Kabo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Cabot.
Kabo
camp des déplacés (2007)
camp des déplacés (2007)
Administration
Pays Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine
Préfecture Ouham
Démographie
Population 16 279 hab. (2003[1])
Géographie
Coordonnées 7° 41′ 37″ nord, 18° 37′ 28″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République centrafricaine

Voir sur la carte administrative de République centrafricaine
City locator 14.svg
Kabo

Kabo est une ville de République centrafricaine située dans la préfecture d'Ouham dont elle constitue l'une des cinq sous-préfectures.

Géographie[modifier | modifier le code]

La localité est située sur route nationale RN4 à 60 km au nord de Batangafo et au sud de Moyenne-Sido sur la frontière tchadienne. Elle se trouve à 254 km au nord-est du chef-lieu de la préfecture Bossangoa.

Histoire[modifier | modifier le code]

Du 31 juillet 1912 au 18 janvier 1919 Kabo est une subdivision de la circonscription du Gribingui. La ville est érigée en chef-lieu de sous-préfecture depuis le 3 mars 1975. Lors de la reprise des combats en décembre 2012, la ville est le lieu de combats entre les FACA loyalistes et la coalition rebelle de Séléka[2],[3].

Administration[modifier | modifier le code]

La sous-préfecture de Kabo s'étend sur les deux communes rurales de Ouaki et de Sido. La population urbaine de la ville est constituée de 20 quartiers recensés en 2003: Adoum-Lingou, Agonda, Bessantoua, Beyede, Bourma, Brahim, Kounga Litos, Londo 1, Londo 2, Mogoumba, Moudou 2, Ndaoutou, Ndele, Ndjinakion, Ndolngar, Ngaryana, Ngodegue, Ngonaindo, Tipoye, Yapende.

Société[modifier | modifier le code]

La ville est le siège de la paroisse catholique Notre Dame des Anges de Kabo, elle dépend du diocèse de Bossangoa.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'une piste d'aterrissage, utilisée notamment par les services d'aide humanitaire[4], cependant, elle ne figure sur la liste Asecna[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population des villes de RCA
  2. Centrafrique: Bangui sous la menace des rebelles dans Le Figaro du 27 décembre 2012.
  3. La France n'est pas en Centrafrique pour y protéger «un régime» dans Libération du 27 décembre 2012.
  4. Programme alimentaire mondial, Planning provisoire des vols, 2 avril 2013
  5. ASECNA, Service de l'information aéronautique, Centrafrique, Répertoire des aérodromes et pistes, 17 septembre 2015