Kō Nakahira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kō Nakahira
Naissance
Tokyo, Japon
Nationalité Drapeau du Japon japonaise
Décès (à 52 ans)
Profession Réalisateur
Scénariste
Films notables Passions juvéniles

Kō Nakahira (中平康, Nakahira Kō?) est un réalisateur japonais né le à Tokyo et mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études artistique, Kō Nakahira rejoint la Shōchiku à l'âge de 22 ans et devient assistant-réalisateur de Yūzō Kawashima et de Minoru Shibuya. Il suit Yūzō Kawashima et passe à la Nikkatsu en 1954. Il est promu réalisateur deux ans plus tard[1].

À la fin des années 1960, il tourne plusieurs films à Hong Kong pour la société de production Shaw Brothers sous le pseudonyme de Yang Shu-hsi[2].

Kō Nakahira a réalisé plus de 45 films entre 1956 et 1976[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 1956 : Passions juvéniles (狂った果実, Kurutta kajitsu)
  • 1956 : L'Homme à abattre (狙われた男, Nerawareta otoko)
  • 1956 : Tempête d'été (夏の嵐, Natsu no arashi)
  • 1956 : Frankie le laitier (牛乳屋フランキー, Gyūnyū ya Furanki)
  • 1957 : Qui est le véritable assassin ? (殺したのは誰だ, Koroshita no wa dare da)
  • 1957 : Tentations (誘惑, Yūwaku)
  • 1957 : La Vertu chancelante (美徳のよろめき, Bitoku no yoromeki)
  • 1958 : Désirer en toute saison (四季の愛欲, Shiki no aiyoku)
  • 1959 : Le Mur du silence (その壁を砕け, Sono kabe o kudake)
  • 1959 : Rendez-vous secret (密会, Mikkai)
  • 1960 : La Ville oubliée (地図のない町, Chizu no nai machi)
  • 1960 : Ashita hareru ka (あした晴れるか)
  • 1961 : Lui et moi (あいつと私, Aitsu to watashi)
  • 1961 : Tempête sur l'Arabie (アラブの嵐, Arabu no arashi)
  • 1962 : Wakakute warukute sugoi koitsura (若くて、悪くて、凄いこいつら)
  • 1962 : Les Apprentis faux-monnayeurs (危いことなら銭になる, Yabai koto nara zeni ni naru)
  • 1963 : L'Innocence outragée (泥だらけの純情, Dorodarake no junjō)
  • 1963 : Une jeunesse moderne (現代っ子, Gendaikko)
  • 1963 : Hikaru umi (光る海)
  • 1964 : Les Lundis de Yuka (月曜日のユカ, Getsuyōbi no Yuka)
  • 1964 : Journal d'un prédateur (猟人日記, Ryojin nikki)
  • 1964 : Les Nuits faciles (砂の上の植物群, Suna no ue no shokubutsu-gun)
  • 1964 : Tourbillon charnel (おんなの渦と淵と流れ, Onna no uzu to fuchi to nagare)
  • 1965 : Le Joueur en noir (黒い賭博師, Kuroi tobakushi)
  • 1965 : Yarō ni kokkyō wa nai (野郎に国境はない)
  • 1965 : Kekkon sōdan (結婚相談)
  • 1966 : Le Joueur en noir, le coup du diable (黒い賭博師 悪魔の左手, Kuroi tobakushi: Akuma no hidarite)
  • 1966 : Akai glass (赤いグラス)
  • 1967 : Te jing 009 (Inter-Pol) (Production Shaw Brothers)
  • 1967 : Fei tian nu lang (Trapeze Girl) (Production Shaw Brothers)
  • 1968 : Kuang lian shi (Summer Heat (en)) (production Shaw Brothers), remake de Passions juvéniles
  • 1968 : The spiders no dai-shingeki (ザ・スパイダースの大進撃)
  • 1969 : Lie ren (Diary of a Lady-Killer) (production Shaw Brothers), remake de Journal d'un prédateur
  • 1971 : Chimimoryo, une âme au diable (闇の中の魑魅魍魎, Yami no naka no chimimoryo), en compétition au festival de Cannes 1971[4]
  • 1972 : Konketsuji Rika (混血児リカ)
  • 1973 : Konketsuji Rika: Hitoriyuku sasuraitabi (混血児リカ ひとりゆくさすらい旅)
  • 1976 : Hensōkyoku (変奏曲)

Scénariste[modifier | modifier le code]

  • 1955 : Haru no yo no dekigoto de Katsumi Nishikawa
  • 1956 : Frankie le laitier (牛乳屋フランキー, Gyūnyū ya Furanki)
  • 1960 : Ashita hareru ka (あした晴れるか)
  • 1961 : Lui et moi (あいつと私, Aitsu to watashi)
  • 1961 : Tempête sur l'Arabie (アラブの嵐, Arabu no arashi)
  • 1964 : Les Nuits faciles (砂の上の植物群, Suna no ue no shokubutsu-gun)
  • 1967 : Fei tian nu lang (Trapeze Girl) (Production Shaw Brothers)
  • 1967 : Te jing 009 (Inter-Pol) (Production Shaw Brothers)
  • 1968 : Kuang lian shi (Summer Heat) (Production Shaw Brothers)
  • 1969 : Lie ren (Diary of a Lady-Killer) (Production Shaw Brothers)
  • 1974 : Cheongchun bulshichak de Dae-hie Kim
  • 1976 : Hensōkyoku (変奏曲)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stuart Galbraith, Japanese Filmography: A Complete Reference to 209 Filmmakers and the Over 1250 Films Released in the United States, 1900 Through 1994, Mcfarland, , 509 p. (ISBN 9-780786-400324), p. 48
  2. (en) Yau Shuk-ting, Kinnia, Japanese and Hong Kong Film Industries: Understanding the Origins of East Asian Film Networks, Routledge, , 288 p. (ISBN 9781135219475, lire en ligne)
  3. (ja) « Filmographie », sur JMDB (consulté le 25 janvier 2018)
  4. « Yami no naka no chimimoryo (Chimimoryo - une âme au diable) », sur Festival de Cannes (consulté le 2 septembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]