K. G. Subramanyan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
K. G. Subramanyan
K.G. Subramanyan 2008.jpg
K. G. Subramanyan en 2008.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kuthuparamba (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalités
Indien ( - ), Indien ( - ), Indien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Université de Visva-Bharati (en)
Presidency College (en)
Université de MadrasVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Peintre, graveur, universitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Maharaja Sayajirao University de Baroda (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée

Kalpathi Ganpathi « KG » Subramanyan (Kuthuparamba (en), 1924 - Vadodara, 2016) est un artiste peintre et graveur indien. Considéré comme l'un des pionniers de l'art moderne en Inde, Subramanyan est aussi un combattant de la liberté et a été emprisonné lors du Mouvement pour l'indépendance de l'Inde. Il a reçu le Padma Vibhushan en 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kalpathi Ganpathi Subramanyan naît le à Kuthuparamba (en), dans le Kerala, en Inde[1],[2].

Il a étudié l'économie au Presidency College de Chennai (en). Pendant la lutte pour l'indépendance de l'Inde, il s'implique activement et se fait connaître pour son idéologie gandhienne. Il se fait d'ailleurs emprisonner et est plus tard interdit d'entrer dans les collèges publics sous la domination britannique. Le tournant de sa vie d'artiste survient lorsqu'il se rend à Santiniketan pour étudier à Kala Bhavan (en), la faculté des arts de l'université Visva-Bharati (en), en 1944. Sous la tutelle de pionniers de l’art indien moderne tels que Nandalal Bose, Benode Behari Mukherjee (en) et Ramkinkar Baij (en), Subramanyan y étudie jusqu’en 1948[3].

En 1951, il est chargé de cours à la faculté des beaux-arts de l’université du Maharaja Sayajirao de Baroda (en). Il part ensuite étudier brièvement à Londres à la Slade School of Art comme chercher du British Council en 1955-1956. Il revient à Baroda, où il devient professeur de peinture de 1961 à 1965 puis doyen jusqu'en 1974, mais fait un court passage à New York, où il devient membre de la Fondation Rockefeller en 1966 et où il obtient une bourse du Fonds JDR III. En 1980, Subramanyan retourne à Santiniketan pour enseigner dans son alma mater Kala Bhavan, en qualité de professeur de peinture, un poste qu'il conserve jusqu'à sa retraite en 1989. La même année, il devient professeur émérite de Visva Bharati[3].

Dans les derniers jours de sa vie, à partir de 2004, K. G. Subramanyan quitte Santiniketan pour résider à Baroda avec sa fille Uma, et c'est là qu'il meurt le à l'âge de 92 ans[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pourtant pionnier de l'art moderne en Inde[3], K. G. Subramanyan est considéré comme l'un des artistes indiens les plus sous-estimés[1].

Œuvre graphique[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

Fresques[modifier | modifier le code]

  • 1955 : Jyoti Ltd., faculté des arts de Baroda
  • 1963 : King of the Dark Chamber, Rabindralaya, Lucknow
  • 1965 : Pavillon de l'Inde de la New York World Fair, New York
  • 1969 : India of my Dreams Pavilion, Gandhi Darshan, New Delhi
  • 1976 : R & D Building, Jyoti Pvt. Ltd., Baroda
  • 1988 : Sand cast Cement Mural, Kala Bhavan, Santiniketan
  • 1989 : Peinture inversée sur mur de verre (avec des écoliers), Santiniketan
  • 1990 : Fresque en noir et blanc (première phase), Kala Bhavana, Santiniketan
  • 1993 : Fresque en noir et blanc (deuxième phase), Kala Bhavan, Santiniketan
  • 2009 : Fresque en noir et blanc (deuxième version) Kala Bhavan, Santiniketan

Gravures[modifier | modifier le code]

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

  • 1969 : When God First Made the Animals He Made Them All Alike
  • 1972 :
    • The Butterfly and the Cricket
    • A Summer Story
    • Robby
  • 1974 :
    • Our Friends the Ogres
    • The King and the Little Man
  • 1979 :
    • How Poppy Grew happy
    • Cat’s Night and Day
    • Frog Life is Fun Life
  • 1985 : Of Ogres Beasts and Men (recueil de When God First Made the Animals He Made Them All Alike, Our Friends the Ogres et The King and the Little Man)
  • 1995 :
    • How Hanu Became Hanuman
    • Death in Eden
    • In the Zoo
  • 1998 : The Tale of the Talking Face

Monographies[modifier | modifier le code]

  • 1978: Moving Focus: Essays on Indian Art, Lalit Kala Akademi, New Delhi. (Réédité par Seagull Books, Calcutta, en 2006.)
  • 1987: The Living Tradition, Seagull Books, Calcutta
  • 1992: The Creative Circuit, Seagull Books, Calcutta
  • 2006: Translation of Benodebehari Mukherjee’s Chitrakar, Seagull Books, Calcutta
  • 2007: Poems, Seagull Books, Calcutta
  • 2007: The Magic of Making: Essays on Art and Culture, Seagull Books, Calcutta

Hommages et reconnaissance[modifier | modifier le code]

Rétrospectives[modifier | modifier le code]

KG Subramanyan, a Retrospective est un livre de R. Siva Kumar (en), publié à l’occasion de la quatrième et plus importante exposition rétrospective de KG Subramanyan, qui a été organisé par l'auteur à la National Gallery of Modern Art[4].

L'exposition se composait de 300 tableaux dont des reliefs en terre cuite, des peintures inversées sur verre et acrylique, linogravures, autres gravures, lithographies, sérigraphies, dessins, études, livres pour enfants, des jouets et peintures de sara sur des plateaux de terre cuite, ainsi que des photographies de peintures murales[5],[6].

Le livre offre un aperçu des processus créatifs de KG Subramanyan. Tout en retraçant les divers aspects de sa créativité, le livre fournit les influences qui l’ont façonné et donne une vision kaléidoscopique de son parcours artistique de six décennies allant à Kerala, Mahe, Santiniketan, la Slade School en Angleterre, et plus tard dans diverses villes d’Europe et d'Amérique[7].

Ce livre fait partie du programme d’art moderne de l’Asie du Sud dans diverses universités[8].

En 2017, documenta 14 présente des œuvres de K. G. Subramnayan[9].

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Le critique Kumarpal Desai (en) remet le Dhirubhai Thakar Savyasachi Saraswat Award (en) à Subramanyan en 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en)/(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « K. G. Subramanyan » (voir la liste des auteurs) et de la page de Wikipédia en anglais intitulée « K.G. Subramanyan, a Retrospective » (voir la liste des auteurs).

  1. a et b (en) Neville Tuli, Masterpieces & museum quality III : Indian contemporary paintings with rare books & vintage film memorabilia, Osian's, (ISBN 978-1-890206-70-3, lire en ligne), p. 133.
  2. (en) K. G. Subramanyan, Sketches, Scribbles, Drawings, Seagull Books, , 288 p. (ISBN 978-81-7046-150-0, lire en ligne).
  3. a b c et d (en) Manik Sharma, « Modern art pioneer KG Subramanyan, 92, passes away in Vadodara on 29 June », sur First Post, .
  4. (en) R. Siva Kumar, K.G. Subramanyan, a Retrospective, National Gallery of Modern Art, , 224 p. (lire en ligne).
  5. (en) Suneet Chopra, « The quintessential Indian artist: An exhibition of K.G. Subramanyan's works in Delhi reflects the variety of his art and the many influences it has gone through. ».
  6. (en) « Age no bar to his perspective », sur thehindu.com.
  7. (en) « K.G. Subramanyan: A Retrospective », sur saffronart.com (consulté le 16 novembre 2018).
  8. (en) « Modern South Asian art reading list », sur vam.ac.uk (consulté le 16 novembre 2018).
  9. Universes in Universe documenta 14 Teilnehmer_innen consulté le 9 avril 2017
  10. a b et c « Padma Awards » [archive du ], Ministry of Home Affairs, Government of India, (consulté le 21 juillet 2015)
  11. « K G Subramanyan awarded Savyasachi Award », sur The Times of India, (consulté le 15 juillet 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :