Jusqu'à la quatrième génération (nouvelle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jusqu'à la quatrième génération (titre original : Unto the Fourth Generation) est une nouvelle fantastique d'Isaac Asimov, parue pour la première fois en avril 1959. On la trouve en français dans le recueil Jusqu'à la quatrième génération.

Résumé[modifier | modifier le code]

Samuel Marten, venu à New York pour affaires, se retrouve incapable de penser à autre chose qu'un nom juif qui se répète dans la ville : Lefkowitz (prononcé Loou-Koou-itz), et ses variantes - Levkowitz, Lefkovitch, etc. Dans une sorte de transe, il suit la piste de ces noms à travers les rues jusqu'à Central Park, où l'attend un vieillard juif pareil à un fantôme.

Le vieil homme est son arrière-grand-père, venu de Russie pour voir enfin son descendant américain, et qui a prié Dieu pour qu'Il lui laisse le temps de le trouver. Marten découvre enfin son nom : Levkovich, qu'il a choisi à cause d'un oukaze du Tsar.

Marten retrouve ainsi ses racines et reçoit la bénédiction de son aïeul avant qu'il ne parte. Peu après, toute l'histoire s'efface et Marten se retrouve à l'instant où il avait pour la première fois vu le nom Lefkowitz. Il n'y prête pas attention et se hâte à son rendez-vous avec une étrange sensation de paix, dont il ignore la cause.

Autour de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Dans sa préface, Asimov fait de cette nouvelle un hommage à l'ex-rédacteur en chef du Magazine of Fantasy & Science Fiction, du nom de Boucher. Boucher était un catholique fervent, et Asimov a fait appel aux souvenirs de ses propres origines juives et russes. C'est donc une de ses rares nouvelles à coloration religieuse, sinon la seule, et aussi l'une des rares à coloration autobiographique.

L'argument de départ - les apparitions multiples de variantes d'un même nom - a pour sa part été suggéré par Robert P. Mills, le successeur de Boucher.

Voir aussi[modifier | modifier le code]