Kéthévane Bagration de Moukhrani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kéthévane Bagration de Moukhrani
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Ambassadrice de Géorgie près le Saint-Siège (d)
depuis
Ambassadrice de Géorgie près le Saint-Siège (d)
-
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
ქეთევან კონსტანტინეს ასული ბაგრატიონი–მუხრანბატონიVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Famille
Bagration (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Kéthévane Bagration de Moukhrani, connue également sous les noms de Kéthévane Bagrationi-Orsini, Kéthévane Bagrationi-Mukhraneli, ou Kéthévane Bagrationi-Mukhranbatoni (en géorgien ქეთევან ბაგრატიონ–მუხრანელი), née le à Talence (France), est une personnalité publique et une diplomate italo-géorgienne, ambassadrice de la Géorgie près le Saint-Siège de 2005 à 2014[1], et de nouveau depuis 2019[2]. Elle possède la double nationalité, française et géorgienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, le prince Constantin Bagration de Moukhrani (1915-1992), émigré géorgien descendant de Constantin IV (1782-1842) dernier régnant de la Maison Moukhrani (branche de la dynastie royale Bagrationi[3]), épouse Monique Pauliac (1926-) en 1953, à Villenave-d'Ornon près de Bordeaux. Kéthevane naît à Talence en 1954 et son frère Alexandre en 1956. En 1975, elle obtient un diplôme de philologie, et visite pour la première fois la Géorgie à l’occasion d’une bourse d’études à l’université d'État de Tbilissi.

En 1978, elle épouse le prince Raimondo Orsini d’Aragon[4] (1931-2020) et s’installe à Rome ; elle a quatre enfants, Georgiana Maria (1979–2005), Lelio Nicolo (1981), Luisa Eleonora (1986) et Dorothea (1990). À partir de 1991, elle participe à différents projets humanitaires en faveur de la Géorgie post-soviétique. En 1995, elle est nommée citoyenne d’honneur du pays de ses ancêtres.

Kéthévane Bagration de Moukhrani s’implique ensuite dans la diplomatie italienne afin de faciliter la visite officielle d’Edouard Chevardnadze en Italie en 1997 et celle du Pape Jean-Paul II en Géorgie en 1999. En 2004, elle obtient la citoyenneté géorgienne et le elle est nommée ambassadeur de Géorgie près le Saint-Siège[5], poste qu’elle conserve jusqu’en 2014[6],[7]. Elle est à nouveau nommé à ce poste en [2]

Décorations[modifier | modifier le code]

Dynastie[modifier | modifier le code]

La branche espagnole des Moukhrani a revendiqué à plusieurs reprises le trône de Géorgie[8]. Lelio Nicolo, impliqué dans des œuvres culturelles et humanitaires en faveur de la Géorgie, a parfois été considéré comme un prétendant au trône de Géorgie mais la famille a démenti[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) New Ambassador to the Vatican Appointed, Civil Georgia, 26 octobre 2004.
  2. a et b (it) Le Lettere Credenziali dell’Ambasciatore di Georgia presso la Santa Sede, vatican.va, 12 décembre 2019
  3. (en)Mukhrani. The Bagration (Bagrationi) Dynasty Royal Ark, 24 novembre 205.
  4. Orsini e Orsini d’Aragona Famiglie nobili napolitane, 24 novembre 2015.
  5. Message of John Paul II to H.R.H. Princess Khétévane Bagration de Moukhrani Ambassador of Georgia to the Holy See Vatican, 9 mars 2005.
  6. Vingt ans de relations diplomatiques entre la Géorgie et le Saint-Siège Radio Vatican, 19 juin 2012.
  7. Un colloque à Rome sur l’actualité de saint Maxime le Confesseur Orthodoxie, 26 mars 2014.
  8. Jacques Ferrand, Familles princières de Géorgie : essai de reconstitution généalogique (1880-1983) de 21 familles reconnues princières par l'Empire de Russie, Montreuil, France, 1983, p. 30-32.
  9. (Georgian) Tavberidze, Dea ორსინები ლელიო ბაგრატიონის გამეფებას უარყოფენ (« The Bagrationi deny the possibility of Lelio Orsini to become a king »). Prime Time. October 26, 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]