KUKA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (mai 2016).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

KUKA Roboter GmbH
logo de KUKA Roboter GmbH
Création 1898/1995
Fondateurs Johann Josef Keller et Jakob Knappich
Personnages clés Manfred Gundel (CEO)
Siège social Drapeau d'Allemagne Augsbourg (Allemagne)
Activité Machines et matériel d'équipement, technologie d'automatisation
Produits Robots industriels, systèmes de commande
Filiales KUKA Systems
Effectif 3 150 (KUKA Roboter - 30/09/2012)
Site web www.kuka.com
Chiffre d’affaires 1 435 Millions € (consolidé 2011)
création de l'entreprise en 1898 par Johann Josef Keller et Jakob Knappich
Utilisation des robots industriels Kuka pour un processus générique.

KUKA est une entreprise spécialisée dans les robots industriels et de solutions de production automatisées destinées aux industries. Elle est basée à Augsbourg en Allemagne

La société a 25 filiales dans le monde dont la plupart sont des filiales de distribution et de services, aux États-Unis, au Mexique, au Brésil, au Japon, en Chine, en Corée du Sud, en Inde, à Taiwan, ainsi que dans la plupart des pays d’Europe en France[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1898, l’usine d’acétylène Acetylenwerk Augsburg a été fondée par Johann Josef Keller et Jakob Knappich pour la production d’éclairage domestique et municipal à faible coût, d’appareils ménagers et de phares d’automobiles. En 1905, la production s’est étendue aux équipements innovants de soudage à l’autogène. Après la Première Guerre mondiale, Keller et Knappich ont repris la production de treuils de puissance, à commande manuel et de sécurité au freinage automatiquement régulé, et a commencé en plus la fabrication de grandes cuves. De cette activité, fut fondée en 1922 la Bayerische Kesselwagen GmbH. La Bayerische Kesselwagen GmbH était chargée du développement et de la production de superstructures pour les véhicules municipaux (machines de nettoyage des rues, des camions des eaux usées, des camions à ordures). En 1927, cette division de l'entreprise a présenté le premier grand camion poubelle. La dénomination KUKA apparaît la même année en se rapportant au nom de la société de l’époque « Keller und Knappich Augsburg ».

Le développement et la fabrication d'équipements de soudage par points a commencé en 1936. Trois ans plus tard, la société KUKA comptait déjà plus de 1 000 employés. Après la destruction des principaux bâtiments de la société au cours de la Seconde Guerre mondiale, KUKA a recommencé en 1945 avec la fabrication de machines de soudage et autres petits appareils. Avec de nouveaux produits tels que la machine à tricoter circulaire à double cylindre et la machine à écrire portative "Princess", KUKA s’est introduit dans de nouveaux domaines industriels et gagna en indépendance du marché d’équipement. En 1956, KUKA a fabriqué le premier système de soudage automatique pour la fabrication de réfrigérateurs et machines à laver et fourni la première ligne de soudage multipoints à Volkswagen AG. Dix ans plus tard, la première machine de soudage par friction est entrée en production. En 1967, KUKA applique pour la première fois la méthode de soudage à l'arc. En 1971, la première ligne de soudage robotisée est installée pour la fabrication de la Classe S de Daimler-Benz. Un an plus tard, la machine de soudage à l'arc magnétique est commercialisée.

Avec la production du robot "Famulus" premier robot industriel à 6 axes électromécanique, KUKA a réussi en 1973 son entrée dans la robotique et commercialise, puis vient en 1978, le robot IR 601/60, robot à six axes électriques et poignet angulaire. L’entreprise appartenait à cette époque au groupe Quandt et, quand la famille Quandt s’est retirée en 1980, elle est devenue une entreprise publique. En 1981, les principales activités de KUKA ont été concentrées en trois sociétés indépendantes : KUKA Schweissanlagen und Roboter GmbH, KUKA Umwelttechnik GmbH et KUKA Wehrtechnik GmbH qui a été revendue à Rheinmetall en 1999. Vers la fin de 1982, la société LSW Maschinenfabrik GmbH à Brême est devenue une filiale de KUKA.

En 1989, une nouvelle génération de robots avec moteurs sans balai est lancée, permettant de faibles coûts de maintenance (entretien réduit) et une plus grande disponibilité technique. En 1993, les premiers systèmes de soudage au laser pour la couverture de toit ont été mis au point, puis ont ensuite été élargis avec les technologies d’encollage et d'étanchéité. À la même époque, KUKA a repris les outils et le fabricant d'équipement, Schwarzenberg GmbH, et a étendu ses activités vers la Chine et les États-Unis. En 1995, la partie robotique est créée à partir de la division de KUKA Schweissanlagen + Roboter GmbH.

Dans le cadre de l'internationalisation et l'expansion de ces activités et technologies (pressage, l'outillage, l’encollage, l’étanchéité, etc.), KUKA Schweißanglagen GmbH change de nom en 2007 pour devenir KUKA Systems GmbH. En 2010, KUKA présente un concept de cellule standardisée nouvellement mise au point pour les solutions de soudage, portant le nom de KUKA FlexiCUBE.

En mai 2016, Midea, une entreprise chinoise d'électroménager, annonce une offre d'acquisition sur Kuka de 5 milliards de dollars[2].

Activité[modifier | modifier le code]

Utilisation des robots industriels Kuka dans l'aérospatial
Utilisation des robots industriels Kuka pour l'automobile
Utilisation des robots industriels Kuka pour l'industrie ferroviaire
Utilisation des robots industriels Kuka pour la fabrication de panneaux solaires

Dans le secteur de l'automatisation, KUKA Systems propose des solutions standards et sur mesure pour la production industrielle utilisant principalement les technologies d'assemblage et de manutention. En outre, KUKA Systems propose des prestations d’ingénierie et de conseil[3].

La gamme comprend des produits et services pour pratiquement toutes les tâches dans la transformation industrielle des matériaux métalliques et non métalliques pour diverses industries (par exemple : l’automobile, l’énergie, l’aéronautique, le transport ferroviaire, les engins agricoles…). Ils sont en particulier utilisés pour le traitement des matériaux, le chargement et le déchargement de machines, la palettisation, le soudage par points et soudage à l'arc dans différentes industries.

Les installations d’automatisation robotisées de KUKA Systems sont utilisées par les plus grands constructeurs automobiles comme BMW, Volkswagen [4], Chrysler, Ford, Volvo, Volkswagen, Daimler AG, Renault et PSA, ainsi que les fabricants d'autres secteurs industriels comme Airbus, Astrium, Siemens, BSH (Bosch und Siemens Hausgeräte GmbH), STIHL, IKEA, Swarovski, Wal-Mart, Nestlé, Budweiser, BSN et Coca-Cola.

  • Transport, automobile, aéronautique :

Les robots industriels peuvent jouer un rôle important lors du transport de charges lourdes, leurs capacités de charge et positionnement libre sont souvent utilisés. Le portefeuille d’activités de KUKA Systems comprend la conception d’équipement de production pour l’assemblage des éléments de carrosserie: des installations de production faiblement automatisées jusqu’aux systèmes de fabrication flexibles ; de la fabrication d’outils ou de sous-ensembles jusqu’à l’assemblage complet de caisses ou de sous-groupe. KUKA propose aussi bien des lignes de ferrages ou de montage pour châssis (mariage).

Les constructeurs d’équipement ferroviaire font également parti des clients de KUKA Systems, pour, par exemple, la construction de locomotives, de wagons de métro ou bien pour les wagons de fret.

KUKA Systems fournit une cellule de soudage TIG pour l'étage supérieur du lanceur Ariane 5-fusée. La société fournit également des appareils pour la construction d'éléments structuraux d'aéronefs. Boeing, Bell et Airbus comptent parmi les principaux clients de Kuka Systems.

  • Industrie agro-alimentaire :

Les robots KUKA trouvent aussi leur place dans l’industrie agro-alimentaire. Ils soulagent l'homme et les machines lors de tâches exigeantes telles que le chargement et le déchargement de machines d'emballage, la découpe de la viande, l'empilage et la palettisation, et le contrôle qualité.

  • Construction :

Dans la construction, les robots sont utilisés à la fois pour assurer un flux constant des matériaux, et pour l’efficacité du processus de transformation et de production.

KUKA Systems propose des solutions pour chaque étape de la production de modules photovoltaïques – depuis le sciage de briques, la manutention de cellules et soudure en traverse jusqu’à l'encadrement et l'emballage des modules.

  • Industrie du verre :

Des procédés tels que le traitement thermique du verre et du quartz pour la fabrication de la verrerie de laboratoire, la préparation et les opérations de formage ou la production de produits standard et de série sont des applications habituelles dans l’industrie du verre.

  • Fonderie :

Les robots peuvent être directement utilisés avec ou sur les machines à couler étant donné leur résistance à la chaleur. Ils peuvent également être utilisés lors de procédés tels que l’ébavurage, le meulage ou le perçage ainsi que le contrôle de qualité.

  • Industrie du bois :

Meulage, fraisage, perçage, sciage, tri, palettisation : toutes ses activités peuvent être prises en charge par des robots dans l’industrie du bois.

  • Travail des métaux :

Les principales applications sont les opérations d'usinage telles que le perçage, fraisage, découpage, pliage et poinçonnage. Les robots sont évidemment aussi utilisés pour des opérations de soudage industriel, d’assemblage, et pour le chargement ou le déchargement.

  • Travail de la pierre/céramique :

Les industries de la céramique et de la pierre utilisent par exemple des robots industriels pour le sciage de dalles en pierre jusqu'à la transformation 3D entièrement automatique.

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

KUKA Roboter GmbH compte plus de 3150 collaborateurs (au 30/09/2012) et son siège social est basé à Augsbourg. Ses clients se trouvent principalement dans l’industrie automobile mais aussi de plus en plus dans d’autres secteurs tels que la métallurgie, l’agro-alimentaire et le plastique.

Chiffre d’affaires consolidé (KUKA Roboter GmbH)

  • 413 millions d’euros (2008)
  • 330 millions d’euros (2009)
  • 435 millions d’euros (2010)
  • 616 millions d’euros (2011)

Chiffre d’affaires consolidé (KUKA AG)

  • 1286 millions d’euros (2007)
  • 1266 millions d’euros (2008)
  • 902 millions d’euros (2009)
  • 1078 millions d’euros (2010)
  • 1435 millions d’euros (2011)

Systèmes d’information et applications[modifier | modifier le code]

Le logiciel système KUKA est le système d’exploitation et le cœur de tout le système de contrôle. Il contient toutes les fonctions de base nécessaires pour le déploiement du système robotique. Le robot est livré avec un boîtier de commande d'une définition d'écran de 640 × 480 pixels avec souris 6D intégrée. Il sert à déplacer le manipulateur, enregistrer les positions (TouchUp) et créer/modifier des modules, fonctions, listes de données... Pour contrôler manuellement les axes, il faut activer la manette au dos du boîtier de commande (le KCP ou KUKAControlPanel) servant également de fonction anti-panique. La connexion au contrôleur se fait avec une interface VGA et un bus CAN. Un PC industriel, placé dans l’armoire de contrôle, communique via la carte MFC avec le système. Des signaux de commande entre le manipulateur et le contrôleur sont transmis par l'intermédiaire de la connexion appelée DSE RDW. La carte de DSE est dans l’armoire de contrôle, la carte RDW sur le robot. Les anciens modèles de baies de commande KR C1 utilisaient Windows 95 pour lancer le logiciel basé sur VxWorks. Les équipements périphériques incluaient un lecteur de CD Rom et de disquettes et des ports optionnels pour Profibus, Interbus, Devicenet, ASI ou ethernet.

Aujourd’hui, tous les robots KUKA récents sont livrés avec un contrôleur universel KR C4sur base Windows XP. Les périphériques incluent ports USB, connexion Ethernet et les réseaux optionnels Profibus, Interbus, DeviceNet ou Profinet.

La couleur par défaut des robots KUKA est l’orange (la couleur officielle de la marque) ou le noir.

Communication[modifier | modifier le code]

Les robots industriels KUKA ont été utilisés dans différents films. Dans le film de James Bond, Meurs un autre jour, les robots laser qui agissent aux côtés de Pierce Brosnan et Halle Berry sont des robots industriels KUKA. Après une démonstration faite par KUKA devant les producteurs de Meurs un autre jour, les réalisateurs ont décidé d'ajouter une scène dans laquelle Halle Berry est menacée par des lasers de bras de robots KUKA, dans le palais de glace en Islande.

Robocoaster, premier robot industriel à transporter des passagers.

En 2003, les robots industriels KUKA apparaissent dans Lara Croft Tomb Raider : Le berceau de la vie et en 2005 dans Les Sentinelles de l'air et dans Da Vinci Code avec Tom Hanks en 2006.

En 2001, KUKA a développé le Robocoaster, qui est le premier robot industriel à transporter des passagers. Il utilise un siège du même genre que ceux utilisés sur les montagnes russes et propose des émotions également similaires. Les participants peuvent également programmer les manœuvres du robot par avance. L’attraction « Danse avec les Robots » du Futuroscope de Poitiers met en œuvre 10 Robocoaster KUKA. En 2007, KUKA introduit un simulateur, basé sur le Robocoaster. Depuis 2010, le parc « Universal Island of Adventure » à Orlando en Floride utilise la technologie du bras KUKA pour son attraction "Harry Potter and the Forbidden Journey".

En 2014, un clip vidéo publié sur la plateforme Youtube montre un robot KUKA affrontant l'ex numéro 1 mondial de tennis de table : Timo Boll.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites officiels
Documentation