Kachinas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dessin de poupées Kachinas issus d'un livre d'anthropologie de 1894
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Katsina, l’État et la ville du nord du Nigéria

Dans la mythologie des Indiens Hopis et Zuñis du Nouveau-Mexique et de l'Arizona, au Sud Ouest des États-Unis, les kachinas (parfois retranscrit Katsina ou Katsinam) sont des esprits : esprits du feu, de la pluie, du serpent, ou encore esprits farceurs, espiègles, bienfaisants ou malfaisants... Une sorte d'inventaire du monde visible et invisible. Six mois par an, à l'occasion de fêtes rituelles, ces esprits s'incarnent dans des danseurs masqués et costumés. Des poupées de bois peintes de vives couleurs, également nommées kachinas et représentant ces danseurs, sont offertes aux enfants, à l'issue des fêtes, pour qu'ils se familiarisent avec le monde des esprits.

Origine du rite[modifier | modifier le code]

Claude Lévi-Strauss nous renseigne sur le mythe des katchina: "Les katchina sont les âmes des premiers enfants indigènes, dramatiquement noyés dans une rivière à l'époque des migrations ancestrales. [...] Quand les ancêtres des indiens actuels se furent enfin fixés dans leur village, le mythe rapporte que les katchina venaient chaque année leur rendre visite et qu'en partant, elles emportaient les enfants. Les indigènes, désespérés de perdre leur progéniture, obtinrent des katchina qu'elles restassent dans l'au-delà, en échange de la promesse de les représenter chaque année au moyen de masques et de danses." Pour Claude Lévi-Strauss, ce rite relève de l'initiation, les enfants ne doivent pas reconnaitre leurs parents ou familiers sous les masques de ces esprits venus les récompenser pour leur bonne conduite. Si les enfants sont exclus de la caste des initiés que sont les parents qui mettent en place la mystification, c'est, explique l'ethnologue, "parce qu'ils sont les katchina [...]. Leur place est ailleurs, non pas avec les masques et les vivants, mais avec les Dieux et les morts; avec les Dieux qui sont morts. Et les morts sont les enfants". De non-initiés, les enfants prennent ainsi le rôle de "super-initiés" car la dualité entre initiés et non-initiés appelle la réciprocité et "si ce sont les initiés qui personnifient les fantômes des morts pour épouvanter les novices, c'est à ceux-ci qu'il appartiendra, dans un stade ultérieur du rituel, de les disperser et de prévenir leur retour"[1].

Confection[modifier | modifier le code]

Leur confection commence par la recherche d'une racine de peuplier américain (cottonwood). Les premières kachinas, les Püch tihu, étaient plates et d'un seul tenant : les bras faisaient partie intégrante du tronc et les jambes étaient inexistantes. Des transformations ont eu lieu à partir de 1870, notamment la séparation des membres inférieurs, l'apparition d'avant-bras. Année après année, les modifications se sont affinées pour aboutir aux poupées modernes, fidèles imitations des danseurs masqués, comme celles qui sont exposées dans les musées américains du Sud-Ouest des États-Unis (Heart Museum de Phoenix et Museum of Northern Arizona de Flagstaff).

Peinture[modifier | modifier le code]

La peinture des kachinas est d'importance car les coloris sont associés aux six points cardinaux : le nord est figuré par le jaune, l'ouest par le bleu-vert, le sud par le rouge, l'est par le blanc, le zénith par le noir, le nadir par le multicolore ou le gris. Un ton peut symboliser la provenance de l'esprit kachina, un autre révèle sa fonction, un troisième témoigne de son appartenance à tel ou tel groupe d'esprits. Quant aux accessoires, ils sont la touche finale du créateur. Les plumes en sont l'ultime ornement. Le commerce aurait pu, en la banalisant, transformer la poupée kachina en un gadget mais ce n'est pas le cas. Le tihu reste le lien qui unit les Indiens à la terre de leurs ancêtres et le danseur kachina conserve son rôle d'éducateur privilégié et de gardien de la culture des Indiens Hopi et Zuni.

Calendrier Hopis[modifier | modifier le code]

Les Kachinas viennent pour vivre avec les hopis à la période du solstice d'hiver et demeurent jusqu'à juillet. Pendant cette période, on observe les danses suivantes :

  • Janvier : Danse de la Kiva (PAMUYA)
  • Février : Danse du haricot (POWAMU)
  • Mars : Danse de la répétition(ANKTIONI)
  • Avril : Danse de la plaza (SOYOHIM)
  • Mai : Avril : Danse de la plaza (SOYOHIM)
  • Juin : solstice d'été
  • Juillet : Danse de la maison (NIMAN)

Le dernier semestre se compose de cérémonies non-masquées  :

  • Août : Danse du serpent
  • Septembre : Danse de la société des femmes (MARAU)
  • Octobre : Danse de la société des femmes (OAQOLE)
  • Novembre : Danse du renouveau (WUWUCHIM)
  • Décembre : solstice d'hiver

Polémique autour des ventes de Kachinas[modifier | modifier le code]

Pour les Indiens d'Arizona, la représentation publique de Kachinas est offensante et irrespectueuse.

En avril 2013, 70 Kachinas ont été vendues aux enchères pour un montant de 930000 euros. La tribu indienne des Hopi a tenté d'interdire la vente et émis de nombreuses protestations, soutenue par Robert Redford, qui a qualifié la vente de "geste criminel". Lors de cette vente, Pierre Servan-Schreiber a acquis un Kachina, qu'il a ensuite restitué à la tribu Hopi.

En décembre 2013, les Hopi et l'ONG Survival International ont saisi la justice française pour interdire la vente d'objets sacrés prévue en décembre à Paris[2].

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]