Jupiter et Thétis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jupiter et Thétis
Júpiter y Tetis, por Dominique Ingres.jpg
Artiste
Date
Type
Huile sur toile
Dimensions (H × L)
327 × 260 cm
Mouvement
Collection
Localisation

Jupiter et Thétis est un tableau peint en 1811 par Jean-Auguste-Dominique Ingres. Peint à Rome, il est conservé au musée Granet d'Aix-en-Provence. Inspiré du premier chant de l'Iliade, le tableau fut critiqué pour ses audaces de composition. Il est acheté par l'État en 1834. François Marius Granet le transfère en dépôt au musée d'Aix où il est accroché depuis.

Thème[modifier | modifier le code]

L’épisode est tiré de l’Iliade; la nymphe Thétis, mère d’Achille, implore Jupiter de résoudre le conflit entre son fils et Agamemnon.

Composition[modifier | modifier le code]

Ingres décrit[1] verbatim le chant I de l'iliade : ..."et, émergeant de l’écume de la mer, elle monta, matinale, à travers le vaste Ouranos, jusqu’à l’Olympos, où elle trouva Celui qui voit tout, le Kronide, assis loin des autres Dieux, sur le plus haut faîte de l’Olympos aux cimes nombreuses. Elle s’assit devant lui, embrassa ses genoux de la main gauche, lui toucha le menton de la main droite, et, le suppliant..."

Thètis émerge de l'écume, ses bras sont démesurément allongés, elle supplie Zeus.

La référence au portrait de Napoléon est évidente, même stature hiératique, mêmes attributs.

Au fond, à gauche, Junon observe et veille sur la réponse du dieu à la prière de Thétis.

Analyses de l’œuvre[modifier | modifier le code]

Cette œuvre est à considérer dans le corpus de la période néo-classique du peintre qui cherche à restituer la pureté des textes de l'antiquité mais le traitement du sujet est en dessous desdits textes ; le dieu est certes représenté comme une autorité suprême qui peut d'un hochement de tête, d'un froncement de sourcils soutenir une cause, (celle d'Achille) ou la rejeter, sans appel.

Cependant, fort de ses attributs, le dieu resplendit mais semble figé, son bras sur la nue et sous le regard d'un aigle bienveillant.

Dans la monographie d'Henri Delaborde, citant une lettre[2] d'Ingres à M. Marcotte, en date du 26 mai 1813, se trouve le passage suivant : « J'écris à Granger pour mon tableau de Jupiter. Je vous recommande ce tableau, si dans l'étendue de vos connaissances on voulait s'en arranger. J'aimerais autant le placer que de le voir ainsi chez l'un et chez l'autre, à charge. Il pourrait convenir dans une grande salle, comme décoration. Je vous laisse le maître d'en fixer vous-même le prix. »

En d'autres termes, le tableau qui est monumental sur sa forme, permet de saisir a contrario, la situation financière du peintre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wikisource »
  2. Henri Delaborde, Ingres : sa vie, ses travaux, sa doctrine, d'après les notes manuscrites et les lettres du maître,, Paris, Henri Plon,

Bibliographie[modifier | modifier le code]