Kakoutsa Tcholokhachvili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kakoutsa Tcholokhachvili (ქაქუცა ჩოლოყაშვილი)
Kakoutsa Tcholokhachvili

Surnom Kaïkhosro
Naissance 14 juillet 1888
Matani, Empire russe)
Décès 27 juin 1930 (à 41 ans)
Passy (Haute-Savoie), France
Origine Géorgien
Allégeance Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Flag of Georgia (1918–1921).svg RD de Géorgie
Arme Cavalerie
Grade Colonel
Années de service 1909-1921
Commandement escadrons russes et géorgiens
Conflits Seconde Guerre mondiale
Géorgie avec Arménie, Russie blanche et Empire ottoman
Faits d'armes bataille de Sarikamish (front du Caucase)
Distinctions Épée d’or pour bravoure (1916)[1]
Hommages héros national géorgien (Panthéon de Mtatsminda)
Autres fonctions chef de guérilla antisoviétique (Soulèvement géorgien d'août 1924)
Famille Nino Meghvinetukhutsesi

Kakoutsa Tcholokhachvili (ქაქუცა ჩოლოყაშვილი dit ქაიხოსრო en géorgien), né le 14 juillet 1888 et mort le 27 juin 1930, était un officier de l’armée impériale russe, de l'armée géorgienne et un commandant de mouvement de guérilla antisoviétique : il est considéré comme un héros national en Géorgie[2].

Né dans une famille noble, il rejoint l'armée russe pendant la Première Guerre mondiale et obtient différentes décorations. Après le retour à l’indépendance de son pays, en 1918, il sert dans les rangs de l’armée la République démocratique de Géorgie. Devant l’invasion du territoire géorgien par les armées de la Russie soviétique, en 1921, il prend le maquis avec un groupe de partisans dans les montagnes dominant la Kakhétie et mène une campagne de guérilla contre les autorités soviétiques. En août 1924, le soulèvement national échoue, et il parvient avec une poignée de fidèles à gagner la Turquie, puis la France. Il meurt de tuberculose, en 1930, et est inhumé au Carré géorgien du cimetière de Leuville-sur-Orge ; sa sépulture est transférée, en 2005, au Panthéon de Mtatsminda, à Tbilissi, lors de funérailles nationales[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Les années de l’Empire russe[modifier | modifier le code]

Kakoutsa Tcholokhachvili naît dans la famille du Prince Ioseb Tcholokhachvili, à Matani, dans la province orientale de Kakhétie. Il fréquente le lycée de la noblesse à Tiflis. En 1909, il est enrôlé dans l'armée russe et sert dans le 16e régiment de dragons de Tver. En 1912, il reçoit le grade de Lieutenant-colonel[4].

Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, en 1914, il est rappelé dans le service actif et est affecté à un escadron de cavalerie sur le front austro-hongrois. Blessé, il est transféré dans le Caucase et y rejoint ensuite le front. En décembre, il se distingue à la bataille de Sarikamish à la tête d’un escadron de cavalerie, sous les ordres du général Vassili Gabachvili, et prend une fortification stratégique appelée Le Nid d’Aigle malgré une défense acharnée des troupes ottomanes : il y est grièvement blessé et suit un traitement à l’hôpital Sainte-Nino de Tiflis.

De 1915 à 1917, il retrouve un escadron géorgien de cavalerie, sous les ordres du général Baratov, et participe à la campagne de Perse, en coordination avec les troupes de la Triple-Entente[4],[5].

Les années de la République démocratique de Géorgie[modifier | modifier le code]

Il s’implique dans le mouvement national pour l’indépendance, en proximité du Parti national-démocrate, et à partir de mai 1918 participe à l’organisation d’unités de cavalerie tant dans la Garde nationale que dans l’armée régulière. Il combat sur différents fronts, devant les menaces extérieures, arméniennes (décembre 1918-janvier 1919, conflit de frontières), russes blanches (février-octobre 1919, Sotchi) et ottomanes (février-mars 1920, Batoumi), ou intérieures (novembre et décembre 1919, insurrection pro-bolchévique, Gori).

Les relations difficiles entre le 3e gouvernement de la République démocratique de Géorgie (homogène social-démocrate, parfois enclin à sous-évaluer la menace soviétique et à privilégier la Garde nationale vis-à-vis de l’armée régulière) et les cadres supérieurs de cette dernière (formés pour la plupart dans les écoles militaires de l’armée impériale russe) le font quitter les rangs militaires, comme un certain nombre de ses collègues[4].

En mars 1921, après l’invasion de la Géorgie par les armées de la Russie soviétique et l’exil à l’étranger des autorités politiques, il décide de rester dans son pays et d’organiser clandestinement la résistance[4].

Les années de résistance à l’occupation soviétique[modifier | modifier le code]

Il rejoint la Kakhétie et rassemble des partisans, appelés les Conjurés (შეფიცულთა რაზმი, Shepitsoula Razmi), en vue d’actions militaires contre l’Armée rouge. En février 1922, il est arrêté par la police politique soviétique, la Tchéka, mais réussit à s’échapper grâce à des complicités. Il gagne les montagnes dominant la région, en particulier les gorges de Pankissi, pour y établir une base de repli et continue ses attaques militaires. Devant l’intervention de l’artillerie et des avions soviétiques, le groupe prend le chemin de la Tchétchénie jusqu’en 1924[6],[7],[8].

Le 29 août, il attaque les forces de l’Armée rouge stationnées à Manglissi aux approches sud-ouest de Tiflis[9] et ne parvient pas à prendre le contrôle de la ville : il trouve des fortifications sur toutes les positions stratégiques autour de la capitale car les troupes soviétiques ont appris le projet d'insurrection par la police secrète et joué du manque de coordination des insurgés (les provinces de l'Est sont passées à l'action un jour plus tôt). Kakoutsa Tcholokhachvili replie ses cavaliers vers le Nord et prend par surprise la ville de Doucheti. Mais l'échec du Soulèvement est patent[10].Il manque à plusieurs reprises d’être arrêté. En septembre 1924, avec une poignée de fidèles, il traverse clandestinement la Géorgie du Nord au Sud et part pour l'exil via la Turquie.

Sa femme et sa fille sont emprisonnées. Son beau-père est exécuté. Son frère avait été tué au combat[6].

Les années d’exil[modifier | modifier le code]

Guiorgui Kvinitadzé et Kakoutsa Tcholokhachvili.

Contrairement à certains officiers supérieurs géorgiens qui avaient gagné la Pologne en 1922 et s’étaient intégrés à l’armée polonaise grâce au soutien du général Józef Piłsudski, Kakoutsa Tcholokhachvili prend le chemin de la France, où il retrouve l’un de ses commandants en chef, le général Guiorgui Kvinitadzé.

Peu enclin à soutenir les dirigeants géorgiens sociaux-démocrates réfugiés à Leuville-sur-Orge, il se joint aux critiques des leaders nationaux-démocrates géorgiens [5] sur l’action du 3e gouvernement de la République démocratique de Géorgie, en situation et en exil[6]. Une désinformation qui aurait été lancée par des agents secrets soviétiques infiltrés dans l’émigration géorgienne, désinformation vraie ou fausse, lui attribue en 1927 le projet d’assassiner les deux chefs de gouvernement successifs de cette république, Noé Ramichvili et Noé Jordania : la police française l’arrête mais il est relâché faute de charges.

Il meurt de tuberculose, en 1930[6], au sanatorium de Plaz-Coutant, à Passy (Haute-Savoie)[11],[6] est d’abord inhumé au cimetière de Saint-Ouen[12], puis transféré à celui de Leuville-sur-Orge[13],[14]

Héritage[modifier | modifier le code]

Pierre tombale de Kakoutsa Tcholokhachvili à Tbilissi
Billet de banque de 200 laris sur lequel figure le portrait de Kakoutsa Tcholokhachvili

Des années 1920 aux années 1970, le nom de Tcholokhachvili a été expurgé de l’histoire géorgienne, comme d’ailleurs ceux des autres personnalités de la République démocratique de Géorgie. Avec la montée du mouvement national pour l’indépendance des années 1980, il est apparu comme l’un des symboles du patriotisme et de la résistance à l’occupation soviétique.

En 1990, Alexandre Sulkhanichvili, l’un de ses compagnons émigré, est arrivé à Tbilissi, rendre le drapeau de Kakoutsa Tcholokhachvili à une Géorgie en passe de redevenir indépendante.

En 2005, le 21 novembre, sa dépouille est portée au Panthéon de Mtatsminda[2], lors de funérailles d’État, devant plusieurs milliers de personnes[15].

En 2007, son effigie figure sur un billet de banque de 200 laris[16]. Kakoutsa Tcholokhachvili est aujourd’hui entré dans le cénacle des héros nationaux géorgiens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « Челокаев Кайхосро Иосифович [Chelokayev, Kaikhosro Iosifovich] », sur Георгиевские кавалеры Великой войны 1914–1918 [Recipients of St. George's Order of the Great War 1914–1918], Federal Archival Agency (Russia) (consulté le 31 janvier 2015)
  2. a et b (en) Malkhaz Toria, The Making of Modern Georgia, 1918–2012: The First Georgian Republic and Its Successors, Routledge, (ISBN 1317815939), « The Soviet occupation of Georgia in 1921 and the Russian-Georgian war of August 2008: historical analogy as a memory project », p. 329
  3. Mirian Méloua : « Géorgie et France. Kakoutsa Tcholokhachvili (1888-1930), héros national géorgien » Site Colisée consulté le 3 novembre 2015
  4. a b c et d (en) Dimitri Silakadze, საქართველოს ისტორიის ინსტიტუტი: შრომები, № 5 [Proceedings of the Institute of History of Georgia, No. 5], Tbilisi, Meridiani,‎ , 293-306 p., « უცნობი ფურცელი ქაიხოსრო (ქაქუცა) ჩოლოყაშვილის სამხედრო მოღვაწეობიდან [Unknown paper from the military activity of Kaikhosro (Kakutsa) Cholokashvili] »
  5. a et b Levan Z. Urushadze, « ქაიხოსრო (ქაქუცა) ჩოლოყაშვილის ბიოგრაფიისათვის », Amirani, vol. 14,‎ , p. 151–160 (ISSN 1512-0449, lire en ligne)
  6. a b c d et e (en) Donald Rayfield, Edge of Empires: A History of Georgia, London, Reaktion Books, , 343–347 p. (ISBN 1780230303)
  7. (en) Documents on British Foreign Policy, 1919-1939, Her Majesty's Stationery Office, , p. 148
  8. I. Ia. Trifonov, « The Smashing of the Menshevik-Kulak Revolt in Georgia in 1924 », Soviet Studies in History, vol. 16, no 2,‎ , p. 11
  9. (en) Ronald Grigor Suny, The Making of the Georgian Nation, Indiana University Press, (ISBN 978-0-253-20915-3), p. 223
  10. Solomon Zaldastanichvili : "Les raisons principales de l'échec de l'insurrection d'août 1924" Site Samchoblo consulté le 3 novembre 2015
  11. « Kakoutsa Tcholokachvili (1888–1930) », Prométhée, vol. 4–6,‎ , p. 2–5
  12. « L'inauguration du tombeau de K. Tcholokachvili », Prométhée, vol. 7–8,‎ , p. 31
  13. [Alexandre Badourachvili (1903-192), Gabeau Berbitchavili (1881-1949), Rapho Eristavi (X-1977), Alexandre Kargaréthéli (1899-1983), Michel Lachkarachvili (1884-1952) et David Révasichvili (1887-1956), compagnons ‘’conjurés’’ de Kakoutsa Tcholokhachvili, parvenus eux aussi à fuir la répression, reposent au Carré géorgien du cimetière de Leuville-sur-Orge
  14. Luc Méloua : "Les tombes géorgiennes du cimetière de Leuville-sur-Orge Site Samchoblo consulté le 4 novembre 2015
  15. Mirian Méloua: « Point de vue sur le rapatriement du héros national Kakoutsa Tcholokhachvili » Site CentreEurope consulté le 3 novembre 2015
  16. « Georgia Issues Banknotes with Sokhumi Images », Civil Georgia,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]