Junípero Serra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Junípero Serra
Image illustrative de l’article Junípero Serra
La statue de saint Junípero Serra dans le parc du Golden Gate, à San Francisco.
Saint
Naissance 24 novembre 1713 à Petra
Décès 28 août 1784 à Monterey 
Nom de naissance Miguel José Serra
Autres noms Juniper Serra
Nationalité Drapeau : Espagne Espagnol
Ordre religieux Franciscain
Vénéré à église de la Mission San Carlos Borromeo, Carmel-by-the-Sea
Béatification par Jean-Paul II
Canonisation par François
Fête 28 août

Junípero Serra, né le à Petra sur l'île de Majorque aux Baléares et mort le à Monterey en Californie, est un prêtre missionnaire franciscain espagnol qui fonda de nombreuses missions dans le Nouveau Monde. Considéré comme l'Apôtre de la Californie, il est reconnu comme saint par l'Église catholique.

Jeunesse, noviciat et études[modifier | modifier le code]

Maison natale de Junípero Serra

Miguel-José Serra Ferrer — le nom de baptême de Junípero Serra — est originaire de l'île de Majorque. Fils d’Antonio Nadal Serra et Margarita Rosa Ferrer, il travaille dans l’exploitation agricole de ses parents dès l’âge de sept ans. Même si ses parents sont illettrés, il va à l’école primaire franciscaine de sa paroisse[1].

Junípero Serra entre chez les Franciscains à Palma en 1730. C’est là qu’il reçoit son nom religieux, Junípero. Excellent dans ses études, il est ordonné prêtre en 1737 et obtient trois ans plus tard la licence ecclésiastique pour enseigner la philosophie au Convento de San Francisco à Palma. Parmi ses élèves se trouvent deux de ses compagnons missionnaires futurs, Francisco Palóu et Juan Crespí[2]. Il obtient également un doctorat en théologie de l'université de Palma[3].

Sa vie de missionnaire au Nouveau Monde[modifier | modifier le code]

En 1746, à l’âge de 36 ans, Junípero Serra part pour le Nouveau Monde. Il enseigne d'abord la philosophie au collège de Mexico. Mais, de cœur, Serra est un pionnier et missionnaire.

Sierra Gorda[modifier | modifier le code]

Meme si Junípero Serra n’est pas particulièrement robuste et marche à l'aide d’une canne (séquelle d’une vieille blessure), il se porte volontaire pour remplacer les missionnaires décédés dans la Sierra Gorda, région montagneuse dans l’état actuel de Queretaro peuplée par la tribu Pâmes. Il arrive à la mission de Jalpan en 1750 et l’a fait reconstruire. Il commence également la construction de 4 autres missions franciscaines de la Sierra Gorda[4]. Ces 5 missions, avec leur remarquable style “mestizo baroque” (voir Galerie ci-bas), ont été inscrites dans la liste UNESCO du Patrimoine Mondial en 2003[5].

Retour à la capitale[modifier | modifier le code]

En 1758, Junípero Serra revient au Collège de San Fernando de Mexico. Il y reste 9 ans. Pendant cette période il remplit entre autres la fonction d’ inquisiteur dans plusieurs régions de Nueva España (rôle qu’il avait déjà endossé dans la région de Sierra Gorda)[2].

Baja et Alta California[modifier | modifier le code]

En 1767, Il est nommé président des missions de Baja et Alta California, passées sous l'administration des Franciscains lorsque les Jésuites furent expulsés d'Espagne et de toutes les colonies espagnoles par Charles III[3].

Avec le groupe de Franciscains dont il est le supérieur, il passe plus d’un an á Loreto, Baja California (1768-1769) et envoie ses missionnaires aux autres missions de la péninsule de Baja California. Mais ces efforts de conversion ne furent pas couronnés de succès, principalement du fait de la chute dramatique des populations indigènes due aux épidémies suite à leur contact avec les Européens. On estime que la population de Baja California a chuté de 69.000 personnes de l’ère précolombienne à 21.000 estimées de l’époque de Junípero Serra. Il n’y avait plus grand monde à convertir[6].

En 1769, il rejoint une expédition à Alta California, où il fonde sa première mission en Alta California, San Diego de Alcala. De 1769 jusqu’à sa mort, il aura présidé à la fondation de 9 missions (9 sur un ensemble, à terme, de 21 missions fondées par les Franciscains en Alta California)[3],[7].

Junípero Serra célèbre la messe à Monterey, tableau par Léon Trousset

En 1770, Junípero Serra accompagne l’expédition de Gaspar de Portolá à Monterey, en Californie centrale, où il fonde la Mission San Carlos Borromeo, á Carmel tout près de Monterey. Cette mission lui servira de quartier général durant les 14 ans qu’ils lui restent à vivre.

Le , le Vice-roi Antonio María de Bucareli y Ursúa adresse au Père Junipero Serra une lettre où il lui propose de participer à une expédition vers une baie d'importance stratégique, en Californie centrale, sous le commandement du capitaine de marine Juan Bautista de Anza. C'est ainsi qu'un premier camp militaire est établi en ce lieu et les Pères Palou et Cambon y célèbrent la messe pour la première fois devant une modeste cabane, la mission Dolorès. Le lieu recevra le nom de San Francisco en l'honneur de saint François d'Assise. D’ailleurs, les missions fondées sous la présidence de Junípero Serra faisaient partie intégrante de la naissance de plusieurs villes californiennes, notamment de San Diego.

Décès[modifier | modifier le code]

Junípero Serra avait déjà écrit ‘Ma vie est ici en Californie, c’est ici que j’espère mourir’. Le 28 août 1784, il rendit l’âme à la Mission San Carlos Borromeo, Carmel en Alta California[7].

Beatification et canonisation[modifier | modifier le code]

Il fut béatifié le [8] par l'Église Catholique. Le pape François[9] a procédé à sa canonisation le à Washington, D.C., au Sanctuaire national de l’Immaculée Conception[10].

Controverses sur sa canonisation[modifier | modifier le code]

Statue de Junípero Serra au Presidio de Monterey. Elle est decapitée en 2015 et réparée par la suite.

La canonisation de Junipero Serra a été perçue comme une offense par de nombreux Américains et notamment des communautés autochtones de Californie, qui rappellent que les missions fondées par le prêtre ont également été des lieux de souffrance pour leurs ancêtres et des lieux de meurtre de leur culture - par des privations de libertés et des mauvais traitements (obligation de travailler, emprisonnements au sein de la mission, interdiction pour les enfants de parler en langue tribale sous peine d'être physiquement châtiés, etc.), et par des conversions forcées.

Une pétition avait demandé au Pape François de renoncer à son intention de canonisation du missionnaire Junipero Serra. Le Pape François reconnaît que l'Église a été source de souffrances envers diverses communautés aborigènes, et a demandé pardon pour cela le .

Le 19 juin 2020, lors des émeutes raciales liées à la mort de George Floyd, des manifestants déboulonnent la statue de saint Junípero Serra - en même temps que celles de Francis Scott Key et Ulysses S. Grant - dans le parc du Golden Gate, à San Francisco[11]. Les manifestants reprochent au missionnaire d'être à l'origine de « l'assujettissement des Amérindiens »[12].

Notoriété[modifier | modifier le code]

Le franciscain est considéré comme le « père de la Californie ». Sa statue est présente dans la salle statuaire du Capitole américain, symbolisant la Californie[3].

Galerie — Missions franciscaines de la Sierra Gorda[modifier | modifier le code]


Galerie — Junípero Serra en Alta California[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Maynard Geiger, The Life and Times of Fray Junípero Serra, OFM: The Man Who Never Turned Back., Academy of American Franciscan History. volume 1,
  2. a et b (en) Maynard Geiger, The Life and Times of Fray Junípero Serra, Richmond, William Byrd Press, , p. 26
  3. a b c et d « Le martyrologe romain fait mémoire du Bienheureux Juniper Serra », Magnificat, no 237,‎ , p. 383.
  4. (es) Josué Cornejo, « La Sierra Gorda de Queretaro », sur Arqueología Mexicana (consulté le 10 avril 2021)
  5. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le 10 avril 2021)
  6. (en) Robert H. Jackson, « Epic Disease and Population Decline in the Baja California Missions: 1697-1834 », Southern California Journal, volume 63, no 4,‎ , p. 398-341 (Download from Jstor)
  7. a et b « Junípero Serra : héros de l’évangélisation », sur www.kofc.org (consulté le 11 avril 2021)
  8. béatifié par le Pape
  9. Céline Hoyeau, « Aux Etats-Unis, l’héritage controversé du bienheureux Junipero Serra », sur La Croix, (consulté le 8 mai 2015).
  10. Carlos Barria, « François défend la mémoire de Junipero Serra - Le pape canonise l'évangélisateur des Indiens », sur ParisMatch.com, (consulté le 31 décembre 2015)
  11. « Nouveaux déboulonnages de statues aux États-Unis », Euronews, 19 juin 2020 (en ligne).
  12. « Statues of Junipero Serra, Ulysses S. Grant toppled at Golden Gate Park », Mercury News, 20 juin 2020 [1]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :