Junius Spencer Morgan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Junius Spencer Morgan
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ÈzeVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière de Cedar Hill (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Banquier, financierVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Joseph Morgan Jr. (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Sally Spencer (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Juliet Pierpont (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
John Pierpont Morgan
Mary Lyman Morgan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Junius Spencer Morgan I ( - ) est un banquier et financier américain et le père de John Pierpont "JP" Morgan. Il fondé JS Morgan & Co. avec George Peabody.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Morgan est né le 14 avril 1813 à Holyoke, Massachusetts. Le nom Morgan est attribué à Carmarthen, au Pays de Galles, son premier ancêtre connu étant Hyfaidd ap Bleddri, troisième fils de Bledri ap Cydifor du Pays de Galles. Miles Morgan, ancêtre de la famille Morgan en Amérique, a émigré de Bristol, Angleterre à Boston en 1636 [1].

Sa sœur, Lucy Morgan (décédée en 1890) est mariée au major James Goodwin, l'un des fondateurs et président pendant de nombreuses années de la Massachusetts Mutual Life Insurance Company. Lucy est la mère de James J. Goodwin et du révérend Francis Goodwin, [2] président de la Hartford Parks Commission.

Carrière[modifier | modifier le code]

Morgan commence sa carrière dans les affaires en 1829 en entrant au service d'Alfred Welles de Boston. Il a hérité de la richesse de son père, Joseph Morgan, et faisait preuve d'une grande capacité commerciale. Il est bientôt invité à devenir associé dans la maison de JM Beebe & Co., l'un des plus grands magasins de détail de Boston et l'une des plus grandes maisons d'importation et de fabrication de produits secs du pays. Il travaille dans le commerce des produits secs d'environ 1836 à 1853.

Après quelques années, il rencontre George Peabody, le célèbre banquier londonien. Peu de temps après la réunion, en 1854, Morgan entre dans l'entreprise prospère de Peabody, George Peabody & Co., en tant qu'associé. Dix ans plus tard, en 1864, Morgan succède à Peabody à la tête de l'entreprise et change son nom en JS Morgan & Co [3].

Pendant la Guerre de Sécession, l'entreprise vend des obligations de guerre américaines en Angleterre. Avec l'aide de son fils, JP Morgan, qui utilise le système de câbles pour télégraphier les résultats des batailles avant leur connaissance générale en Angleterre, Junius a pu acheter bas et vendre haut.

Après s'être établi à Londres, il n'est pas retourné aux États-Unis avant 23 ans, en 1877 [3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le fils aîné de Morgan, JP Morgan, photographié par Steichen en 1903

En 1836, Morgan épouse Juliet Pierpont (1816–1884), fille de John Pierpont (1785–1866), poète, avocat, marchand et ministre unitarien [4]. Ensemble, ils ont: [5],[6]

  • John Pierpont Morgan (1837–1913), qui épouse Amelia Sturges (1835–1862), et plus tard, Frances Louise Tracy (1842–1924) [7]
  • Sarah Spencer Morgan (1839–1896), qui épouse George Hale Morgan (1840–1911) [8]
  • Mary Lyman Morgan (1844–1919), qui épouse Walter Hayes Burns (1838–1897). Leur fille, Mary Ethel Burns (décédée en 1961) épouse Lewis Harcourt (1er vicomte Harcourt) (1863–1922) [9] en 1899. [10]
  • Junius Spencer Morgan (1846–1850), décédé jeune
  • Juliet Pierpont Morgan (1847–1923), mère de John Junius Morgan (décédée en 1952). [11],[12]

Il fait des donations à la Bibliothèque Libre de Hartford [13] son église et au Trinity College, Hartford.

Morgan est décédé le 8 avril 1890 des suites de blessures subies dans un accident de voiture [14]. Lors de ses funérailles, les porteurs du cercueil sont Roland Mather, Levi Morton, Anthony J. Drexel, Chauncey M. Depew, Cornelius Vanderbilt II, JC Rogers, J. Kearney Warren et Edward John Phelps. Il est inhumé sur le terrain familial du cimetière Cedar Hill [15],[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Genealogical and family history of the state of New Hampshire: a record of the achievements of her people in the making of a commonwealth and the founding of a nation, Volume 1, Lewis Publishing Company, (lire en ligne), p. 56
  2. « Mrs. Lucy Morgan's Goodwin's Estates. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2017)
  3. a et b « J.S. Morgan's Death.; The Result Of The Banker's Recent Accident At Monte Carlo. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2017)
  4. Samuel Atkins Eliot, Heralds of a liberal faith, Volume 2, American Unitarian Association, 1910, p. 185.
  5. Morgan Witzel, Fifty Key Figures in Management, Routledge, (ISBN 9781134201150, lire en ligne), p. 207
  6. J.P. Morgan's Way, Pearson Education, (ISBN 9780137084371, lire en ligne), p. 2
  7. « Mrs. Morgan's Funeral.; Services to Be Held Today at Highland Falls and Here on Sunday. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2017)
  8. « J. S. Morgan Dies In Switzerland; Retired Banker Emulated Ex- ample of Uncle, the Late j. P., as Art Collector. Honored By Two Nations Spent Most of Time in Europe Since Retiring From Paris Banking Firm Many Years Ago. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2017)
  9. Matthew Parris, Kevin Maguire, Great parliamentary scandals: five centuries of calumny, smear and innuendo, Robson, 2004; (ISBN 1-86105-736-9), pg. 88
  10. « Oxford Dictionary of National Biography », Oxforddnb.com (consulté le 30 août 2013)
  11. « Mrs. Juliet Morgan Left Only $43,738; Sister of Late J.P. Morgan Made No Will, and All Goes to Son. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2017)
  12. « Morgan Estate Tax Filed; Cousin of Late Banker Had Net of $1,881,913, Appraisal Shows », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2017)
  13. « Hartford's Free Library. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2017)
  14. « J.S. Morgan's Death. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2017)
  15. « Funeral Of Junius S. Morgan. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2017)
  16. « The Late Junius S. Morgan.; His Body Will Be Interred In Cedar Hill Cemetery, Hartford. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]