Kagyu-Dzong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dzong.
Kagyu-Dzong
Image illustrative de l'article Kagyu-Dzong
Kagyu-Dzong pavoisant les drapeaux de la France, du karmapa et du Tibet le 6 juin 2016.
Présentation
Culte Bouddhisme tibétain karma-kagyu
Type Temple
Début de la construction
Fin des travaux
Architecte Jean-Luc Massot
Style dominant tibétain et bhoutanais
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 49′ 44″ nord, 2° 24′ 51″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Kagyu-Dzong

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Kagyu-Dzong

Géolocalisation sur la carte : bois de Vincennes

(Voir situation sur carte : bois de Vincennes)
Kagyu-Dzong

Le centre Kagyu-Dzong (tibétain : བཀའ་བརྒྱུད་རྫོང་, Wylie : bka' brgyud rdzong ; 噶举中心) est un centre de l'école karma-kagyu du bouddhisme tibétain fondé en 1974 par Lama Gyourmé[1], lié au 17e karmapa, Orgyen Trinley Dorje. Il est hébergé dans un temple de style tibétain et bhoutanais qui fut inauguré le , construit à proximité de la Pagode du bois de Vincennes à Paris, siège de l'Institut international bouddhique fondé par Jean Sainteny[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondé en 1974, le centre fut le premier centre bouddhiste tibétain kagyupa, nommé Kagyu Dzong par Kalou Rinpoché, ou plus précisément Kagyu Euser Tcheu Dzong, qui signifie « citadelle de claire lumière ». Le centre fut consacré par le 16e Karmapa. Kalou Rinpoché en confia la responsabilité à son disciple Lama Gyourmé[3].

En 1980, Kalou Rinpoché, conféra à la Pagode du bois de Vincennes la grande Initiation de Kalachakra. Il rencontra à cette occasion Jean Ober, secrétaire général de l'Institut international bouddhique, et ensemble, ils élaborèrent un projet de construction d'un temple tibétain. Les plans établis par l'architecte Jean-Luc Massot sur les directives de Kalou Rinpoché furent approuvés par la Mairie de Paris. La première pierre fut posée le . Les travaux réalisés par des entreprises privées et de nombreux bénévoles prirent deux ans[2].

Le centre de Kagyu-Dzong est lié au centre Vajradhara-Ling en Normandie.

Le 20 septembre 2014, Kagyu-Dzong célèbre son 40e anniversaire[3].

Lors de sa première visite en France, le 17e karmapa Orgyen Trinley Dorje se rend à Kagyu-Dzong qu'il consacre le 1er juin 2016[4].

Activités[modifier | modifier le code]

De nombreux grands maîtres y sont régulièrement conviés, parmi lesquels Sangyé Nyenpa Rinpoché, Tenga Rinpoché, Ringu Tulkou Rinpoché, Khandro Rinpoché, le 2e Kalou Rinpoché etc.

Depuis 2006, chaque année, le Festival Paix et Lumière a lieu à Kagyu-Dzong pour soutenir le projet de construction du Temple pour la Paix à proximité de Vajradhara-Ling.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Népal - Bouthan 2010
  2. a et b Institut Bouddhique Kagyu-Dzong
  3. a et b Rabsel 2014
  4. Le karmapa, sur les traces du dalaï-lama, Le Figaro, 3 juin 2016

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :