June Almeida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
June Almeida
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
BexhillVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
June Dalziel HartVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Glasgow Royal Infirmary (en), Wellcome Research Laboratories (en), St Bartholomew's Hospital, Royal Postgraduate Medical School (en), St Thomas's Hospital Medical School (en), Ontario Cancer Institute (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaine

June Almeida, née le 5 octobre 1930 et morte le 1er décembre 2007, est une virologue écossaise.

Malgré son peu d'éducation formelle, elle est devenue docteure en sciences et pionnière de l'imagerie, de l'identification et du diagnostic des virus[1]. En 1966, avec son collègue David Tyrrell, elle décrit un nouveau type de virus appelé coronavirus. Ses travaux les plus marquants concernent le développement de techniques de microscopie électronique en immunologie et la découverte des anticorps-HBc.

Biographie[modifier | modifier le code]

June Dalziel Hart est née le 5 octobre 1930 à Glasgow ; elle est la fille de Jane Dalziel et Harry Leonard Hart, chauffeur de bus. Elle est contrainte de quitter l'école à 16 ans, ses parents n'ayant pas les moyens de l'envoyer à l'université[2]. En 1947, elle est embauchée comme technicienne en histopathologie au Glasgow Royal Infirmary (en)[3]. Elle poursuit sa carrière à l'hôpital St Bartholomew[4].

Elle déménage au Canada où elle travaille à l'Institut du cancer de l'Ontario en tant que microscopiste électronique[4]. Son nom figure sur des publications pour son travail sur l'identification de la structure virale. Ses compétences sont remarquées par A.P. Waterson, alors professeur de microbiologie à la faculté de médecine du St Thomas' Hospital, qui la persuade de revenir en Angleterre pour travailler à l'hôpital. Elle y développe une méthode pour mieux visualiser les virus en utilisant des anticorps pour les agréger. Elle travaille sur le virus de l'hépatite B et les virus du rhume[3].

Alors que le virus de l'hépatite B a été mis en évidence trois ans plus tôt, et que David Dane vient juste d'indiquer l'existence de particules de l'antigène australien sur des objets de type virus dans le noyau de cellules infectées, elle parvient à libérer le cœur de ces « objets », et elle découvre grâce à la microscopie électronique immunitaire (en) que les personnes atteintes d'hépatite B forment des anticorps non seulement sur la surface des cellules, mais aussi dans les noyaux (anti-HBc) contre un antigène central. Cette découverte implique que ces particules de Dane[5] sont les réels porteurs de la charge virale du virus de l'hépatite B, ce qui est confirmé par la suite. Les anticorps HBc sont utilisés dans des tests commercialisés en 1982, pour pallier le manque de spécificité des tests d'antigènes de surface, mais aussi par la suite, de façon transitoire, pour détecter des donneurs de sang porteurs de l'hépatite C ou du VIH[6].

June Almeida produit également les premières images du virus de la rubéole en utilisant l'immunofluorescence[7]. En 1966, David Tyrrell et June Almeida travaillent sur la caractérisation d'un nouveau type de virus désormais[pas clair] appelé coronavirus[8]. Cette famille comprend le virus du SRAS .

Almeida suit Waterson à la Postgraduate Medical School de Londres, où ses contributions à des articles sont reconnues par l'attribution d'un doctorat. Elle termine sa carrière au Wellcome Institute[3]. Durant la période où elle travaille pour Wellcome, elle dépose plusieurs brevets dans le domaine de l'imagerie des virus[9]. En 1970, Abert Kapikian passe six mois au Royaume-Uni à la suggestion de son patron ; il y étudie les techniques d'Almeida. De retour aux États-Unis, il utilise ses techniques pour identifier la gastro-entérite non bactérienne, le norovirus.

Almeida quitte Wellcome et se met à enseigner le yoga. À la fin des années 1980, elle retourne aider à capturer de nouvelles images du virus VIH[4].

Elle a par ailleurs publié un manuel pour un diagnostic viral rapide en laboratoire en 1979 pour l'Organisation mondiale de la santé[10].

Almeida meurt à Bexhill d'une crise cardiaque en 2007[3].

Héritage et coronavirus[modifier | modifier le code]

Nouvelle façon de voir les virus[modifier | modifier le code]

La microscopie électronique produit des images plus détaillées, grâce à la longueur d'onde plus courte des électrons. Toutefois, il demeure difficile d'identifier ce que l'on cherche, c'est-à-dire de faire la différence entre un virus, une cellule ou un autre organisme microscopique. La solution de June Almeida à ce problème est d'exposer un échantillon de virus à des anticorps provenant de personnes préalablement infectées. Les anticorps se regroupent alors autour des virus et, du même coup, identifient lesquelles des particules microscopiques sont les virus[11].

Pandémie de COVID-19 en 2019-2020[modifier | modifier le code]

Lors de la pandémie de COVID-19 en 2019-2020, ses recherches sont à nouveau remarquées. La BBC décrit Almedia comme « la femme qui a découvert le premier coronavirus »[12]. Le professeur Hugh Pennington remarque que les Chinois ont utilisé ses techniques pour identifier le COVID-19 et que son travail a aidé à une identification précoce[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Booss, John et August, Marilyn J, To catch a virus, Washington, DC, ASM Press, , 392 p. (ISBN 978-1-55581-507-3, lire en ligne), 209
  2. Marie Briand-Locu, « Le coronavirus, c'est elle », Aujourd'hui en France,‎ , p. 24.
  3. a b c et d (en) J. E. Banatvala, « Almeida, June Dalziel (1930–2007) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (lire en ligne)
  4. a b et c (en) Almeida, Joyce, « June Almeida (née Hart) », British Medical Journal, BMJ Group, vol. 336, no 7659,‎ , p. 1511.1–1511 (ISSN 2044-6055, PMCID 2440895, DOI 10.1136/bmj.a434)
  5. (en) Desk Encyclopedia of General Virology., Boston: Academic Press., , 455 p. (ISBN 978-0-12-375146-1)
  6. Wolfram H Gerlich, « Medical Virology of Hepatitis B: how it began and where we are now », Virol J., vol. 2013:10,‎ (DOI 10.1186/1743-422X-10-239, lire en ligne)
  7. (en) Andrew Paterson, Brilliant! Scottish inventors, innovators, scientists and engineers who changed the world, Londres, Austin Macauley, , 577 p. (ISBN 978-1-78629-435-7)
  8. (en) Booss, John et August, Marilyn J, To catch a virus, Washington, DC, ASM Press, , 392 p. (ISBN 978-1-55581-507-3, lire en ligne), 217
  9. Almeida, June Dalziel, patents
  10. (en) « WHO Manual for rapid laboratory viral diagnosis 1979 »
  11. (en)« She discovered coronaviruses decades ago—but got little recognition » (consulté le 18 avril 2020).
  12. (en) « The woman who discovered the first coronavirus », sur BBC, (consulté le 15 avril 2020).
  13. (en) « June Almeida, tribute to Scotland's forgotten hero of the coronavirus », HeraldScotland (consulté le 15 avril 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]