Nialé Kaba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kaba Nialé)

Nialé Kaba
Illustration.
Fonctions
Ministre ivoirienne de l'Économie, du Plan et du Développement
En fonction depuis le
(5 mois et 27 jours)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Robert Beugré Mambé
Gouvernement Beugré Mambé
Prédécesseur Adama Coulibaly (Économie)
Elle-même (Plan et Développement)
Ministre du Plan et du Développement

(7 ans, 8 mois et 23 jours)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Daniel Kablan Duncan
Amadou Gon Coulibaly
Hamed Bakayoko
Patrick Achi
Robert Beugré Mambé
Gouvernement Duncan V, Coulibaly I, II et III/Bakayoko, Achi I et II
Mambé
Prédécesseur Albert Toikeusse Mabri
Successeur Elle-même
Ministre déléguée auprès du Premier ministre
chargée de l'Économie et des Finances

(3 ans, 1 mois et 23 jours)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Daniel Kablan Duncan
Gouvernement Duncan IV
Prédécesseur Charles Koffi Diby
Successeur Adama Koné
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bouko (Côte d'Ivoire)
Nationalité Ivoirienne
Parti politique RHDP
Diplômée de Université Panthéon-Sorbonne

Nialé Kaba, née en 1962 à Bouko[1], est une femme politique ivoirienne.

Ministre déléguée chargée de l’Économie et des Finances, de 2012 à 2016, puis ministre du Plan et du Développement ; elle est ministre de l'Économie, du Plan et du Développement depuis le 18 octobre 2023 au sein du gouvernement Beugré Mambé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Elle obtient en 1981 un baccalauréat, série C. En 1985, elle est titulaire d'une maîtrise en sciences économiques, option économie publique de l'université nationale de Côte d'Ivoire. En 1989, elle obtient le diplôme d'ingénieur statisticien économiste et un diplôme d’études approfondies en économie internationale / économie du développement au Centre européen de formation des statisticiens économistes des pays en voie de développement (CESD) de Paris à l'université Panthéon-Sorbonne[2].

Après une maîtrise en sciences économiques obtenue à l’université d’Abidjan-Cocody en 1989, Nialé Kaba poursuit ses études à Paris, où elle obtient successivement un diplôme d'ingénieur au CESD et un diplôme d’études approfondies en économie internationale et économie du développement à l’université Panthéon-Sorbonne[3].

En 1993, elle est diplômée de l’Institut du Fonds monétaire international, en gestion de la politique économique.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Nialé Kaba commence par enseigner la macroéconomie à l’École nationale supérieure de statistique et d’économie appliquée[4].

Elle occupe, de 1991 à 2000, les postes de chargée d'études puis de chef de cabinet du Premier ministre. Elle est ensuite directrice de cabinet adjoint au ministère de l’Économie et des Finances en 2000 avant d'occuper, de 2003 à 2005, le poste de directeur de cabinet du ministre de l'artisanat et de l'encadrement du secteur informel[2].

Enfin, elle exerce, de 2005 à 2007, le poste de directeur général de Côte d'Ivoire Tourisme[2]. En 2011 à 2012, elle fait son entrée au gouvernement en tant que ministre de la Promotion du Logement.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Avant l'arrivée d'Alassane Ouattara, à la présidence de la Côte d'Ivoire, elle est ministre de la Promotion du logement de Côte d'Ivoire[2]

Du [5] au , Nialé Kaba exerce la fonction de ministre délégué auprès du Premier ministre, chargée de l’Économie et des Finances en Côte d'Ivoire[2],[6],[7].

Depuis le , Nialé Kaba est la ministre du Plan et du Développement en Côte d'Ivoire[3] reconduite dans le gouvernement de Robert Beugré Mambé en 2023[8].

Affaire judiciaire[modifier | modifier le code]

En 2014, une enquête judiciaire est ouverte à la suite de la plainte de Tiémoko Assalé, directeur général de L'Éléphant déchaîné, hebdomadaire satirique. Il met en cause Moussa Traoré, directeur des rédactions du quotidien L'Expression et Wakili Alafé, gérant de l’entreprise de presse Socef-Ntic, éditrice du quotidien L'Intelligent d'Abidjan. Selon lui, ses confrères auraient tenté de le corrompre au nom de Nialé Kaba[9]. La ministre dément les propos, tandis que les journalistes incriminés sont suspendus de leurs activités durant 6 mois[10].

Divers[modifier | modifier le code]

En 2015, elle fait partie du « Top 50, des femmes les plus puissantes d’Afrique », selon l'hebdomadaire panafricain Jeune Afrique[11], qualifiée de « Ministre au mérite ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère auprès du Premier-Ministre chargé de l’Économie et des Finances, « Fiche (Kaba Nialé) », sur www.africanaute.com (consulté le ).
  2. a b c d et e « Biographie du ministre (Kaba Nialé) », sur www.finances.gouv.ci, (consulté le ).
  3. a et b « Qui est Nialé KABA - Abidjan.net Qui est Qui ? », sur business.abidjan.net (consulté le )
  4. Baudelaire Mieu, « Côte d’Ivoire : Kaba Nialé, une ministre au mérite », sur Jeune Afrique.fr, (consulté le ).
  5. Décret de nomination daté du 19 novembre 2013, référence suivante
  6. [PDF]Présidence de la République - Alassane Ouattara, « Décret n° 2013-785 du 19 novembre 2013, portant nomination du ministre auprès du Premier Ministre, chargé de l’Économie et des Finances », sur justice-droitsdelhommelp.ci (consulté le ).
  7. « Nialé Kaba », sur live.banquemondiale.org (consulté le )
  8. (en) Samuel Kadio, « Côte d’Ivoire : Voici la liste complète des 33 membres du Gouvernement Beugré Mambé », sur www.linfodrome.com, (consulté le )
  9. « Enquête judiciaire sur un scandale de corruption mêlant des journalistes et une ministre », sur connectionivoirienne.net, (consulté le ).
  10. « Affaire tentative de corruption : Kaba Nialé dément les accusations du CNP », sur news.abidjan.net, (consulté le ).
  11. Michael Pauron, « Top 50 : les femmes les plus puissantes d’Afrique », sur Jeune Afrique.fr, (consulté le ).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]