sphères culturelles néo-hittite et araméenne (Karkemish, Zincirli, Arslantepe, Karatepe, Tell Halaf, Alep, etc.)[53]. Ces influences rejoignent les traditions artistiques d'Assyrie et de Babylonie, pour former un résultat original, le projet artistique et architectural ambitieux du monarque assyrien, visant à exprimer sa puissance et la recherche de la protection divine, offrant des moyens importants aux artisans des palais de Kalkhu.

Les entrées et les passages intérieurs les plus importants des palais et des temples de Kalkhu étaient gardés par des paires de statues colossales de génies protecteurs. Les plus courants sont de loin les créatures quadrupèdes ailées à têtes humaines, de plus de 3 mètres de hauteur pour les plus imposants, ayant dans certains cas le corps d'un lion, dans d'autres celui d'un taureau. Ils portent la tiare à cornes caractéristiques des divinités[54]. Ils représentent des esprits protecteurs, que les textes désignent sous les termes šēdu (sumérien dalad) et lamassu (sumérien dlamma). Dans le cas du temple d'Ishtar šarrat niphi, ce sont des statues (de plus de 2 mètres de haut) de lions, l'animal attribut de la déesse, qui gardent les portes[55]. Ces statues ont la particularité de représenter cinq pattes pour les animaux : de façon à ce qu'on en voie quatre quand on les observe de côté (l'animal est alors vu marchant), et deux quand on les observe de face (l'animal est alors vu en posture d'attente). Dans le temple de Nabû l'entrée est gardée par des statues de divinités de forme humaine, sans doute des génies associés au dieu principal[56].

Statues gardiennes des édifices de Nimrud.

L'importance de la présence de ces statues et de celles d'autres esprits protecteurs afin d'orner l'édifice et d'assurer sa défense magique (en le dotant de puluhtu, capacité à susciter la terreur aux forces malfaisantes) ressort bien dans un passage d'une inscription commémorant la construction du Palais central par Teglath-Phalasar III :

« Je plaçai à ses portes (du palais) des (statues) de lions colossaux, de šēdu (et) de lamassu, dont l'apparence est exécutée avec une grande habileté (et) qui sont splendidement vêtus, et je les ai érigé aux entrées pour l'émerveillement (de tous). Je posai des dalles de gypse (et) d'albâtre à leurs pieds et (ainsi) je fis resplendir leurs sorties. Et je plaçai des images de pierre, gardiens des grands dieux, créatures de l'apsû, autour des murs de soutènement (du palais) et les rendis (ainsi) « terrifiants ». »

— Inscription de Teglath-Phalasar III[57].

Bas-relief du Palais nord-ouest représentant le roi Assurnasirpal II et des dignitaires, surplombés par le disque solaire ailé symbolisant le dieu Assur ou Shamash. British Museum.

L'autre type de sculpture ornant les palais et les temples de Nimrud sont les bas-reliefs sur plaques d'albâtres gypseux, qualifiées d'« orthostates », et fixées sur les murs de nombreuses pièces de ces édifices. Courants dans l'art syro-anatolien (en particulier dans le domaine néo-hittite), ils ont été introduits en Assyrie sous Assurnasirpal II, dans le Palais nord-ouest. Cette formule artistique offre la possibilité de construire un programme décoratif complexe, introduisant en particulier les scènes narratives, même si cela est encore peu exploité dans le premier palais qui les emploie, qui représente à foison les figures apotropaïques que sont les génies ailés à tête d'homme ou de rapace, souvent associés à des arbres sacrés, intégrant parfois le souverain à la représentation.

Le programme de la salle du trône de l'édifice (ou salle B, dont la plupart des reliefs sont aujourd'hui au British Museum), de forme rectangulaire, a été bien étudié[58]. Ses entrées étaient gardées par des paires de statues de lions et taureaux androcéphales ailés, accompagnés de bas-reliefs de génies protecteurs ailés[59]. Le relief du petit côté est de la salle, surplombant le trône royal, représentait deux fois le roi suivi d'un génie protecteur, symétriquement de part et d'autre d'un arbre sacré[60]. Les deux côtés long de la salle disposaient de deux registres de bas-reliefs. Sur le mur sud, le mieux conservé, à proximité du trône, se trouvent des scènes représentant le souverain chassant des lions et des taureaux, symbolisant sa capacité à triompher des forces de la nature[61]. Les autres bas-reliefs représentent essentiellement des scènes de combat, illustration des victoires remportées par les troupes assyriennes dans la région du Moyen-Euphrate et en Syrie. Le panneau 17 représente ainsi sur le registre supérieur des soldats assyriens en train de nager en direction d'une cité ennemie assiégée, sans doute sur l'Euphrate (au pays de Suhu ?)[62] et le registre inférieur représente des prisonniers de guerre et le tribut[63]. Les porteurs de tribut figurent également sur des murs dans la partie ouest de la pièce. Ces scènes visent donc à donner l'image d'un royaume puissant et victorieux, et à signifier aux envoyés des pays étrangers venus rendre hommage au roi assyrien dans sa salle du trône ce qu'il en coûte de se révolter contre celui-ci.

Les sculptures des édifices assyriens sont constamment associées à des textes royaux. Les bas-reliefs et statues du Palais nord-ouest sont ainsi tous traversées par une copie de l'Inscription Standard. Il a même été tenté de faire correspondre le programme iconographique de la salle du trône avec le contenu de cette inscription, qui évoque pareillement la puissance du roi, son respect des divinités, ses conquêtes militaires[64]. Plus largement le développement de bas-reliefs narratifs relatant des campagnes militaires ou des chasses royales a été mis en parallèle avec l'essor de la littérature annalistique assyrienne mettant en avant les mêmes faits. Cela ressort plus nettement dans les bas-reliefs du Palais central de Teglath-Phalasar III, où les bas-reliefs représentant les triomphes militaires du souverain (en particulier la prise de la ville d'Astartu) sont disposés sur deux registres séparés par des inscriptions de type annalistique relatant également des victoires assyriennes (mais pas celles représentées)[65].

Bas-reliefs représentant des génies dans le Palais nord-ouest de Nimrud.
Bas-reliefs de la salle du trône du Palais nord-ouest de Nimrud : scènes de combat et butin. British Museum.
Bas-reliefs du Palais central de Nimrud. British Museum.

Les sculptures les mieux préservées des monuments de Nimrud ont été pour la plupart expédiées au British Museum où elles sont exposées actuellement. La majeure partie des bas-reliefs exhumés dans le Palais nord-ouest (environ 600 répertoriés) ont été enlevés du site depuis l'époque de leur découverte, et se trouvent actuellement dans des musées de plusieurs pays[66], en premier lieu le British Museum qui dispose des œuvres les plus remarquables. Mais il en restait beaucoup sur le site au moment de sa destruction par l’État islamique (en particulier dans la salle S dont la destruction est attestée par des vidéos[67]).

Les sculptures en pierre sont les réalisations artistiques ornant les édifices de Nimrud qui ont le mieux résisté aux épreuves du temps en raison de leur plus grande solidité. Les archéologues ont également mis au jour en plusieurs endroits les décorations murales qui complétaient ces sculptures, qui ne couvraient qu'une partie des murs de ces édifices. Il s'agit en premier lieu de peintures sur plâtre (essentiellement dans le Palais nord-ouest, le Fort Salmanazar, et le palais de la ville basse), représentant notamment des motifs géométriques et floraux, mais également en certains endroits des personnages et animaux[68]. Il s'agit également de briques émaillées, constituant un décor particulièrement apprécié dans l'ancienne Mésopotamie, dont un panneau remarquable qui faisait à l'origine environ 4 mètres de hauteur a été exhumé dans les appartement royaux du Fort Salmanazar, avec une double représentation du souverain Salmanazar III sous le disque solaire ailé, encadré par plusieurs frises formant une arche le surplombant, garnie de notamment de représentations florales et animales[69]. Enfin, comme cela est évoqué dans les inscriptions de fondation de ces édifices, ils disposaient également de portes, de charpente et de colonnes en bois de qualité amené depuis les montagnes de Syrie et du Liban (cèdre et cyprès notamment), ainsi que des éléments de décoration en métal (cuivre, bronze, fer, argent, or) qui ont également disparu le pillage de la cité.

Sans être pour autant des éléments intégrés dans le décor des palais et temples, plusieurs sculptures indépendantes ont été découvertes dans des édifices de Nimrud où elles avaient été placées et qui sont exposées au British Museum : une statue d'Assurnasirpal II (1,13 m de haut) trouvée dans le temple d'Ishtar šarrat niphi[70], une stèle représentant le même roi mise au jour dans le temple de Ninurta[71], une autre représentant Shamshi-Adad V exhumée dans le temple de Nabû[72], et enfin l'obélisque noir de Salmanazar III découverte dans le Bâtiment central, monolithe en calcaire noir de près de 2 mètres de hauteur portant sur ses quatre faces des inscriptions et des bas-reliefs décrivant plusieurs campagnes conduites par les troupes de ce souverain et le butin qui en a résulté, connue en particulier pour porter une représentation du roi Jéhu d'Israël prosterné devant le souverain assyrien[73].

Statues et stèles des temples de Nimrud. British Museum.

Les ivoires[modifier | modifier le code]

Les bâtiments de Nimrud ont livré plus de 5 000 fragments et objets en ivoire, collection largement plus importante que celles des autres sites contemporains de la période assyrienne. Les principaux lieux de trouvaille sont les puits du Palais nord-ouest, ainsi que les magasins de Fort Salmanazar. La plupart de ces objets sont issus des ateliers des régions occidentales, d'où ils ont été amenés à la suite de pillages ou de la perception de tributs. De ce fait, on distingue plusieurs styles en fonction de leur provenance géographique : un style phénicien caractérisé par sa forte inspiration égyptienne (« pharaons », sphinx, griffons, lions, vaches, personnages d'apparence « africaine ») ; un style « nord-syrien » similaire à celui des bas-reliefs des cités néo-hittites (personnages héroïques face à des plantes, sphinx et autres créatures hybrides, arbres stylisés, etc.) ; un style « intermédiaire » syrien est marqué par l'influence égyptienne. Quelques pièces présentent un style proprement assyrien (le roi, des dignitaires, une chasse royale) et ont été retrouvés à proximité des pièces de réception royale, ce qui semble indiquer qu'il s'agissait d’éléments du mobilier d'apparat du souverain (le trône ?). La majorité des pièces retrouvés sont en effet des fragments décorant des meubles, dont la structure (en bois) a disparu. Certains conservent encore des incrustations en pierre précieuse, comme celle représentant une lionne dévorant un Africain, de style phénicien, comportant encore une partie de ses incrustations en lapis-lazuli, cornaline, ainsi que des traces de feuilles d'or. Il ne s'agissait donc pas du travail isolé d'artisans spécialisés dans l'ivoire, mais de celui de plusieurs spécialistes, dont des ébénistes et des orfèvres. D'autres objets en ivoire avaient un usage cosmétique (boîtes à fard de type pyxide, palettes)[74]. On également été retrouvées des tablettes en ivoire, qui étaient à l'origine couvertes de cire pour pouvoir être inscrites[75].

Ivoires de Nimrud.

Les ivoires de Nimrud découverts lors des premières fouilles britanniques sont pour partie conservés et exposés au British Museum (qui a reçu et acquis une partie du fonds du BISI en 2011[76]). Ceux des fouilles suivant l'indépendance de l'Irak étaient conservés au Musée de Bagdad, où ils ont subi d'importantes dégradations lors du pillage de l'institution en 2003[77].

Les tombes des reines[modifier | modifier le code]

Entrée d'une des tombes des reines (photographie de 2008).

La zone privée du Palais nord-ouest a livré une des plus remarquables découvertes de l'archéologie de la Mésopotamie antique, en 1988-1989-1990 sous la conduite des équipes de fouilles irakiennes, dans la partie sud de l'édifice. Quatre chambres souterraines au plafond en forme de voûte en berceau précédées d'antichambres furent successivement mises au jour :

  • la tombe I, contenant dans un sarcophage en terre cuite la sépulture d'une femme morte dans sa cinquantaine, dont l'identité n'a pu être déterminée, ainsi qu'un autre cercueil d'une femme dans l'antichambre ;
  • la tombe II, dont le sarcophage contenait le corps de deux femmes, mais le trésor qui y a été retrouvé mentionne les noms de trois reines : le première assurément enterrée est Yaba épouse de Teglath-Phalasar III, la seconde est ou bien Banitu épouse de Salmanazar V, ou bien Ataliya épouse de Sargon II (si on suit la logique chronologique, ce serait plutôt la dernière qui aurait acquis ou obtenu par héritage les biens de la première) ;
  • la tombe III, contenant le sarcophage de Mullissu-mukannishat-Ninua, épouse d'Assurnasirpal II et mère de Salmanazar III, a manifestement fait l'objet d'un pillage, dans l'Antiquité (peut-être même peu après l'inhumation), par des voleurs qui ont ensuite remis sa dalle d'entrée en place et n'ont pas eu le temps de prendre tous les objets précieux, mais l'antichambre contenait trois cercueils en bronze plus tardifs (100 à 150 ans plus tard d'après les inscriptions figurant sur les objets découverts) avec les ossements de pas moins de 13 individus (un avec une femme, un fœtus et quatre enfants, un autre avec une femme et un enfant, un dernier avec trois hommes et deux femmes adultes), membres de la famille royale et/ou peut-être des eunuques ;
  • la tombe IV, la moins riche (ou pillée ?), avec un sarcophage sans occupant[78].

Si des tombes royales assyriennes avaient déjà été mises au jour à Assur (le seul lieu de sépulture connu de souverains assyriens, dont Assurnasirpal II en dépit de son activité à Kalkhu), aucune n'avait été découverte intacte, alors que les tombes de Nimrud, pour la plupart inviolées, ont livré une impressionnante quantité d'objets de luxe, ce qui est d'autant plus remarquable qu'elle contient les tombes d'épouses secondaires, à l'exception de Mullissu-mukannishat-Ninua. Mais sa tombe (la n°III) a été pillée. En revanche, le matériel livré par les tombes secondaires de son antichambre est très riche : une couronne en or, colliers en or incrusté de pierres précieuses, des boucles d'oreille, des bracelets ainsi que de la vaisselle dans le même métal, des colliers en agate, le tout d'une grande qualité d'exécution. La tombe II présente également un ensemble remarquable d'objets, parmi lesquels une autre couronne en or, un diadème en fil d'or, des chevillères et brassières en or, des ornements en or cousus à l'origine sur des vêtements (dont un ensemble de cinquante étoiles), de la vaisselle en or et en cristal de roche. La tombe I a aussi livré une grande quantité de bijoux : colliers en or et pierres précieuses, des boucles d'oreille, fibules et anneaux en or finement ciselés, de la vaisselle en bronze et en cuivre[79].

Les objets exhumés dans les tombes de Nimrud furent placés dans une pièce de la Banque centrale d'Irak en 1991 afin de les mettre en sécurité au moment de la Première guerre du Golfe, aux côtés d'autres pièces majeures du Musée de Bagdad comme certains des objets des tombes royales d'Ur. Ils n'en sont sortis qu'en 2003, à l'issue de la Seconde guerre du Golfe, échappant ainsi au pillage du musée[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On trouvera un récit de ces fouilles par leur auteur dans A. H. Layard (trad. Ph. Babo), Les ruines de Ninive, Paris, 1999.
  2. a, b et c Curtis 1997, p. 141-142 ; (en) J. Reade, « Nineteenth-Century Nimrud: Motivation, Orientation, Conservation », dans Curtis et al. (dir.) 2008, p. 1-21
  3. (en) H. McCall, « Max Mallowan at Nimrud », dans Curtis et al. (dir.) 2008, p. 65-72
  4. (en) C. Trümpler, « Agatha Christie and Archaeology », dans Curtis et al. (dir.) 2008, p. 73-80
  5. Curtis 1997, p. 142 ; (en) D. Oates, « The Excavations of the British School of Archaeology in Iraq », dans Curtis et al. (dir.) 2008, p. 31-38
  6. Ouvrages disponibles sur (en) « Cuneiform Texts from Nimrud » (consulté le 2 mai 2015)
  7. (en) M. Jabr, « The Work of the Iraq Department of Antiquities at Nimrud », dans Curtis et al. (dir.) 2008, p. 47 ; (en) R. al-Qaissi, « Restoration Work at Nimrud », dans Curtis et al. (dir.) 2008, p. 49-52
  8. Curtis 1997, p. 142-143
  9. (en) M. Mahmud Hussein, « Recent Excavations in Nimrud », dans Curtis et al. (dir.) 2008, p. 83-98
  10. (en) Roger Artwood, « In the North of Iraq: Mosul's Museum, Hatra, and Nimrud », sur Archaeology Online Features,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  11. a et b Curtis et al. (dir.) 2008, p. xvi-xvii ; « Ancient Assyrian Treasures Found Intact in Baghdad », National Geographic (consulté le 6 mars 2015)
  12. (en) Kristin Romey, « Why ISIS Hates Archaeology and Blew Up Ancient Iraqi Palace », sur National Geographic,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  13. « L'Etat islamique détruit au bulldozer les ruines de Nimroud », sur Libération,‎ (consulté le 5 mars 2015) ; « L'État islamique détruit au bulldozer les vestiges d'une cité assyrienne en Irak », sur Le Figaro.fr,‎ (consulté le 8 mai 2015) ; F. Évin, « L’Etat islamique met en scène la destruction de Nimroud », sur Le Monde.fr,‎ (consulté le 8 mai 2015).
  14. « La cité antique détruite par l'EI en Irak, un « crime de guerre » selon l'Unesco », sur Le Monde.fr,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  15. (en) Silvie Zamazalová, « Kalhu: from prehistoric settlement to royal capital », sur Nimrud: Materialities of Assyrian Knowledge Production, The Nimrud Project at Oracc.org,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  16. Oates et Oates 2001, p. 15-16
  17. (en) A. K. Grayson, The Royal inscriptions of Mesopotamia. Assyrian periods. Assyrian Rulers of the First Millennium B.C. (1114-859 B.C.), Toronto, 1991, p. 268-276. (en) Jonathan Taylor, « The Standard Inscription of Assurnasirpal II », sur Nimrud: Materialities of Assyrian Knowledge Production, The Nimrud Project at Oracc.org,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  18. (en) A. K. Grayson, The Royal inscriptions of Mesopotamia. Assyrian periods. Assyrian Rulers of the First Millennium B.C. (1114-859 B.C.), Toronto, 1991, p. 288-293
  19. S. Lackenbacher, Le palais sans rival : Le récit de construction en Assyrie, Paris, 1990
  20. Oates et Oates 2001, p. 16
  21. Oates et Oates 2001, p. 16-17
  22. Oates et Oates 2001, p. 20. Inscription sur une tablette provenant de Nimrud : RINAP1 : Tiglath-pileser III 47 (r17'-r35'), en ligne sur http://oracc.museum.upenn.edu/rinap/rinap1/Q003460/html
  23. Oates et Oates 2001, p. 21
  24. Oates et Oates 2001, p. 23-24
  25. Oates et Oates 2001, p. 25
  26. Oates et Oates 2001, p. 100-104 ; Curtis et al. (dir.) 2008, p. 99-102
  27. Oates et Oates 2001, p. 257-258
  28. Oates et Oates 2001, p. 258-268
  29. Oates et Oates 2001, p. 27
  30. (en) Mikko Luukko, « The archive from Kalhu: the "Nimrud Letters" », sur Assyrian empire builders, University College London,‎ (consulté le 26 avril 2015)
  31. Oates et Oates 2001, p. 36-68. (en) Eleanor Robson, « Assurnasirpal's Northwest Palace », sur Nimrud: Materialities of Assyrian Knowledge Production, The Nimrud Project at Oracc.org,‎ (consulté le 26 avril 2015). (en) Klaudia Englund, « Nimrud NW Palace », sur CDLI,‎ (consulté le 27 avril 2015) (plan interactif, liste de bas-reliefs et tablettes découverts dans le palais).
  32. Oates et Oates 2001, p. 70
  33. Oates et Oates 2001, p. 73-77
  34. Oates et Oates 2001, p. 124-129
  35. Oates et Oates 2001, p. 130-132
  36. Oates et Oates 2001, p. 132-135. (en) Silvie Zamazalová, « The Governor's Palace », sur Nimrud: Materialities of Assyrian Knowledge Production, The Nimrud Project at Oracc.org,‎ (consulté le 26 avril 2015)
  37. (en) Silvie Zamazalová, « The ziggurat and its temples », sur Nimrud: Materialities of Assyrian Knowledge Production, The Nimrud Project at Oracc.org,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  38. (en) Eleanor Robson, « Ninurta, god of victory », sur Nimrud: Materialities of Assyrian Knowledge Production, The Nimrud Project at Oracc.org,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  39. Oates et Oates 2001, p. 107-110
  40. Oates et Oates 2001, p. 105-107
  41. Oates et Oates 2001, p. 107
  42. Oates et Oates 2001, p. 109
  43. Oates et Oates 2001, p. 71-73
  44. (en) Eleanor Robson, « Nabu, god of wisdom », sur Nimrud: Materialities of Assyrian Knowledge Production, The Nimrud Project at Oracc.org,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  45. (en) Eleanor Robson, « Scholarly works », sur Nimrud: Materialities of Assyrian Knowledge Production, The Nimrud Project at Oracc.org,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  46. Oates et Oates 2001, p. 111-123
  47. Oates et Oates 2001, p. 144-194. (en) Silvie Zamazalová, « Fort Shalmaneser, the royal arsenal », sur Nimrud: Materialities of Assyrian Knowledge Production, The Nimrud Project at Oracc.org,‎ (consulté le 26 avril 2015)
  48. Oates et Oates 2001, p. 144-194
  49. Oates et Oates 2001, p. 135-139
  50. Oates et Oates 2001, p. 140-143
  51. http://www.britishmuseum.org/research/research_projects/all_current_projects/the_nimrud_bowls.aspx
  52. Oates et Oates 2001, p. 232-258 pour une présentation détaillée de ces découvertes
  53. (en) I. Winter, « Art as Evidence for Interaction: Relations between the Neo-Assyrian Empire and North Syria as seen from the Monuments », dans H.-J. Nissen et J. Renger (dir.), Mesopotamien und seine Nachbarn—XXVe Recontre Assyriologique Internationale (Berlin, 2–7 July 1978), Berlin, 1982, p. 355–382
  54. (en) « Colossal statue of a winged lion from the North-West Palace of Ashurnasirpal II (Room B) », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015) et (en) « Colossal statue of a winged human-headed bull from the North-West Palace of Ashurnasirpal II », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015)
  55. (en) « Colossal statue of a lion », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015)
  56. (en) « Stone figure of an attendant god », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015)
  57. Traduit à partir de RINAP1 : Tiglath-pileser III 47 (r29'b-r31'), en ligne sur http://oracc.museum.upenn.edu/rinap/rinap1/Q003460/html
  58. Oates et Oates 2001, p. 48-53. Localisation des bas-reliefs et liens vers leurs copies sur (en) « Room B », sur CDLI (consulté le 30 avril 2015)
  59. (en) « Stone panel from the North-West Palace of Ashurnasirpal II (Room B, no. 30) - A protective spirit », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015)
  60. (en) « Stone relief from the throne room of Ashurnasirpal II », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015)
  61. (en) « Stone panel from the North-West Palace of Ashurnasirpal II (Room B, Panel 20) - The king hunting bulls », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015) ; (en) « Stone panel from the North-West Palace of Ashurnasirpal II (Room B, Panel 19) - A lion leaping at the King's chariot », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015)
  62. (en) « Stone panel from the North-West Palace of Ashurnasirpal II (Room B, panel 17 top) - The escape of enemies across a river », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015)
  63. (en) « Stone panel from the North-West Palace of Ashurnasirpal II (Room B, panel 17 bottom) - The review of prisoners and captured goods », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015)
  64. (en) I. Winter, « Royal Rhetoric and the Development of Historical Narrative in Neo-Assyrian Reliefs », dans Studies in Visual Communication 7, 1981, p. 2–38, et (en) Ead., « The Program of the Throneroom of Assurnasirpal II », dans P. O. Harper et H. Pittman (dir.), Essays on Near Eastern Art and Archaeology in Honorof Charles Kyrle Wilkinson, New York, 1983, p. 15-31, qui sont plus largement des articles essentiels sur l'art narratif assyrien sur bas-reliefs et ses liens avec l'écrit. Voir les remarques de (en) M. Roaf, « The Décor of the Throne Room of the Palace of Ashurnasirpal », dans Curtis et al. (dir.) 2008, p. 209-213.
  65. (en) « Stone panel from the Central Palace of Tiglath-pileser III », sur British Museum (consulté le 13 mai 2015)
  66. (en) « NW palace of Nimrud - Panel Lists », sur CDLI (consulté le 29 avril 2015) : liste des panneaux répertoriés par lieu de conservation. Et plus largement (en) Ruth A. Horry, « Museums worldwide holding material from Nimrud », sur Nimrud: Materialities of Assyrian Knowledge Production, The Nimrud Project at Oracc.org,‎ (consulté le 30 avril 2015) : liste des musées conservant des objets provenant de Nimrud.
  67. (en) « Room S », sur CDLI (consulté le 29 avril 2015)
  68. (en) P. Albenda, Ornamental Wall Painting in the Art of the Assyrian Empire, Leyde et Boston, 2005, p. 10-20 et 29-30
  69. Oates et Oates 2001, p. 182-185
  70. (en) « Statue of Ashurnasirpal II », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015)
  71. (en) « Stela of Ashurnasirpal II », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015)
  72. (en) « Stela of Shamshi-Adad V », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015)
  73. (en) « The Black Obelisk of Shalmaneser III », sur British Museum (consulté le 30 avril 2015). (en) Jonathan Taylor, « The Black Obelisk of Shalmaneser III », sur Nimrud: Materialities of Assyrian Knowledge Production, The Nimrud Project at Oracc.org,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  74. Oates et Oates 2001, p. 226-232 ; (en) G. Hermann, « The Ivories from Nimrud », dans Curtis et al. (dir.) 2008, p. 225-232. Publications des ivoires dans la collection Ivories from Nimrud, en accès libre sur le site du BISI : « Ivories from Nimrud » (consulté le 3 mai 2015).
  75. (en) D. J. Wiseman, « Assyrian writing-boards », dans Iraq 17, 1955, p. 3-13
  76. (en) « Generous donations allow the British Museum to acquire historic ivories from ancient Assyria », sur British Museum (consulté le 3 mai 2015)
  77. Curtis et al. (dir.) 2008, p. xvi
  78. Oates et Oates 2001, p. 79-89 ; (en) M. Damerji, « An introduction to the Nimrud tombs », dans Curtis et al. (dir.) 2008, p. 81-82
  79. (en) D. Collon, « Nimrud Treasures: Panel Discussion », dans Curtis et al. (dir.) 2008, p. 105-118 commente les pièces les plus remarquables. Les planches couleur du même ouvrage présentent des photographies de ces mêmes objets. Voir plus largement les différentes contributions des p. 103-180 sur les tombes et leurs trésors.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Introductions[modifier | modifier le code]

  • (en) John Curtis, « Nimrud », dans Eric M. Meyers (dir.), Oxford Encyclopaedia of Archaeology in the Ancient Near East, vol. 4, Oxford et New York, Oxford University Press,‎ , p. 141-144
  • Laura Battini et Pierre Villard, « Kalhu », dans F. Joannès (dir.), Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, Paris,‎ , p. 437-440

Synthèses sur Kalkhu/Nimrud[modifier | modifier le code]

  • (en) Joan Oates et David Oates, Nimrud : an Assyrian imperial city revealed, Londres, British School of archaeology in Iraq,‎ (ISBN 0-9034-7225-2, lire en ligne)
  • (en) John E. Curtis, Henrietta McCall, Dominique Collon et Lamia al-Gailani Werr (dir.), New Light on Nimrud : proceedings of the Nimrud Conference 11th-13th March 2002, London, British Museum, Londres, British School of archaeology in Iraq et British Museum,‎ (ISBN 978-0-903472-24-1, lire en ligne)
  • (en) Julian E. Reade, « The Ziggurrat and Temples of Nimrud », Iraq, vol. 64,‎ , p. 135-216

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :