Kaitaia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kaitaia
Kaitaia
Rue principale de Kaiatia dans la région du northland en 2007
Administration
Pays Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Île Île du Nord
Région Northland
Autorité territoriale District du Far North
Démographie
Population 4 887 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 35° 06′ 45″ sud, 173° 15′ 46″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Zélande
City locator 14.svg
Kaitaia
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande
Voir sur la carte topographique de Nouvelle-Zélande
City locator 14.svg
Kaitaia

Kaitaia est une ville de la région du Northland, située dans le nord de l'Île du Nord de la Nouvelle-Zélande.

Situation[modifier | modifier le code]

Elle est localisée à la base de la Péninsule d'Aupouri, à 160 km au nord-ouest de la ville de Whangarei.

C’est le dernier village notable situé sur le trajet de la route State Highway 1/S H 1 (en).

La baie d’Ahipara,qui est située à 5 km à l’ouest, forme l'extrémité sud de la plage des quatre-vingt-dix Mile,

Population[modifier | modifier le code]

La population est de 4 887 habitants selon le recensement de , ce qui en fait la deuxième plus grande ville du District du Far North après la ville de Kerikeri (en).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de ‘ Kaitaia’ signifie beaucoup de nourritures, kai étant en langue Māori un mot pour aliment [1].

Le Muriwhenua (en) est un groupe de six iwi du peuple Māori du nord, occupant la partie la plus au nord de l’Île du nord, entourant le secteur de Kaitaia.

Climat[modifier | modifier le code]

Le secteur de Kaitaia a un Climat subtropical humide selon le système du Trewartha climate classification (en) ou un Climat océanique selon le système de la Classification de Köppen.

Histoire et culture[modifier | modifier le code]

Colonisation européenne[modifier | modifier le code]

La station de la mission de ‘Kaitaia’ fut établie entre les années et après une série de visites de la part des représentants de la ‘Church Missionary Society (CMS)’ comprenant en particulier ‘Samuel Marsden, et à différents moments : Joseph Matthews et William Gilbert Puckey (en) [2]. Puckey et Matthews avaient épousé deux sœurs,respectivement: Matilda et Mary Ann Davis, (les filles de Richard Davis, un missionnaire volontaire de Waimate). Ils formèrent un groupe étroitement lié, vivant initialement ensemble dans une hutte en bois, puis une maison qu’ils construisirent à cet endroit là. Comme Puckey et les sœurs parlaient couramment le Maori, (Puckey étant arrivé en Nouvelle-Zélande en avec son père, William Puckey, et la famille Davis en ), ils aidèrent Joseph à acquérir la langue.

Les deux familles grandirent et s'unirent ensemble, formant la base de la première colonie des Pakeha.

A un moment, la ‘Church Missionary Society’ décida que ‘Puckey’ ou ‘Matthews’ devait se déplacer vers une autre localisation vers le sud pour faciliter la diffusion du verbe mais le chef Nōpera Panakareao (en) écrivit une lettre de cœur au comité de la CMS, plaidant pour ne pas laisser partir un des deux ‘chandeliers'. Et en, environ 500 Maoris étaient présents au service religieux de la ‘CMS ‘ [3].

En , les arguments habituels développés entre un chef et sa tribu furent modifiés par l’ impact des missionnaires, ce qui signifia que l’ancien mode de règlement d’un litige était dépassé [4].

Richard Matthews, le frère du Rev. Joseph Matthews, qui avait été missionnaire sur le second voyage du HMS Beagle avec Charles Darwin [5] , [6]. , arriva à son tour dans la Baie des Îles en et pendant un temps, rejoignit son frère au niveau de la ville de Kaitaia.Richard Matthews servit la CMS comme catéchiste volontaire à Kaitaia.

En , il se maria avec ‘Johanna Blomfield’, la sœur de Mrs ‘Martha Blomfield Clarke’, dont le mari : George était missionnaire de la CMS au niveau de la mission de Te Waimate mission (en).

En , Richard et Johanna Matthews aidèrent à monter la station de la mission au niveau de Whanganui [7].

Marae[modifier | modifier le code]

La ville de Kaitaia a 4 maraes de l’iwi des Ngāti Kahu (en).

Le chemin de fer[modifier | modifier le code]

Il y avait des plans pour étendre l' embranchement d'Okaihau (en) du chemin de fer en direction de la ville de ‘Kaitaia’ et la construction fut débutée en , mais alors que la ligne était pratiquement complète en direction de Rangiahua (en), une revue de dossier en détermina que la ligne ne pourrait pas être viable et la construction fut abandonnée.

La ligne se termina donc au niveau de la ville d'Okaihau jusqu’à ce qu’elle soit fermée le .

Désormais la NZR D class D221 (en), une locomotive à vapeur de type Locomotive-tender, est en présentation statique au niveau du Parc du Centenaire depuis [10].

Transport[modifier | modifier le code]

L’ InterCity assure quotidiennement la circulation d’un service de bus vers et à partir d’ Auckland via Kerikeri [11]. Un ‘Community Business & Environment Centre’ (CBEC) assure un service appelé ‘Busabout’ vers les villes d'Ahipara, Mangonui (en) et Pukenui dans le secteur de Houhora (en) [12].

Le aéroport de Kaitaia (en) avait précédemment un vol régulier d ’Air New Zealand à partir d ’Auckland et il est le seul aéroport de tout le District du Far North. Mais 'Air New Zealand' a cessé d’assurer ce service à partir d ’ [13].

Toutefois, la société Great Barrier Airlines (en) devrait prochainement prendre le relais pour le service quotidien vers Auckland [14].

Economie[modifier | modifier le code]

La principale industrie est la forêt et le tourisme.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Kaitaia est un des principaux centres du tourisme dans le secteur du 'Far North de la Nouvelle-Zélande. C'est presque la destination touristique la plus populaire avec Ahipara et elle siège sur le trajet de la route State Highway 1 (en), qui conduit à Cap Reinga.

Le slogan de la ville est "Where journeys begin" (là où le voyage commence)[15]

Une compétition annuelle de 'Snapper Surf Casting' se tient là en mars, au niveau de Oneroa-a-Tōhē la plage des quatre-vingt-dix Mile[16].

Forêt[modifier | modifier le code]

La forêt d’Aupouri, au nord de la ville de Kaitaia, fournit des tronc de pins, qui sont traités au niveau de la scierie de ‘Juken Nissho Mill’ dans Kaitaia.

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'horticulture, et en particulier : la culture de l’avocat est une industrie florissante avec des vergers dispersés à travers toute la région environnante, car Kaitaia siège dans l’aire de drainage du fleuve Awanui.

La viticulture est aussi florissante:la vigne prospère facilement et un des plus grands vignobles est situé à ‘Karikari’ .

Le secteur comporte aussi des fermes laitières et d' élevage intensif ('dry stock farming'), de façon prédominante pour les moutons et les boeufs

Le miel de Manuka (en) est une autre industrie en pleine croissance.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste des villes de Nouvelle-Zélande

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Welcome... » (consulté le )
  2. « Muriwhenua Land Report - The People and the Land » [PDF], Waitangi Tribunal (consulté le ), p. 48
  3. Modèle {{Lien web}} : paramètre « accès url » utilisé avec la valeur subscription inconnue. Joseph Matthews, « The Church Missionary Gleaner, août 1841 », Adam Matthew Digital (consulté le )
  4. « The Church Missionary Gleaner, octobre 1853 » Accès payant, Adam Matthew Digital (consulté le )
  5. Darwin, Charles. Journal of a Voyage Round the World, 1831-36
  6. Louis Lavallee, « The Voyage Of The Beagle - In The Creator's Service »
  7. « Richard Matthews »
  8. « Te Kāhui Māngai directory », sur tkm.govt.nz, Te Puni Kōkiri (en)
  9. « Māori Maps », Te Potiki National Trust
  10. « Weka Pass Railway's page on D 221 » [archive du ]
  11. « InterCity (Kaitaia) » (consulté le )
  12. « Busabout North » (consulté le )
  13. « AirNZ to stop operating in Kaitaia, Whakatane, Westport », TVNZ ONE News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Peter de Graaf, « New air service in bound at Kaitaia », Northern Advocate,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Kia Ora: Kaitaia », New Zealand Herald,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  16. [1]

Autres lectures[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ressource relative à la géographieVoir et modifier les données sur Wikidata :