Kako Nubukpo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kako Nubukpo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
LoméVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Kako Nubukpo est un homme politique et macroéconomiste togolais, né à Lomé le . Il a été ministre de la Prospective et de l’évaluation des politiques publiques du Togo sous la présidence Faure Gnassingbé de 2013 à 2015. Depuis 2019, il est doyen de la faculté des sciences économiques et de gestion de l’Université de Lomé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Lomé le [1], Kako Nubukpo est formé à Strasbourg. Titulaire d'un doctorat en sciences économiques de l'université Lumière-Lyon-II, il est agrégé d'économie et spécialiste de l'économie du coton. Il enseigne à l'EM Lyon Business School de 1997 à 1999[2]. Entre 2000 et 2003, il travaille à la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest à Dakar[2]. Il rejoint ensuite le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement à Montpellier[2].

En 2013, Kako Nubukpo entre dans le gouvernement togolais sous la présidence Faure Gnassingbé comme ministre chargé de la Prospective et de l’Évaluation des politiques publiques. En 2015, il sème la discorde en critiquant ouvertement la Banque Centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO). Dans un mémo interne de la banque centrale, un chef de service a exprimé le souhait que Kako Nubukpo soit rappelé à l'ordre par les autorités politiques de son pays « pour éviter à l’avenir qu’il continue de formuler des critiques qui n’ont aucun lien avec les objectifs poursuivis lors des colloques au cours desquels il intervient »[3]. En , lors de la formation d'un nouveau gouvernement togolais par le président Gnassingbé, Kako Nubukpo n'est pas reconduit à son poste de ministre[4].

En , il est nommé directeur de la Francophonie économique et numérique au sein de l'Organisation internationale de la Francophonie, organisation qu'il quitte le 28 Mars 2018[5] après avoir été suspendu de la francophonie début décembre 2017[6] pour avoir manqué à son « devoir de réserve ».

Les 16 et , Nubukpo organise les « États généraux du franc CFA » à Bamako au Mali. Son objectif est de trouver une nouvelle monnaie capable de remplacer l'ancienne devise coloniale[7].

Depuis 2018, il travaille au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD)[8] et occupe depuis avril 2019 le poste de Doyen de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion (FASEG) de l'Université de Lomé[9].

En 2020, D'après l'hebdomadaire Jeune Afrique, Kako Nubukpo se rendra devant le Sénat français. Selon les précisions de ce média, ce déplacement de l’ancien ministre togolais s’inscrit dans le cadre d’une mission dirigée par Nathalie Goulet.

L’ECO au menu des échanges Au menu des discussions qui seront menées avec les membres de la Commission des Finances du Sénat français, figure en bonne place le passage du franc CFA à l’Eco. Plusieurs aspects de la nouvelle monnaie qui sera utilisée au cours des prochaines années seront abordés. Entre autres, on peut évoquer la rémunération des réserves de change, la nature de la garantie française.[10].

Positions[modifier | modifier le code]

Il défend avec ferveur l'abandon du franc CFA pour les États d'Afrique de l'Ouest[11],[12]. À ce titre, il dirige l'ouvrage collectif Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. Il prend également position en faveur d'un changement de politique monétaire de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), arguant que les pays pourraient davantage puiser dans les réserves de leurs banques centrales[3].

Il soutient en 2018 le collectif européen Pacte Finance Climat destiné à promouvoir un traité européen en faveur d'un financement pérenne de la transition énergétique et environnementale pour lutter contre le réchauffement climatique[13],[14].

Début avril 2020, alors que la pandémie de coronavirus COVID-19 atteint l'Afrique, il invite les pays africains à voir cette crise comme une opportunité de réorienter leur économie vers un modèle plus « équitable et durable » (accroissement des services de première nécessité, circuits courts, résilience...)[15].

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'insécurité alimentaire en Afrique subsaharienne : le rôle des incertitudes, Paris, Éditions L'Harmattan, 2000, 212 p..
  • L'Improvisation économique en Afrique de l'Ouest, du coton au franc CFA, éditions Karthala, 2011.
  • Kako Nubupko (dir.), Martial Ze Belinga, Bruno Tinel, Demba Moussa Dembele, Sortir l'Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?, Paris, La Dispute, 2016, 243 p., (ISBN 978-2-84303-280-6).
  • Pour une Francophonie de l’action : une vision, un projet programmatique avec Caroline Roussy, in Martine Boudet (dir), Les langues-cultures moteurs de démocratie et de développement, Paris, Le Croquant, 2019.
  • L’Urgence africaine, éditions Odile Jacob, 2019.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Kako NUBUKPO », sur africultures.com (consulté le 14 décembre 2016)
  2. a b et c « Directeur de la francophonie économique et numérique au sein de l’OIF », sur Géopolitique africaine (consulté le 14 décembre 2016)
  3. a et b Edmond D'Almeida, « Franc CFA : un ministre togolais sur la sellette », sur Jeuneafrique.com, .
  4. Messanh L, Lomé, « Togo: analyse du premier gouvernement de Faure II », sur Financialafrik.com, .
  5. « Le Togolais Kako Nubukpo a-t-il été limogé de l'OIF pour ses positions contre le franc CFA ? », sur La Tribune (consulté le 13 février 2020)
  6. « Francophonie (OIF) : Kako Nubukpo suspendu après avoir critiqué le Fcfa », sur La Nouvelle Tribune, (consulté le 13 février 2020)
  7. « Franc CFA : les modalités pour une sortie bientôt étudiées à Bamako », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 30 avril 2019).
  8. « Togo : après son départ de l’OIF, Kako Nubukpo rebondit – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2018)
  9. « Kako Nubukpo le nouveau doyen de la FASEG », sur Elite d'Afrique, (consulté le 13 février 2020)
  10. « Réforme du franc CFA : Kako Nubukpo devant le Sénat français », sur Jeune Afrique, (consulté le 13 avril 2020)
  11. « Kako Nubukpo : « L’impératif de diversification est urgent » », sur Jeune Afrique (consulté le 14 décembre 2016)
  12. « Le grand invité de l’Économie – Kako Nubukpo : « Le franc CFA est la monnaie des élites » », sur Jeune Afrique (consulté le 14 décembre 2016)
  13. Climat 2020, « Kako Nubukpo », (consulté le 8 juillet 2018)
  14. « Pacte Finance Climat | Appel pour un Pacte Finance-Climat », sur climat-2020.eu (consulté le 8 juillet 2018)
  15. « « Après le coronavirus, une autre Afrique est possible et ce n’est pas une utopie » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]