K-535 Iouri Dolgorouki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

K-535 Iouri Dolgorouki
Image illustrative de l’article K-535 Iouri Dolgorouki
Le Iouri Dolgorouki lors d'essais en mer.
Type Sous-marin nucléaire lanceur d'engins de classe Boreï
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Russia.svg Marine russe
Chantier naval Sevmash, Severodvinsk
Quille posée 2 novembre 1996
Lancement 13 février 2008
Commission 10 janvier 2013[1]
Équipage
Équipage 130 officiers et marins
Caractéristiques techniques
Longueur 170 m
Maître-bau 13,5 m
Tirant d'eau 10 m
Déplacement 14 720 t en surface
24 000 t en plongée
Propulsion 1 réacteur nucléaire OK-650
1 turbine à vapeur AEU
1 hélice
Vitesse 25 nœuds (46 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 16 × R-30 Boulava
6 × missiles de croisière SS-N-15
Tubes lance-torpilles de 533 mm

Le K-535 Iouri Dolgorouki est le premier sous-marin nucléaire lanceur d'engins de classe Boreï / Projet 955 en service dans la Marine russe. Nommé en l'honneur du fondateur de Moscou, Iouri Dolgorouki, sa quille est posée le 2 novembre 1996 et son entrée en service était prévue en 2001. Cependant, le missile R-39M que les classe Boreï étaient censés emporter est abandonné après plusieurs tirs ratés et le sous-marin est redessiné pour emporter des missiles Boulava. Les missiles Boulava sont plus petits que le missile R-39M et, dans le traité START de 2007 prévoyant l'échange d'informations, il est indiqué que l'ensemble des sous-marins de classe Boreï emporteraient 16 missiles au lieu des 12 prévus à l'origine.

Déploiement[modifier | modifier le code]

Le sous-marin est sorti de son hangar de construction et installé sur sa cale de lancement le 15 avril 2007 à Severodvinsk, alors qu'il était achevé à environ 82 %. Le gouvernement russe avait alloué près de 5 milliards de roubles, soit 40 % du budget de la Marine, pour payer l'achèvement du sous-marin.

Certains pensent alors que la construction du Iouri Dolgorouki serait accélérée afin qu'il soit achevé et que ses phases de test débutent avant l'élection présidentielle russe de 2008. Une grande partie des équipements et instruments de navigation du bâtiment n'étaient pas installés et n'avaient pas été testés, alors que ce processus prend normalement un an [2].

Le 13 février 2008, le Iouri Dolgorouki est lancé depuis son dock flottant à Severodvinsk où les derniers instruments sont installés[3]. Le réacteur du sous-marin est activé pour la première fois le 21 novembre 2008[4] et le sous-marin débute ses essais en mer le 19 juin 2009.

Essais en mer[modifier | modifier le code]

Lancement du Iouri Dolgoruki

En juillet 2010, le bâtiment passe avec succès ses premiers essais en mer, au cours desquels ses systèmes de navigation, son système de contrôle de flottabilité et d'autres systèmes sont testés. L'ensemble de ces tests sont achevés avant la fin septembre 2010 et le sous-marin est ensuite préparés pour ses essais de tirs[5].

Il était initialement prévu que le Iouri Dolgorouki mène ses premiers lancements de torpille pendant des essais en mer en décembre 2010 et que, le même mois, il procède au premier tir d'un missile R-30 Boulava (RSM-56)[6]. Ce programme est reporté à l'été 2011 en raison de la présence de glace en mer Blanche[7].

Le Iouri Dolgorouki devait être commissionné dans la Flotte du Pacifique au premier semestre 2011[8],[9] mais en décembre 2010, il est annoncé que le sous-marin présentait des défauts techniques et qu'il serait placé en cale pour réparations. Ces réparations devaient durer six mois, après quoi il procéderait au tir de missile Boulava et ne pourrait entrer en service qu'au second semestre 2011[10].

Le 7 juin 2011, le sous-marin quitte le chantier naval Sevmash pour poursuivre ses essais en mer et, le 28 juin, le premier Boulava est tiré avec succès[11],[12].

Le 12 janvier 2012, il est annoncé que le sous-marin avec terminé ses essais et qu'il serait préparé pour entrer en service dans les mois suivants[13]. Il est annoncé par la suite que le Iouri Dolgorouki et le Alexandre Nevski entreraient tous les deux en service à l'été 2012[14]. Dmitri Rogozin confirmera par la suite que le sous-marin serait livré à la Marine russe le 29 juillet 2012[15]. Le Iouri Dolgorouki devait entrer en service d'ici à la fin 2012 mais les derniers tests conduits révélèrent de nouveaux défauts techniques. Des problèmes logiciels dans le système de contrôle de lancement automatisé empêchent d'autres essais de tir du missile balistique Boulava, l'arme principale de la sous-marin. Le Ministre de la Défense Anatoli Serdioukov annonce aux parlementaires russes lors d'une réunion consacrée aux affaires de Défense : « nous pensons que le sous-marin Iouri Dolgorouki entrera en service en 2013 ».

Le ministre affirme que le deuxième sous-marin de classe Boreï, le Alexandre Nevski, pourrait rejoindre la Flotte du Pacifique en 2014[16]. Le chantier naval Sevmash demande 30 millions de roubles au Ministère de la Défense russe pour ne pas avoir accepté le Iouri Dolgorouki pour la maintenance et l'entretien du sous-marin, Anatoli Serdioukov ayant décidé de reporter le commissionnement du sous-marin, et donc, le report de toutes les dépenses d'entretien. Selon cette source, le refus du sous-marin serait lié au manque de quai de mouillage dans les bases du Kamtchatka où les deux sous-marins de classe Boreï, le Iouri Dolgorouki et le Alexandre Nevski devaient être stationnés[17].

Finalement, le Iouri Dolgorouki rejoint les listes de la Marine russe le 10 janvier 2013. La cérémonie officielle des couleurs de la Marine russe à bord du sous-marin est présidée par la Ministre de la Défense Sergueï Choïgou. Celui-ci informe par vidéo-conférence le Président Vladimir Poutine que la croix de Saint-André (en) avait été hissée à bord du sous-marin, symbolisant son entrée dans la Marine russe[18]. Commentant la nouvelle sur Twitter, le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, poste : « Tremble, bourgeoisie! Vous en avez terminé avec[1]! ». Début 2014 après une série d'exercices, le sous-marin est déclaré pleinement opérationnel[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Finally flying colors: Yury Dolgoruky nuclear sub joins Russian Navy, rt.com
  2. (ru) « Ъ-Власть - Сергей Иванов сдал подводную лодку », sur Kommersant.ru (consulté le 16 août 2011)
  3. [1]
  4. (en) « Reactor on Russia's newest nuclear submarine fired up | Russia | », sur rian.ru,
  5. (en) « SSBN Yury Dolgoruky completed sea trials », sur rusnavy.com,
  6. SSBN Yury Dolgoruky to launch torpedoes for the first time. russnavy.com, consulté le 2 décembre 2010
  7. (ru) « Названа новая дата испытаний "Булавы" », sur flot.com,‎
  8. (ru) « АПК "Юрий Долгорукий" введут в состав флота в 2011 году, заявил Иванов », sur Flot.com,‎
  9. (en) « Viliuchinsk base expects first Bulava-armed Borei class subs », Rusnavy.com,
  10. (en) « Bulava can be commissioned in 2011 if the carrier sub is ready », sur rusnavy.com,
  11. (en) « New-gen SSBN Yury Dolgoruky sailed off for sea trials », sur rusnavy.com
  12. (en) « Russia test fires troubled Bulava missile after 8-month break | Defense | RIA Novosti », sur rian.ru
  13. (en) « SSBN Yury Dolgoruky Almost Joined Russian Nuclear Force », sur rusnavy.com,
  14. (en) « Russia’s Bulava-Carrying Subs to Enter Service in Summer », sur RIA Novosti,
  15. (ru) « АПЛ "Юрий Долгорукий" будет передана ВМФ 29 июля, подтвердил Рогозин », РИА Новости,‎
  16. (en) « Russia to Commission First Borey Class Nuclear Sub in 2013 », sur RIA Novosti,
  17. (en) « Defense Ministry to Pay Penalty for Non-Accepting SSBN Yury Dolgoruky », sur rusnavy.com,
  18. (en) Atle Staalesen, « Lethal sub, now in Navy », sur Barents Observer,
  19. Steve Gutterman, « New Russian nuclear submarine goes into service », sur Reuters, (consulté le 19 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :